doulfikar.com

Trans-imam Chalghoumi : une escroquerie d’Etat... parmi d’autres.

Du Pakistan à Israël, du djihadisme au sionisme : Mutations & manufacture d’un marchand de tapis voleurs.

3-1

L’imam des juifs et le Conseiller juif de l’imam :
L’antisémitisme de la serpillière.

3-2

Chalghoumi, le produit sioniste, l’acrobate accro au sionisme.
Charabia VS Acronymes: BNVCA? LICRA, LDJ, UEJF, UPJF, CRIF…

3-3

Le VRP représentant propagandiste d’Israël,
Le VIP chez les Marchands du Temple.

P.S. ... 1

Chalghoumi : l’intronisation de l’imam des Juifs;
l’alimentation de l’antisémitisme.

P.S. ... 2

Chalghoumi : l’importation de la guerre israélienne
au nom de la « non-importation du conflit ».

 

 

« J'ai compris qu'il ne suffisait pas de dénoncer l'injustice,
il fallait donner sa vie pour la combattre. »
Albert Camus, Les justes.

3-1

L’imam des juifs et le Conseiller juif de l’imam :
L’antisémitisme de la serpillière.

Comme on a vu dans le chapitre 1-3 de la légende à la sauce BHL de l’imam menacé : 7 mai 2006 est la date de naissance du « Chalghoumi pro-israélite » ou du « Chalghoumi: le pro d'Israël ». Mais ce n’est qu’en 2010 qu'il déclare pompeusement sur Radio J et sur RCJ (Radio de la Communauté Juive) : « Je suis fier qu’on m’appelle l’imam des Juifs ». « C’est un honneur pour moi quand les sites islamistes mettent le drapeau d’Israël sur ma mosquée ». Pourtant dans les autres médias, qu’il prend pour des pigeons raffolant de l’islamophobie et de la fabrication de l’antisémitisme affolant, il ne roucoule pour exhiber son amour d’Israël, il glougloute pour dévoiler sa tristesse et hurle pour étaler sa peur de ceux qui l’accusent d’être l’imam des juifs. Puis, il demande solennellement que l’Etat le protège contre ceux qu’il insulte. Il soutient l’Etat d’Israël pendant qu’il massacre les Palestiniens, déroule le tapis rouge à son Président, son ambassadeur et ses mercenaires… et demande qu’on n’importe pas le conflit israélo-palestinien en France.

Comme les antisémites classiques ou historiques, célèbres écrivains ou funèbres assassins, Chalghoumi pense lui-aussi que les Juifs accumulent l’argent et manipulent la politique et les médias. Il y a ceux qui opposent la résistance, l’animosité ou l’hostilité. Et il y ceux, tel le trans-imam, qui se décomposent en paillassons et proposent la complaisance, la compromission et la soumission. Dans la malheureuse histoire humaine, ce profil varie entre la marginalité et la profusion. C’est le profil de la trahison pour profit. C’est professer la mauvaise foi et proférer le faux pour profiter des Faux-Prophètes du Veau d’or. C’est préférer la lâcheté pour acheter la bénédiction des puissants. C’est se vêtir du déshonneur pour acquérir les honneurs des dominants. C’est se donner entièrement pour devenir la favorite du harem, mot qui vient du mot arabe haram, antinomique de halal et synonyme d’illicite. Ainsi, comme l’écrit Malika Bennabi, Chalghoumi a choisi de vendre sa religion ou de se vendre, d’offrir un destin de bourricot pour les Veaux d’or du sionisme (CRIF, UPJF, Sarkozy, Valls…) et pour les vautours de l’islamophobie...

