doulfikar.com

Juifs Vs Musulmans : la loi des 2 poids 2 mesures.

Juifs Vs Musulmans : la loi des 2 poids 2 mesures.

Autocensure & antisémitisme.

Par manque d’espace et par peur de l’accusation d’antisémitisme que l’Establishment et l’Empire utilisent comme une forme du soft terrorisme pour saborder la liberté, cet article ne va pas aborder les crimes contre l’Humanité commis par Israël.

Ni comment Tsahal et l’industrie d’armement israélienne utilisent Gaza comme laboratoire pour tester et développer leurs armes, comme le démontre le film « The Lab » du journaliste israélien YotamFeldman.

Ni la LDJ, la Ligue de Défense Juive, cette milice paramilitaire judéo-fasciste fondée à New York en 1968 par le rabbin américain Meir Kahane, classée comme terroriste et interdite en Israël et aux États-Unis, mais qui jouit de l’impunité et de la complicité en France, d’une incroyable tolérance digne de la Francepétainiste.

Ni le CRIF cette agence d’Israël qui a ses agents au Quai d’Orsay, ce « porte-parole d’Israël en France, comme une seconde ambassade de ce pays » pour reprendre la formule de la sénatrice Esther Benbassa, dans sa tribune dans Libération le 17 février 2010,  contre le CRIF qu’elle accuse de double allégeance.

Ni l’instrumentalisation de l’antisémitisme en stigmatisant les banlieues, comme l’Opération « Sarcelles d’abord », dénoncée par le livre « OPA sur les Juifs de France. Enquête sur un exode programmé 2000-2005 » de Cécilia Gabizon et Johan Weisz, Grasset 2006.

Ni le rôle de l’UEJF, Union des Etudiants Juifs de France, dans le détournement de la Marche pour l’Egalité de 1983, rebaptisée Marche des Beurs, puis dans la création de Sos Racisme et dans l’intendance paternaliste et l’ingérence néocolonialiste dans les associations musulmanes et les affaires qui ne concernent que les musulmans.

Ni les musulmans  sauveurs de juifs, du calife Farouk à Saladin, de l’Andalousie à la mosquée de Paris. Ni le dialogue judéo-musulman qui est aussi hypocrite que les négociations israélo-palestiniennes, de la poudre aux yeux et de la mise-à-genoux, de la colonisation intellectuelle et de la prostitution politique dans certains cas.

Ni du poison islamophobe administré par Finkielkraut et Cie…  Ni du BHL, ce virus qui sévit dans le microcosme parisien, qui gangrène l’Etat et l’establishment français, qui provoque la névrose de  la République et la nécrose de la Nation : Bobards partout, Haine des autres, Louanges à soi.

Communautarisme institutionnalisé Vs communautarisme diabolisé.

D’un côté, l’Etat subventionne le « judaïsme radical », comme ces crèches loubavitchs subventionnées annuellement avec plus de 2 millions d’euros par la Mairie de Paris, avec l’argent des Français essorés par la crise. De l’autre côté, les lobbyistes agitent l’Etat et les médias contre l’islam radical qui se cacherait sournoisement dans le foulard des étudiantes et dans les bandanas des petites écolières.

D’un côté, les créneaux de piscine réservés aux femmes, c’est normal quand les femmes sont juives, comme c’est le cas à Sarcelles, Aix-les-Bains, etc… De l’autre côté,ces créneaux deviennent un danger contre la laïcité et la République quand les femmes sont musulmanes, et la maire de Lille qui devait le tolérer, Martine Aubry, devient une traitresse trainée dans la boue.

D’un côté, des rues peuvent être fermées et interdites à la circulation pendant 4 jours pour célébrer les fêtes juives, comme la rue du Rabbin Elie Bloch à Metz ou dans certaines rue du quartier du Marais à Paris. De l’autre côté, on remue ciel et terre quand des fidèles musulmans débordent sur une petite partie de la rue, car la mosquée est trop petite et on refuse aux musulmans de l’agrandir.

D’un côté, sous-prétexte de respecter des fêtes juives, la République reporte in extrémis les examens dans plusieurs facultés, comme celle de droit à l’université Paris-Est en mai 2013, la République reporte in extrémis une audience organisée par le juge anti-terroriste Christophe Teissier, début 2012, sur l’affaire Merah; peu importe si les « autres » avaient acheté des billets de train pour venir au tribunal ou des billets d’avion pour partir en vacances. De l’autre côté, on brandit la laïcité comme une guillotine quand des musulmans lèvent la tête.

