doulfikar.com

Trans-imam Chalghoumi : une escroquerie d’Etat... parmi d’autres.

Trans-imam Chalghoumi : icone de l’islamophobie d’Etat ; miroir de la décadence de la Oumma.

 

 

Quelles que soient nos infirmités personnelles,
la noblesse de notre métier s'enracinera toujours dans deux engagements difficiles à maintenir :
le refus de mentir sur ce que l'on sait et la résistance à l'oppression.

Albert Camus, Discours de réception du prix Nobel de littérature en 1957.

« Plutôt mourir debout que de vivre à genoux. »
Albert Camus, L'Homme révolté.

« Il vaut mieux être le cadavre d’un homme debout qu’un esclave à genoux ».
Mot d’ordre de la grève générale lancée en Algérie et en France le 19 mai 1956
par l'Union générale des étudiants musulmans d'Algérie (UGEMA).

7-1

Action des musulmans : Citoyens & Associations.
Pour faire de la mosquée de Drancy un miroir islamique.

Action judiciaire : Une centaine de musulmans ordinaires peuvent déposer des plaintes au pénal pour détournement de dons et de fonds, abus de bien social,  corruption, abus de confiance… contre Hassen Chalghoumi et Jaafar Rebaa. Sinon, concevoir une Classe action ou une plainte collective... Engager une forme juridique d’une révolte pacifique de la communauté musulmane qui révèle sa dignité et se relève comme partie civile…

Nouvelle Association révolutionnaire : Pour mettre fin à l’association de malfaiteurs Chalghoumi-SS (Services-Sionisme). Pour associer démocratiquement la communauté en refondant et en gérant islamiquement  cette mosquée : de la transparence à la bonne gouvernance. Pour en faire un Miroir des mosquées dignes, un Moteur de la communauté musulmane en France, un Modèle de la société musulmane en général.

Ouverture d’un chantier public pour la rédaction des statuts de la nouvelle association, pour l’établissement du règlement intérieur, des conditions et des sanctions, du champs d’action, de l’enseignement à l’aide caritative… La conception des relations avec l’Etat, des RG à la Préfecture, des relations avec les représentants de la Nations, des relations avec les autres cultes…
Pour établir et fixer les mécanismes de la transparence financière : TOUT euro encaissé ou dépensé doit être consigné dans le registre comptable de la mosquée consultable sur internet...

Souscription financière : Relève humaine et levée de fonds pour acheter la mosquée mise-en-vente par le député-maire Lagarde, comme le confirme ce document officiel, pour 3,3 millions d’euros lors de l'Aïd 16 novembre 2010. Comme le confirme son discours face aux fidèles de la mosquée de Drancy. Les musulmans peuvent s’investir pour libérer cette mosquée emblématique des vendus. Pour la convertir en devise islamique qui traduit la dignité et de la dynamique des musulmans de France.

L’association peut comporter 5000 membres fondateurs, chacun représentant une association islamique ou civique, une mosquée ou rien. Chacun verse dans un compte fermé 1000 €, après avoir établi les conditions de la bonne gouvernance. Grande Assemblée Générale Fondatrice, élection  des membres du CA, Conseil d’Administration (une vingtaine), des 5 membres du Bureau, du recteur ou du président de l’association, de l’imam de la mosquée...

Mais déjà, le 5 aout 2012, l’article « Faux-imam Chalghoumi : la vérité sur une escroquerie islamophobe », se terminait, aussi judicieusement que vainement, par cette conclusion exhortant des actions judiciaires et une mobilisation communautaire :
« Français de toutes les religions… Musulmans de toutes les nationalités :
Si vous voulez que Chalghoumi arrête de salir l’islam et d’insulter les musulmans : Demandez une enquête policière sur les relations entre Chalghoumi et la police politique de Ben Ali. Demandez une enquête judiciaire sur les comptes bancaires et l’argent en noir de Chalghoumi et de « SARL » mosquée. Faites des élections libres et démocratiques pour remplacer le faux imam Chalghoumi par un vrai imam, un vrai homme de foi, un vrai Homme, à la tête de l’association qui dirige la mosquée de Drancy. »

 

7-2

Action de la République de la Société Civile ;
Etat, Représentation de la Nation, assos civiques, islamiques...

Libérer le Bureau du Culte de Beauvau (ministère de l'Intérieur) ou de sa gestion policière. Libérer la gestion de l’islam de France de la manipulation politicienne ou sécuritaire. Et libérer la politique de l'intoxication des Services. Libérer l’information des manipulations du Renseignement. Et libérer l’Etat de l'Establishment ?