L’ascenseur politique de la Shoah. Au cœur de la cité de la Muette, il y a le célèbre et funèbre camp de Drancy, l’antichambre de la barbarie. En 1988, un wagon et des rails y ont été installés pour commémorer la barbarie nazie et pétainiste. A partir de 2006, Chalghoumi va utiliser la Mémoire de la Shoah dans des shows politico-médiatiques pour se refaire une virginité, pour se réécrire une nouvelle histoire. Investir la cité de la Muette pour que les Services restent muets. Pervertir ce Wagon comme un TGV vers la célébrité. Se conduire comme une remorque de la communauté juive sur les rails de la servilité… et sur les rails du communautarisme électoraliste installés par le Maire de Drancy Lagarde. Parce que c’est ce dernier qui a orchestré politiquement et organisé logistiquement la participation des musulmans, Chalghoumi en tête, à cette célébration de la Shoah. C’est lui qui a mis à disposition de l’ACMD, l’Association fraichement créée des Musulmans de Drancy, un bus appartenant à la mairie de Drancy, pour emmener les musulmans, qui devaient se retrouvaient à côté de l’école Salengro, pour être emmenés au Mémorial de la Shoah, en mai 2006. C’est Bernard Koch qui a écrit le discours que va prononcer Chalghoumi après sa relecture et sa correction par le Maire Lagarde. Mais c’est Koch, grâce à la légende de l’imam agressé-menacé, qui va propulser Chalghoumi dans une autre sphère politico-médiatique. Même s’il reste pour le maire Lagarde, un simple satellite arriviste qui rime avec prosélyte électoraliste.

Bernard Koch : le Conseiller juif de l’imam. Titre accordé par le trans-imam ChalghoumiDans cette atmosphère clientéliste, dans cet univers nihiliste, Chalghoumi invente un poste ou un métier : Le Conseiller juif de l’imam. C’est le titre que ce trans-imam a accordé à Bernard Koch en 2008. Le 15 avril 2008, plusieurs médias reprennent une dépêche AFP annonçant la nomination de Bernard Koch par Chalghoumi comme délégué aux relations extérieures de l’association culturelle musulmane de Drancy, avec le statut de salarié à mi-temps et disposant d'un bureau dans les locaux neufs de cette mosquée. Puis, l’AFP termine en tricotant le storytelling de Chalghoumi, un nouveau conte de fées « En mai 2006, l'imam Chalgoumi (NDLR : pendant cette période, Chalghoumi n’avait qu'un seul H) avait dénoncé sans ambiguïté la réalité du génocide juif et appelé les musulmans du monde entier à respecter la mémoire juive, au mémorial de Drancy, ville où étaient rassemblés les juifs avant d'être déportés vers les camps nazis. Deux jours après, son domicile avait été saccagé ». Saccagé est le dernier mot qui conclue cette dépêche débutée par « l’imam de Drancy… ». Ainsi, en filigrane, il y a un musulman et des musulmans, il y a un imam angélique et des monstres diaboliques. C’est cette trame qui va constituer toute la communication médiatique que va mettre en place le couple Chalghoumi-Koch.

Iftar, diner ramadan, à la mosquée de Drancy : Chalghoumi dans le dos du rabbin SerfatiChalghoumi remet son célèbre Trophée l’Olivier de la Paix au rabbin Serfati, président de l’AJMFLe Parisien leur accorde conjointement, le 10 mai 2008, une interview titrée « Nous voulons changer les mentalités ». Le 19 octobre 2008, Hassen Chalghoumi est reçu pour la première fois par une radio communautaire. Juive évidement. Il est invité avec Bernard Koch pour parler, tant que faire se peut, de « Maintenir le dialogue entre Juifs et Musulmans », dans l’émission « Rencontre » sur la radio Judaïques FM, dont Jean Corcos est l’animateur-producteur. Ce dernier deviendra un propagandiste de Chalghoumi puis le président de la Commission du CRIF pour les relations avec les musulmans. Au détriment de Koch qui n’a pas réussi à être propulsé par le travail extraordinaire qu’il menait, sur le terrain quotidien, auprès de Chalghoumi. Koch était la rampe de lancement ou le premier moteur de l’ascenseur sioniste qui a propulsé Chalghoumi. Mais Koch n’a gagné que le vertige. Koch a allumé, savamment, les cierges médiatiques pour Chalghoumi, mais il n’a gagné que de la fumée, y compris celle échappée du célèbre Bus de l’amitié judéo-musulmane, dont Koch était l’attaché de presse.