Le testament de Prasquier Vs le cimetière musulman.

Le monde à l’envers. Tous les médias, Le Figaro en tête, ont écrit que Hollande a été élu Président grâce au vote musulman. Mais une fois à l’Elysée, les musulmans ont été marginalisés et méprisés, voire brutalisés et martyrisés. Contrairement à Prasquier, le précédent président du CRIF, qui menait campagne, avant et pendant la campagne présidentielle, contre le candidat Hollande sous-prétexte que son élection allait augmenter l’antisémitisme et que Sarkozy était un « fervent supporter du gouvernement israélien ». Il a diabolisé les alliés de Hollande et blanchi Marine le Pen sous-prétexte qu’elle est « juste » islamophobe et non pas judéophobe. Le magazine Marianne titra alors : « L’honneur perdu de Richard Prasquier ».

Mais, après la victoire de Hollande, Prasquier, son idéologie et sa coterie sont reçus avec les honneurs à l’Elysée. Victoire du communautarisme pervers. Prasquier, le CRIF et autres sectes politico-médiatiques, harcèlent l’Etat pour interdire administrativement l’UOIF et criminaliser pénalement le salafisme, pour couronner Chalghoumi et Oubrou comme représentants de l’islam de France, en diabolisant les banlieues accusées de cacher des Merah, en faisantde l’islamiste, nouvelle appellation du musulman, le visage de l’ennemi intérieur, en menant une double-croisade contre les quartiers accusés d’antisémitisme et contre les gouvernements arabes nés de la chute des dictatures, accusés eux de fascisme.

Alors, Prasquier, avant de quitter la présidence du plus puissant lobby communautariste, se déchaine dans les médias, comme en octobre 2012 sur France Inter. « La réalité, c’est qu’il se développe un islam de haine, de guerre et de meurtres ». « L’islam radical, c’est le nouveau nazisme ». Ces mots d’ordre sont répétés et martelés par plusieurs médias et politiques. Et par certains représentants musulmans.

Pendant ce temps, comme c’est le cas depuis plusieurs décennies, les vrais représentants musulmans, intellectuels ou religieux, sont ostracisés et boycottés. Les musulmans sont lapidés médiatiquement et enterrés vivants dans le cimetière du mutisme institutionnalisé, érigé comme une raison d’Etat. Mais c’est la majorité des musulmans dont le cœur est mort qui s’enferme volontairement dans le cimetière de la loi de l’omerta.

Le syndrome Houellebecq : le busines de la diabolisation des musulmans et de la glorification des Juifs.

Dix ans avant d’être sacré Goncourt en 2010, Michel Houellebecq avait déclaré sur le plateau de Thierry Ardisson à France 2 qu’il n’a pas eu le Prix Goncourt parce que sa maison d’édition Flammarion «n’avait pas de ligne budgétaire pour acheter les jurés ».

Alors, il s’est vendu au plus offrant. Avant même de publier avec BHL un livre de correspondances intitulé Ennemis publics, un bide énorme car ils n’ont vendu qu’un cinquième des 150 000 exemplaires édités, il va se convertir en judéophile exemplaire côté face, en islamophobe exemplaire côté pile. Et ça paie !

Dans son livre Plateforme en 2001, qui fait la promotion du tourisme sexuel et de la perversion pédophile, il écrit page 357 :

    « Chaque fois que j’apprenais qu’un terroriste palestinien, ou un enfant palestinien, ou une femme enceinte palestinienne, avait été abattu par balles dans la bande de Gaza, j’éprouvais un tressaillement d’enthousiasme à la pensée qu’il y avait un musulman de moins. » A la page 260: «Depuis l’apparition de l’islam, plus rien. Le néant intellectuel absolu, le vide total. Nous sommes devenus un pays de mendiants pouilleux… Racaille, racaille… Savez-vous comment j’appelle les musulmans? Les minables du Sahara. Voilà le seul nom qu’ils méritent… L’islam ne pouvait naître que dans un désert stupide, au milieu de bédouins crasseux qui n’avaient rien d’autre à faire ­ pardonnez-moi ­ que (…) leurs chameaux.»