Instituer une commission parlementaire pour contrôler les Services de Renseignement (surtout ceux qu’on appelait les RG). Les placer sous une direction militaire-parlementaire ?

Elargir la Cellule Indignez-vous, évoquée dans le chapitre 2, aux représentants de la Nation et aux serviteurs de l’Etat pour étudier et combattre les idéologies et les organismes, les services et les mécanismes qui créent ou entretiennent le terrorisme. Pour comprendre et pour se défendre. Pour prévenir ou faire périr la naissance ou de la croissance, la création et la manipulation du terrorisme et de son complice ou alibi, cette forme de l’intégrisme qu’il utilise comme sein pour le nourrir en délires, ou comme voile pour couvrir les Services de l’Empire.

Etablir la Vérité et la Justice dans le scandale d’Etat français Mohamed Louanoughi. Dans ce cadre, nous interpellons Alain Juppé, Marc Trevidic et Bernard Bajolet. Un homme d’Etat, un juge anti-terroriste et un haut dirigeant du Renseignement. Alain Juppé a dénoncé les attentats de 1995 comme manipulation des Services algériens, mais il n’a pas pu sauver l’honneur de l’Etat face à l’Establishment de Pasqua, alors ministre de l’Intérieur et sinistre allié de la mafia des putschistes fascistes en Algérie. Même si le juge antiterroriste Marc Trévidic a été contraint de quitter son poste, ce juge a son mot à dire et des vies à sauver. Il a eu le courage d'épingler les méthodes de la DCRI dans l'Affaire Dasquié, le courage de rouvrir le cercueil politico-juridique des moines de Tibhirine, assassiné par des membres de la junte militaire algérienne. Il peut faire condamner, pénalement ou intellectuellement, des formes du terrorisme d’Etat. Bernard Bajolet, actuel directeur général de la sécurité extérieure DGSE, a été ambassadeur à Alger et connait très bien les mécanismes du terrorisme exporté par la dictature algérienne contre la France.

La France Vs l’escroquerie le TerrorismeAlain Juppé... La France Vs l’escroquerie le TerrorismeMarc Trevidic... La France Vs l’escroquerie le TerrorismeBernard Bajolet... La France Vs l’escroquerie le Terrorisme

Louanoughi derrière Abdelmalek Sellal, Premier Ministre de la dictature Algérienne, derrière une partie du terrorisme qui a frappé la FranceAttentat Saint Michel à Paris, 25 juillet 1995 : Le terrorisme des Services algériens entre et entre les Mohamed Louanoughi de la Mosquée de Paris : le déshonorer de la France ! Et la mort ou l’agonie de quelle France ?  Et la mort ou l’agonie de combien de Français ?

Le scandale d’Etat français Mohamed Louanoughi a été dénoncé et décortiqué par l’enquête Louanoughi. Du terrorisme en Algérie à la mosquée de Paris : Qui tue qui ? Qui manipule qui ? Mais nous avons appris de nouveaux éléments à charge. Après l'attentat qu'il a commis à Alger et son exfiltration ou son exportation à Paris, Louanoughi a été parachuté directeur de la résidence universitaire algérienne qui était située à Denfert-Rochereau. Cette petite cité était le "nid du DRS", le dortoir des agents du Renseignement algérien et le réservoir des agents dormants du terrorisme d'Etat. Ali Touchent, le cerveau présumé ou la main exécutante des attentats de 1995 en France, habitait dans cette "cité", avant de le parachuter dans une "cité de la banlieue" pour "camoufler la conspiration", avant de l'exfiltrer à Alger le lendemain des attentats, de le faire habiter dans un quartier militaire, autour de la caserne de Châteauneuf, puis de le faire disparaître habilement dans ce que Libération appelait une « mort douteuse de l'énigmatique Ali Touchent ».