La Fourest avec Chalghoumi & Koch au Forum de Tel-AvivChalghoumi et Koch animaient ensemble ce Bus qui a fait escale à Drancy pour la première fois le 26 avril 2007. Ce bus est une opération de communication communautaire sillonnant plusieurs villes de France, lancée en 2005 par l’AJMF, Amitié Judéo-Musulmane de France, coprésidée par le rabbin Michel Serfaty et par le docteur Djelloul Seddiki, vice-recteur de la mosquée de Paris et recteur de l’institut Ghazali. Mais ce dernier démissionne avec fracs de cette Amitié AJMF, contre, ce qu'il appelait le « mutisme le plus total des membres juifs de l’instance » face aux « bombardements ont eu lieu. Gaza est devenu un véritable « camp de concentration » et ce n’est pas moi qui le dit mais le ministre de la Justice du Vatican. Les mosquées, les hôpitaux, les bâtiments humanitaires et même les cimetières ne sont pas épargnés. On voit des images d’enfants déchiquetés et personne ne dit rien ». Cette parole digne d'un homme indigné est signée Djelloul Seddiki. Ainsi, quand le bus fait escale de nouveau à Drancy le 10 juin 2009, Seddiki ne fait plus partie de l’équipage, mais Chalghoumi est toujours là. Et plus que jamais. Les massacres commis par Israël à Gaza ont révulsé Seddiki qui a démissionné et propulsé Chalghoumi qui a demandé l’interdiction des manifestations pro-palestiniennes.

Conseiller au gouvernement français d’interdire les manifestations contre les crimes d’Israël est 1000 fois plus criminel d’inventer le poste du Conseiller juif de l'imam, mais les deux sont motivés par le même mobile : la cupidité cagoulée ou voilée dans la servilité. Ce mobile produit parfois des escroqueries criminelles. Le Conseiller juif de l’imam est un titre aussi stupide qu’abject : Juif est une confession et non pas une profession. Mais contrairement aux déclarations médiatiques, Chalghoumi n’a jamais fait de déclaration officielle, comme la déclaration URSSAF, du recrutement de Bernard Koch. Mais Chalghoumi a payé et rémunéré ce Koch en noir, avec l’argent de la mosquée, avec les dons des musulmans. Ce Koch a créé, le 16 janvier 2009, une page de soutien sur Facebook intitulée Soutien Fraternel A L'imam De Drancy, Hassen Chalghoumi. « L'Imam de Drancy, Hassen Chalghoumi fait l'objet d'une véritable « fatwa », un appel au meurtre, de la part d'Imams irresponsables et hostiles aux juifs et à la paix entre Israéliens et Palestiniens. (…) Pour avoir demandé dans le Parisien daté du 13 janvier 2009 l'interdiction des manifestations anti-juives est obligé de sortir clandestinement. Je lance un appel de soutien fraternelle à tous les hommes de bonne volonté, épris de paix, quelques soient leurs appartenance, politique, culturelle et cultuelle, à Hassan Chalghoumi, Imam de Drancy, l'un des plus grands leaders musulmans. L'équivalent selon moi d'un Martin Luther King. » C’est faux ! Aucun imam, ni en France ni ailleurs, n’a émis de fatwas contre Chalghoumi.