Face à lui, Marine Le Pen est mère Térésa. Ces déclarations ne relèvent pas de la fiction, puisqu’il les conforte dans ses sortis médiatiques pour vendre son livre. Dans le magazine Lire, il répond à une question sur la conversion de sa mère à l’islam : « la religion la plus con, c’est quand même l’islam. Quand on lit le Coran, on est effondré… effondré ! La Bible, au moins, c’est très beau, parce que les juifs ont un sacré talent littéraire… ce qui peut excuser beaucoup de choses. »

Michel Onfray est une nouvelle incarnation de ce syndrome qui chemine dans son assomption politico-médiatique jusqu’à la trinité islamophobe Valls-Copé-Le Pen.

Le syndrome Steevy : la promotion de l’intelligence chez les juifs, de l’idiotie et de la traitrise chez les musulmans.

Laurent Ruquier, entre sa célèbre émission “On a tout essayé” à sa dernière “L’Emission pour tous”, a recruté comme chroniqueurs de célèbres écrivains, autant magiciens de la rhétorique que vieux routiers de la politique, le philosophe Yann Moix, le psychanalyste Gérard Miller, les journalistes Pierre Bénichou, Claude Sarraute et Elisabeth Lévy, et toujours Steevy Boulay, diplômé du Loft Story avec la même motion que sa peluche Bourriquet, mannequin chez Jean-Paul Gautier avec le même intellect que la fameuse et fumeuse Nabila. Il ne manquait à ce défilé infect que Chalghoumi ! Pourquoi les médias et la politique adorent-ils mettre en valeur et mettre en scelle les talents juifs et les boulets arabes, les étalons juifs et les mulets arabes ?

Le syndrome Chalghoumi : l’importation sioniste du conflit & le clonage de la collaboration.

Pendant la guerre contre Gaza en 2009, Chalghoumi fait un appel dans le journal Le Parisien pour interdire les manifestations pro-palestiniennes en France, sous-prétexte qu’il ne faut pas importer le conflit israélo-arabe. 5 ans après, il est devenu un attaché commercial d’Israël. Il déroule le tapis rouge de sa mosquée de Drancy à l’ambassadeur d’Israël et à son attaché militaire dont l’attaché-case pourrait contenir un charnier. Il emmène des imams et des Beurs pour rencontrer et aduler le président israélien Shimon Peres à Paris, en mars 2013, au moment où le syndicat Sud-Rail publiait un communiqué contre la ségrégation raciale entreprise par la SNCF qui a procédé à un tri pour écarter les noirs et les arabes du trajet de Perez.

Il organise des pèlerinages sionistes de musulmans à Jérusalem, financés officiellement par une agence de voyages Select Israël. Le Mossad, comme les traîtres arabes, ont plusieurs visages et vitrines ! En couronnement de la deuxième expédition de ce safari sioniste, le 19 janvier 2014, une cinquantaine d’avatars de Chalghoumi ont reçu un « certificat de pèlerin » des mains funèbres du ministère israélien du Tourisme Uzi Landau. Ce sinistre ministère est un dirigeant du parti d’extrême droite Yisrael Beitenu, Israël notre maison, présidé par le fasciste Avigdor Lieberman.

Celui qui honore les supposés musulmans de France veut, officiellement, vider Israël de tous les arabes et de tous les musulmans. Celui qui honore les musulmans de France est celui qui a demandé le retrait de la nationalité israélienne à tous les musulmans israéliens, celui qui a renforcé la colonisation quand il était ministre des infrastructures de l’Etat hébreux.

Pendant son séjour à l’hôtel Ritz, situé à Jérusalem-est, c’est-à-dire dans la partie occupée illégalement par Israël et qui vaut à cet Etat la condamnation de l’ONU, Chalghoumi déclare  dans un entretien à la chaine israélienne i24news: « Dieudonné est un Satan qui propage sa haine auprès de personnes ignorantes… Il parait qu’il s’est converti à l’Islam, pour moi ce n’est pas un musulman, c’est un malade qui se sert des problèmes de notre société pour faire du business comme un charlatan…Il ne représente ni la France ni les Musulmans ». On dirait que Chalghoumi parle de lui-même !

Le site Cool Israël et les médias sionistes sont aux anges face à ce Chalghoumi. Israël lui ouvre son cœur au point de croire qu’il est sorti de son ventre ! Tel-Aviv déroule le tapis rouge à Chalghoumi et écrase les Palestiniens sous un tapis volant de bombes, sous l’apartheid, la colonisation et les expulsions. Tel-Aviv refoule et horrifie des milliers de pacifistes pro-palestiniens, de toutes les nationalités et de toutes les religions… et étreint et glorifie Chalghoumi. Tel-Aviv écrase et enterre la pacifiste américaine Rachel Corrie sous un bulldozer… et fête et installe Chalghoumi sur un piédestal. Chalghoumi, c’est une charrue racoleuse du sionisme et du néocolonialisme, c’est une charnière pétroleuse entre l’islamophobie et le crétinisme.