Fin 2003, Djelloul Seddiki a apporté au recteur de la mosquée de Paris le livre de Mohammed Samraoui « Chronique des années de sang ». Ce livre publié par Denoël démontre le rôle des Services algériens dans les attentats de 1995 et cite nommément Louanoughi. Dalil Boubakeur engage une procédure administrative à Alger et des contacts auprès de l’État français pour éloigner Louanoughi vers l'Algérie. Mais ce dernier est sauvé par l'officier Bernard, alias Tanguy, un vétéran du Renseignement français détaché à la mosquée de Paris et remplacé depuis 10 ans par Samira Molina, alias Anna Roux, autre nom de la relation adultère politico-policière qui viole la laïcité, autre nom de l'orgie franco-algérienne politico-policière: Fascismes-Services-islam-de-France-affairismes. Même si cette Samira n’est nullement d’origine algérienne. D’ailleurs, Samira veut dire en arabe « celle qui bavarde longtemps pendant la nuit ». Cette nuit noircie par notre cécité et par nos lâchetés. Cette nuit, qui profite aux fascismes et aux pétainismes, est encore longue. Il y a ceux qui bavardent au nom de la démocratie et de la laïcité tout en les violant. Il y a ceux qui se vont violer pendant leur sommeil : nous les peuples de France ou des pays arabo-musulmans. Le terrorisme est l’une des conséquences de ce viol.

Le sergent Louanoughi a été retourné probablement par les Services français à qui il a fourni assez d'informations et de documents pour les favoriser dans le rapport de force « amical » qu'ils entretiennent avec les Services algériens. Ainsi, ce sergent risque d’être « éteint » pour empêcher tout scandale d’enflammer la quête de vérité, pour sauver l’hypocrisie des Services et les escroqueries d’État en France et en Algérie, et donc sauver aussi leurs corollaires sanguinaires. Sinon, il peut suivre l’itinéraire du général-boucher Khaled Nazar qui a été exfiltré du Centre Culturel Algérien en 2002, grâce à l'information providentielle et à l'attention opérationnelle des RG, pour ne pas être convoqué par le Parquet suite à l’audition, au Quai des Orfèvres, de 3 Algériens qui avaient déposé plainte contre cet ancien ministre de la Défense de la dictature algérienne entre 1990 et 1993, ce Pinochet-Pinocchio qui a géré les premières années du coup d’État et de la guerre civile. Ou plutôt la guerre contre les civils.

Ainsi, quand 3 semaines avant les attentats terroristes de janvier 2015, Le Figaro titre : « La France et l'Algérie s'accordent pour former les imams à la laïcité » ou quand L'Express titre : « Alger et Paris signent une convention sur la formation des imams », il faut demander au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, homme républicain et antithèse de Sarkozy-Valls, comment peut-on lutter contre le terrorisme avec un inspecteur des imams terroriste ? Comment peut-on former des imams avec un État qui a formé idéologiquement et militairement des imams terroristes ou qui a recyclé certains terroristes des maquis dans des mosquées ? Louanoughi, 1000 fois plus que Chalghoumi, est devenu une escroquerie française, un scandale d’État français !

Louanoughi, 1000 fois plus que Chalghoumi, représente la honte de la communauté musulmane. Déjà, plusieurs musulmans ont tiré la sonnette d'alarme. Comme Djelloul Seddiki, plusieurs imams ou responsables de mosquées sont dénoncé Louanoughi, comme Abdelkader Achebouche, le Président des deux mosquées d'Argenteuil et d'Asnières, comme l'imam de cette dernière, cheikh Ahmed Ali. Mais l'islam de France est une République bananière. Ou une tanière dans laquelle trône certains bourricots et certains loups sanguinaires. Louanoughi est aussi la louve qui a allaité et couvé le Romulus et Rémus du terrorisme trans-islamiste en France : le Réseau Touchent qui a organisé les attentats de 1995, le Réseau Chalabi dont l'un des objectifs était l’assassinat du général algérien à la retraite Mohamed Atailia. Pendant cette période, Louanoughi était habillé d'un bouc et déguisé en islamiste. Il a fourni l'armement et le financement à des terroristes utilisés comme bouc-émissaires dans le chantage de la dictature militaire algérienne contre la France. Parmi ces « terroristes » arrêtés puis libérés, condamnés ou relaxés, certains sont toujours financés par Louanoughi, certains sont prêts à témoigner si l’État français leur garantisse la sécurité, si la Justice française n'utilise plus le sang des Français, comme celui de Tibhirine, comme variable pour ajustement des rapports politiques et des contrats affairistes, si la vie des Français n'a pas le prix d'un calcul électoraliste, si la France n'a pas la valeur d'une République nihiliste.