Bernard Koch & Hassen ChalghoumiLa fabrication et l’instrumentalisation de l’agression antisémite par le couple Chalghoumi-Koch peut servir d’une nouvelle démonstration du 2 poids 2 mesures : Rudy Vs Bourarach, ou d’une nouvelle illustration de l’affabulation mythomane et de l’agitation antimusulmane d’un mouche du coche. Pour paraphraser une des Fables de La Fontaine : « Ainsi certaines gens, faisant les empressés ; S’introduisent dans les affaires. Ils font partout les nécessaires ; Et, partout importuns devraient être chassés. » Le 23 juin 2008, Koch emmène et introduit Chalghoumi dans le service des soins intensifs de l’Hôpital Cochin pour voir et se faire voir avec le jeune Rudy agressé 2 jours plutôt dans le 19ème arrondissement de Paris. Le trans-imam s’empresse à condamner un acte antisémite ignoble. Il pense faire le nécessaire en se rendant chez la famille juive pour lui apporter son soutien au nom de la communauté musulmane. Mais il aurait dû être chassé de cette communauté qu’il va déshonorer. Car il n’était pas question d’agression antisémite, mais de règlement de comptes communautaires entre bandes rivales. Car le jeune juif pratiquant n’était pas seulement un loubavitch, mais un loup de cité qui pratiquait la délinquance.

Affaire Rudy : invention et instrumentalisation de l’antisémitisme avec Chalghoumi, Sammy Ghozlan, rabbin Serfati, Bernard Koch, CRIF, BNVCA…Affaire Rudy : invention et instrumentalisation de l’antisémitisme avec Chalghoumi, Sammy Ghozlan, rabbin Serfati, Bernard Koch, CRIF, BNVCA…

Malgré l’interpellation immédiate et la diabolisation névropathe de 5 mineurs âgés de 14 à 17 ans, la police et la justice ne se sont pas laissées abusées : les médias aussi. Le point : « Zones d'ombre autour de l'agression du jeune juif à Paris ». Le Monde : « Selon un témoin, Rudy H. n'était pas seul lors de son agression ». Arrêt sur Images : « Antisémitisme : la longue chronique des fausses alertes ». « Les investigations ont montré que Rudy n'avait pas été agressé alors qu'il était seul mais blessé à l'issue d'une bagarre entre deux bandes qualifiées de "communautaires", l'une formée de Juifs et l'autre de Noirs ». « Le jeune Rudy, un apprenti plombier résidant à Pantin, était connu de la police et sous contrôle judiciaire pour des violences commises en décembre en marge d'une réunion de mouvements militants à Bercy ». Il était « Mis en examen pour violence "avec arme par destination" – il s'était servi de son casque de scooter –« Selon la police, Rudy H. pourrait toutefois être impliqué dans une autre affaire. De source judiciaire, on indique que son nom "apparaît plusieurs fois dans le champ pénal". » Mais pour Chalghoumi et ses nouveaux maîtres qui se prennent pour les dieux du Milieu politico-médiatique, un juif ne peut être que victime. Pourtant, comme les autres membres des autres religions ou des autres " races ", il y a des Juifs célèbres dans le milieu ou dans la mafia, dans la pratique de la barbarie ou des crimes sordides…

Il y a ces 5 voyous juifs connus de la police ou de la justice, proches de la Ligue de défense juive, crépuscule sioniste-fasciste interdit aux USA et en Israël, mais toléré et honoré par une France encore pétainiste. Le 30 mars 2010, Ils ont agressé, tabassé puis noyé dans le canal de l’Ourcq Saïd Bourarach, un vigile dans le magasin Batkor à Bobigny. Il a laissé une veuve et 2 orphelins. Et la communauté musulmane a laissé ce crime sans sursaut d’honneur. Une poigné de musulmans dignes a manifesté sa révolte émoussée, puis rien. Pourtant ce crime est à la fois une Ratonnade une Noyade. C’est un Retour des pratiques racistes des années 80 et des crimes colonialistes du 17 octobre 1961. Evidement Chalghoumi silencieux aurait réagi si la victime était juive. Mais ses marionnettistes ont d’autres cartes dans leur main. Son parrain Ghozlan a utilisé son autre pantin M'hammed Henniche, patron de l’UAM 93, pour casser de l’intérieur le mouvement de soulèvement musulman contre ce crime, tout en le laissant casser sa voix en répétant partout que ce crime raciste est abominable, épouvantable, impardonnable... Dans la manipulation sioniste, arabe de service rime avec artifice. Dans le dictionnaire franco-politico-médiatique, la communauté musulmane ne rime, malgré une partie d’elle, qu’avec sommeil, division, agitation, écume…