Une prochaine étude va traiter le parcours de ce marchand de tapis qui a débuté à Lahore pour atterrir à Tel-Aviv, l’itinéraire d’un pleurnichard mythomane, d’un mouchard mégalomane, ancien prédicateur du djihadisme sous mandat d’expulsion par le ministère de l’Intérieur de France, reconverti dans le sionisme du Veau d’Or.

L’axiome Attali : Argent de Juifs pour financer les pogroms islamophobes.

Ce chapitre est puisé, fidèlement, dans le livre Les Juifs, le monde et l’argent, publié en 2002, par Jacques Attali,intellectuel et banquier, ex-conseiller spécial de Mitterrand, soutien spécial de l’Establishment et de l’Empire. Selon Attali, les riches juifs ont participé massivement au financement des croisades contre les sarrasins et de l’inquisition sanguinaire contre les Maures, donc au financement des massacres des musulmans qui ont, paradoxalement, accompagné ou qui ont débouché sur le massacre de plusieurs communautés juives. Sur le chemin de la première croisade, cofinancée par de riches juifs et lancée par Urbain II le 27 novembre 1095 à Clermont, 30 000 juifs sont massacrés entre la France et l’Allemagne, dont certains se sont suicidés, comme à Cologne, pour échapper aux tortures et aux viols.

Après le 15 juillet 1099, jour de la chute de Jérusalem où les juifs vivaient en paix et prospérité sous le règne des musulmans, Godefroy de Bouillon rassemble des milliers de juifs dans une des rares synagogues encore intactes et y met le feu. C’est le début de l’émigration juive du sud de l’Europe vers le Maroc musulman. Lors de la deuxième croisade, les massacres contre les juifs reprennent de plus belle, mais pas seulement avec l’épée des princes et des chevaliers, mais avec la fourche des paysans ou la main du peuple. Ce n’est que lorsque Saladin récupère Jérusalem le 2 octobre 1187 que les Juifs y retournent et retrouvent la paix et la dignité.

Mais le pire, c’est ce que des financiers juifs ou des « Juifs de cour » ont fait pendant et pour la Reconquista. Comme par exemple Abraham Senior, rabbin, financier et conseiller des rois espagnoles, surtout Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon. D’ailleurs c’est lui, avec d’autres juifs influents, qui a arrangé leur mariage et l’union des deux royaumes d’Aragon et de Castille en 1479, après avoir participé à l’élimination de la Beltraneja, la sœur d’Isabelle pour que celle-ci devienne la reine de Castille.

Pourtant, en 1391, après la mort du Jean 1er de Castille, des pogroms catholiques avaient massacré plus de 50 000 juifs et poussé 50 000 juifs à fuir vers les terres d’Islam à Grenade, au Maroc (Fès et Marrakech), en Algérie (Tlemcen, Oran, Alger, Constantine) jusqu’à Tunis et Tripoli. Mais Abraham Senior va s’allier avec ceux qui ont massacré les juifs, les catholiques de Castille, contre ceux qui protègent les juifs, les musulmans de l’Andalousie… En fait, il va s’allier avec ceux qui vont de nouveau massacrer les juifs. Mais, le rabbin-financier Senior ne va pas être inquiété, il renonce, comme beaucoup, au judaïsme et se convertit au catholicisme en grande pompe dans la cathédrale de Cordoue en présence des monarques. Senior est le plus célèbre marrane, juif converti au catholicisme et qui veut dire en espagnol « porc ».

Autres exemples des « Juifs de cour » qui ont financé l’Inquisition islamophobe avant de devenir antisémite, Isaak ben YehoudaAbravanel, homme d’État, philosophe, chef communautaire, financier, rabbin et objet de plusieurs livres en France. Confident et ministre des finances du roi du Portugal Afonso V, il fuit Lisbonne pour la Castille en 1483à la mort de ce roi dont le fils João II accusa Abravanel de haute trahison et de complot avec le Duc de Bragance. Arrivé à Tolède, il entre rapidement au service des rois catholiques Isabelle et Ferdinand. « Il organise par exemple le financement de la nouvelle guerre contre les Maures pour en finir avec Grenade ; puis il devient trésorier du royaume ».