Louanoughi Boubakeur et Hollande au Palais de l’ÉlyséeLouanoughi Boubakeur et Hollande au Palais de l’ÉlyséeLouanoughi Boubakeur et Hollande au Palais de l’Élysée

Louanoughi Jean-Marc Ayrault Claude Guéant Manuel VallsLouanoughi, Boubakeur et Manuel Valls

Louanoughi, Boubakeur et Brice HortefeuxLouanoughi, Patrick Cazneuve ministre de l’Intérieur et Abdelmalek Sellal Premier ministre de l’AlgérieLouanoughi et François Fillon

Sarkozy &Louanoughi Les Républicains & la convention Islam : hypocrisie & électoralisme ; islamophobie & terrorisme  Mohamed Louanough: entre le terrorisme des Services et la Mosquée de Paris : le déshonorer de la France ! Et la mort ou l’agonie de quelle France ?  Et la mort ou l’agonie de combien de Français ?

4 juin 2015 : le huit-clos honteux remplace la Convention sur l’Islam, ce premier « événement » organisé par Les Républicains, nouvelle appellation de la machine partisane de Sarko... et de ses machinations… La manipulation politicienne de l’Islam pour inaugurer le retour de l’ancien président et de se son antienne populiste et islamophobe ; pour configurer le reset du logiciel du revenant et défigurer  encore et encore la République ; pour inaugurer la nouvelle campagne présidentielle de Sarkozy en compagnie de Louanoughi : de mauvais augure pour le retour du terrorisme manipulé en France… comme celui de Karachi… Le crash guette la République, car elle n’a pas le courage de passer le karcher…

P.S. Attentats de Paris : le pari de l’hypocrisie !
Le terrorisme : ce boomerang du cynisme et du nihilisme !

 

Avec la politique de notre État et l’état des représentants musulmans,
dont les cortèges de la farce renforcent et protègent ses ressorts et ses mécanismes,

Le terrorisme a de belles nuits devant lui…
Mais son sort, comme le nôtre, est entre nos lèvres et nos mains !!!

Attentats Paris : l’hypocrisie est le soutien du terrorisme : Boubakeur, Louanoughi et Khaled Larbi

Après la barbarie qui nous a frappés le vendredi 13 novembre 2015, les représentants de l’affairisme au nom de l’islam, du pétainisme au nom de l’État, l’innommable fumier du nihilisme et l’innommable terreau bouseux du terrorisme… se mettent en scène. Ou en selle. Ou à la selle…

Ici, lors de la minute de silence observée le 16 novembre à 12H, le Boubakeur, le Louanoughi, le Khaled Larbi.

Rassemblement contre le Terrorisme à l'IMA, organisé par le ministère de l'Intérieur et le CFCM, en couronnant Khaled Larbi et autres danseuses de ventre de l'intégrisme et biberonneuse du nihilismeRassemblement contre le Terrorisme à l'IMA, organisé par le ministère de l'Intérieur et le CFCM, en couronnant Louanoughi et autres danseuses de ventre de l'intégrisme et biberonneuse du terrorisme

« Tous ensemble contre le Terrorisme » : Rassemblement pour faire semblant, organisé le 29 novembre 2015 à l’IMA, Institut du Monde Arabe, garçonnière de Jack Lang, par le ministère de l’Intérieur et le CFCM, en présence de plusieurs représentants musulmans compétents et parfois influents, et de certains escrocs, parfois utilisant la barbe pour voiler leurs crocs, quelques pickpockets des mosquées devenus grands propriétaires au bled, quelques pervers sexuels notoires, quelques agents des Services d’ici ou de là-bas, quelques béni-oui-oui bénis par la servitude, quelques danseuses de ventre de l’intégrisme et autres biberonneuses du nihilisme.

Le Figaro titre « L'islam de France affiche son unité contre le terrorisme ». Libération titre : « Les musulmans de France à l’unisson contre le terrorisme ». L’Express : « 400 responsables musulmans réunis à Paris pour dénoncer le terrorisme »
On peut titrer de nouveau : Attentats de Paris : le pari de l’hypocrisie.
Avec la politique de notre État et l’état des représentants musulmans :
Le terrorisme a de belles nuits devant lui.

P.S.

Sans-titre ...

L’écriture de ce livre était donc comme une aiguille dans la main de plusieurs coauteurs tourmentés par la situation des musulmans en France et dans les pays musulmans, conscients de la force régénératrice de l’islam et de la chance libératrice qu’est la France. L’éthique des coauteurs reposait sur un trépied : affermir la critique sans jeter des anathèmes ni se lamenter ; construire la réflexion sur la base objective d’analyses argumentées et d’observations expérimentées, agir pour guérir et construire, redresser et cimenter, relever et réinventer la communauté musulmane en France et, automatiquement, alimenter une République et une Oumma fortes.