3-2

Chalghoumi, le produit sioniste, l’acrobate accro au sionisme.
Charabia VS Acronymes : BNVCA, LICRA, LDJ, UEJF, UPJF, CRIF…

13 janvier 2009 : c’est la date de naissance du nouveau Chalghoumi. Le Chalghoumi sioniste. Dans Le Parisien, « Il ne faut pas transposer le conflit ici », Chalghoumi demande l'interdiction des manifestations anti-juives. En plein bombardement barbare de Gaza par les avions de Tsahal, il demande la prohibition policière des mouvements de solidarité pro palestinien. Pendant que des centaines de milliers de Français, de gauche comme de droite, de toutes les religions y compris le judaïsme, manifestaient contre les crimes sauvages de l’armée israélienne, le trans-imam de Drancy appelle à interdire les manifestations de solidarité et les signes d’humanité envers des populations civiles bombardées et massacrées en direct, devant la fenêtre de nos chaines d’infos. 

Jackpot ! Chalghoumi, qui n’était connu avant que par quelques journalistes, l’est maintenant par tous les médias nationaux. Chalghoumi, qui n’était reconnu avant que par quelques leaders juifs, l’est maintenant par l’ensemble de la communauté juive et des lobbys sionistes. Ces derniers vont l’adopter et adapter son destin à leur dessin. Ils vont remplacer ses layettes et ses langes avec un costume sur mesure, le biberonner avec leur propagande, le placer en tête de la communauté musulmane et le couronner avec les lauriers et les louanges politiques et médiatiques… Ils vont aussi l’aider à racoler ou trainer avec quelques imams et quelques représentants associatifs en réglant leurs problèmes de papiers (régularisation ou naturalisation), logements (HLM évidemment), argent (recrutement ou subventions)… 

Chalghoumi et Joël Mergui, Président du Consistoire israélite, à la mosquée de DrancyD’abord, les soutiens étaient graduels, personnels avant de devenir institutionnels. Le premier est le BNVCA, puis l’UPJF, le véritable propulseur, puis le CRIF. Puis tout et n’importe quoi. Toutes les personnalités importantes représentantes d’instituions influentes ou polluantes qu’on a vues lors du diner de la création du CIF, la Conférence des Imams de France. Il y a Joël Mergui, Président et représentant es qualité du Consistoire. Il y a les responsables du Projet Aladin : son directeur exécutif Abraham Radkin ou sa présidente Anne-Marie Revcolevschi, ex directrice générale de la FMS, Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Il y a Nicole Guedj, ex Secrétaire d'État chargée des Droits des victimes, Présidente et représentante es qualité de la Fondation France Israël, créée à l’initiative de Jacques Chirac et d’Ariel Sharon en juillet 2005. Ei il y a les autres:
L’UEJF, Union des Etudiants Juifs de France, peu importe son président en exercice, de Raphaël Haddad à Jonathan Hayoun en passant par Arielle Schwab, tous lui rendaient hommage, se rendaient aux réceptions qu’il organisait dans la mosquée de Drancy ou ailleurs ou organisaient des rencontres avec lui. Seul Patrick Klugman était réservé sur Chalghoumi, allant même à l’affronter lors d’un débat abimé par Ruth Elkrief sur BFM autour du débat de l’UMP sur l’Islam et la laïcité. Mais depuis 2012, ils sont devenus amis car Chalghoumi a retourné sa veste pour Valls et Klugman a remporté le chapeau d’Adjoint au Maire de Paris Chargé des relations internationales et de la francophonie auprès de Mme Hidalgo, soutien historique et énergique de Chalghoumi.