Mais moins de trois mois après la chute de Grenade le 2 janvier 1492, Ferdinand et Isabelle édictèrent le décret de l’Alhambra qui ordonne l’expulsion des juifs d’Espagne. Abravanel, leur conseiller et ministre, tenta plusieurs fois de faire annuler l’édit, offrant des sommes immenses pour financer l’expédition de Christophe Colomb.

Mais la loi de l’arroseur arrosé va répondre à son souhait de limiter l’inquisition aux musulmans ; Torquemada va répandre le sang juif après celui des musulmans. 2000 juifs sont brulés dans les buchers et des milliers sont massacrés. Abravanel s’exile à Naples puis à Venise. 90% des autres juifs se réfugient dans les pays musulmans. Des 145 000 juifs de la péninsule ibérique, 95000 trouvent refuge en Turquie, 20 000 au Maroc, 10 000 en Algérie, 5000 en Tunisie, 2000 en Egypte, 9000 en Italie, 3000 en France, 2000 en Hollande…

C’est cette même cruelle loi de l’arroseur arrosé qui va répondre à Léon Blum qui théorise en 1925 le droit et même le devoir des races supérieurs d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture. C’est le nazisme qui va répondre à Blum de son vivant.

Hallalis sionistes Vs automutilations & suicides halal.

Il faut mettre en relation l’histoire décrite par Attali avec la Kabbale-Conspiration décriée par le savant-résistant Hani Ramadan qui a mis en lumière sur son blog, le 29/04/2014, un extrait d’un article du n°14de la revue Kivounim (Orientation), publié par l’Organisation Sioniste mondiale à Jérusalem en février 1982:

    « L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de critères ethniques ou religieux, doit être, à long terme, un but prioritaire pour Israël, la première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces États. (….) Riche en pétrole, et en proie à des luttes intestines, l’Irak est dans la ligne de mire israélienne. Sa dissolution serait, pour nous, plus importante que celle de la Syrie, car c’est lui qui représente, à court terme, la plus sérieuse menace pour Israël. »

Il faut mettre l’axiome d’Attali en relation avec l’inaction gesticulatoire de nous musulmans éternels spectateurs ou irrationnels acteurs de notre sang qui coule, de nos Etats qui s’écroulent, de notre état macabre.

Il faut mettre en perspective l’axiome d’Attali avec sa thèse, développée dans une vidéo popularisée et éternisée par internet, appelant la communauté juive de France à organiser l’émergence d’une bourgeoisie musulmane, à prendre exemple de la bourgeoisie juive anglaise qui finance des imams. Alors, on comprend pourquoi Eric de Rothschild paie de sa personne pour soutenir Chalghoumi, pourquoi Fadila H’mara devient ministre, pourquoi des caïds dirigeants de coquilles vides obtiennent des subventions associatives, des nominations administratives ou des marchés publics.

L’argent de Juifs est d’autant moins investi que ce sont les pétrodollars émiratis et saoudiens qui financent les aSSaSSins de maSSe des musulmans comme le pharaon SiSSi, la guerre entre groupes islamistes en Syrie comme auparavant en Afghanistan, la prévarication des mœurs jusqu’à la falsification de la religion. Nous, pauvres musulmans de France, nous finançons l’humanitaire comme quittance à l’impuissance de notre compassion ou comme couverture à notre lâcheté déshumanisante. Même s’il y a des associations humanitaires sincères emmenées par de braves hommes intègres.

Mais, c’est nous irresponsables musulmans, qui finançons les escrocs qui utilisent l’islam comme fonds de commerce. Les ennemis de l’islam peuvent dormir tranquilles, les musulmans ronronnent des prêches incendiaires et postillonnent des dons qui s’amassent comme une muselière. Pire, les musulmans enfantent leurs propres assassins !

En France, Israël a ses hommes qui blanchissent son drapeau ensanglanté ; la communauté juive a ses hommes qui la défendent très bien. En France, l’islamophobie a ses hommes qui travaillent jour et nuit ; Satan a ses hommes parmi les musulmans hypocrites qui font tant de mal. Où sont les vrais hommes de l’islam en France ?

Al Khatabi Ben Badis
09/05/2014

 

 

 

 

"Je ne veux que la réforme, autant que je le puis. Et ma réussite ne dépend que d'Allah. En Lui je place ma confiance, et c'est vers Lui que je reviens repentant."

 

"En vérité, Allah ne change l’état d’un peuple (ou d’une communauté), tant que les [individus qui le composent] ne changent pas ce qui est en eux-mêmes."