Dans ce livre, plusieurs personnalités religieuses ou politiques, islamiques ou étatiques, ont été « moralement » mis en examen pour des chefs d’accusation variés : corruption, détournement de fonds, abus de bien social, abus de confiance, agression sexuelle, terrorisme, manipulation de terrorisme, non assistance à personnes en dangers, dénonciation de crime imaginaire, intelligence avec puissances étrangères… Mais Doulfikar n’a pas la prétention de devenir la Cour d’assises de l'islam de France, de ceux qui manipulent l’islam pour escroquer les musulmans au nom de l’affairisme ou pour escroquer les Français au nom de l’électoralisme. Ce site et ce livre fournissent des éléments pour lancer les véritables Assises de l’islam de France, pour faire notre véritable examen de conscience, nous musulmans de toutes les nationalités et Français de toutes les religions. Cet examen de conscience, qui signifie audit et redressement, doit être exercé par la communauté musulmane, l’État français, la société civile et les médias. Ce qui compte le plus, ce n’est pas le procès, mais le processus du changement.  

Doulfikar n’est pas payée pour ce qu’il écrit. Probablement, le système BHL le lui fera payer. Mais, comme dit Albert Camus dans Le premier homme : « la noblesse du métier d'écrivain est dans la résistance à l'oppression, donc au consentement à la solitude ».

La prétention de ce livre est triple. 1: Le diagnostic, telle une aiguille qui pique là où ça fait mal pour faire bondir. 2: L’analyse, telle une aiguille remplie d’idées à injecter dans le débat pour faire réfléchir. 3: Les propositions, telle une aiguille qui tisse un réseau islamique ou républicain pour mieux agir.
Ce livre est à la fois une source d’informations pour les lecteurs et un manuel de formation pour les acteurs. À l
a fois pamphlet ou catalogue critique, dictionnaire ou réparation du lexique, une boite-à-outils ou guide pratique.
Ce livre dénonce des dangers  et des maux. Alors, les mots parfois violents traduisent en toute honnêteté l’objet violent de ce livre, ce qui peut mettre à mal son objectivité. Mais l’objectivité
ne signifie pas l'ablation de la foi ou l'abolition des sentiments. La révolte peut nous traverser en enquêtant, mais le devoir de vérité et l’obligation d’honnêteté intellectuelle ne doivent jamais nous quitter en écrivant. Il faut témoigner « sans haine et sans crainte », écrire avec sincérité et rigueur, agir dans la légalité et l’honneur.

Comme écrit dans le chapitre précédent, les mots Libération et Rédaction se traduisent en arabe avec le même mot : TAHRIR ! Le premier mot révélé par le Coran est le verbe « LIS ». C’est un impératif. Il est impérieux de lire pour se libérer. C’est en fréquentant puis en étudiant les ennemis de l'islam que Doulfikar a compris c'est quoi vraiment l'islam: un mouvement de Libération de l'Homme.
Même si la réalité musulmane ne traduit pas la vérité de l’islam, même si le monde musulman ne reflète pas l’identité de l’islam, l’islam reste un mouvement de libération de l'Homme.
Libération de la soumission aux autres hommes.
Libération de la soumission aux pressions et aux ordres asservissants des tyrans, aux tentations et aux pouvoirs oppressants de l'argent, aux pulsions et aux désirs avilissants de l'égo...
Libération de la soumission aux idoles, qu’elles soient en pierre ou sculptées dans le cerveau, en chair ou injectées dans les fantasmes...
L’islam, c’est l’insoumission à la domination et à l’aliénation, à la servilité matérialiste et à la bestialité égoïste.
L’islam, c’est le combat individuel et permanent contre la vanité, la cupidité et la lâcheté.
L’islam, c’est l’insoumission au matraquage médiatique et au flicage idéologique, à la propagande autoritaire et l’endoctrinement sectaire.
L’islam, c’est la foi et la raison.
L’islam, c’est la paix et le combat.
L’islam, ce n'est pas seulement un monothéisme, mais un mouvement contre le despotisme et le narcissisme, contre l’oppression et la régression.

L’islam, c’est la Liberté.

 

Accueil et sommaire...   0 1 2 3 4 5 6 7

Al-Khatabi Ben-Badis
11/06/2015

 

 

 

"Je ne veux que la réforme, autant que je le puis. Et ma réussite ne dépend que d'Allah. En Lui je place ma confiance, et c'est vers Lui que je reviens repentant."

 

"En vérité, Allah ne change l’état d’un peuple (ou d’une communauté), tant que les [individus qui le composent] ne changent pas ce qui est en eux-mêmes."