Le baron Eric de RothschildLe baron Eric de Rothschild, Président du Mémorial de la Shoah, Président d'honneur de la Grande synagogue de Paris, un des dirigeants de la Fondation de Rothschild, président de Fondation Casip-Cojasor qui assure un énorme travail social pour la communauté juive, même s'il bosse dans de somptueux bureaux situés dans le 6ème étage du chic 8ème arrondissement de Paris au 23 bis Avenue de Messine. Car, comme on pouvait le deviner, Rothschild est surtout et avant tout un banquier puissant et ravissant. Le baron Éric de Rothschild est un héritier né dans un bénitier du Veau d’or : il est détenteur d’un patronyme qui fait saliver et trembler la finance et la politique. Il a participé à plusieurs diners organisés par Chalghoumi à la mosquée de Drancy ou à la gloire de la politique politicienne, comme le diner du 4 février 2013 en honneur de Valls. Rassurez-vous, c’est un millionnaire arabe et non pas le milliardaire juif qui a payé ce diner. Par contre, c’est la mosquée de Drancy qui a payé un diner organisé en honneur du baron Rothschild début 2012, à la salle des prières des femmes qui étaient alors une nouvelle fois chassées. Mais rassurez-vous, elles ne subissent pas le sort des Palestiniens chassés à jamais, puisqu’elles récupèrent leur salle de prière entre les sauteries politico-religieuses de Chalghoumi. Alors, c’est l’occasion de citer la célèbre formule du baron de Rothschild : « Quand le sang coule dans la rue, il faut investir dans la pierre. » Il s’agit d’Edmond James de Rothschild. Il s’agit du cynisme de certains financiers qui ont collaboré avec les nazis, avec les bourreaux de leur communauté, pour se faire du fric. Il s’agit maintenant de la pierre tombale qui prend la forme de mosquées. Les lobbys sionistes investissement maintenant dans les mosquées et dans les imams. Cette formule a été popularisée par le film de Spike Lee « Inside Man, l'homme de l'intérieur ». Alors, qu’on soit banquier ou religieux, noble ou misérable, juif ou musulman, la traitrise n’a pas de religion et chaque communauté a ses ennemis de l’intérieur.

SIONA et son président Roger Pinto, une association d'aide aux Juifs démunis en France et en Israël, mais aussi de promotion de l’Alia et de défense inconditionnelle d’Israël. A la lecture des chroniques de son inamovible président dans The Times of Israël, on peut démontrer que pour Goebbels, le BHL est un alias. Et pour nous libérer, on peut espérer que Chalghoumi fasse une alyah.

Chalghoumi chéri par la  LDJ groupuscule Fasciste Sioniste, Ligue de Défense JuiveChalghoumi chéri par la  LDJ groupuscule Fasciste Sioniste, Ligue de Défense JuiveChalghoumi chéri par la  LDJ groupuscule Fasciste Sioniste, Ligue de Défense Juive

LDJ  Ligue de Défense Juive

Groupuscule fasciste-sioniste interdit aux USA et en Israël ; toléré et protégé en France. Même si certains de ses membres ont été condamnés par la justice depuis seulement 2 ans. Leur plus célèbre crime est le lynchage et l'assassinat de Saïd Bourarach le 30 mars 2010. Les principaux assassins, les frères Lampel, sont membres actifs de la LDJ. Mais la justice ne va pas condamner cette milice fasciste. Et certains médias vont instrumentaliser ce procès pour faire le procès des musulmans qui considéraient ce meurtre comme crime raciste. Comme cet article de Libération « Saïd Bourarach, frappé, noyé, instrumentalisé », dont voici le chapeau : « Le procès des quatre juifs condamnés de neuf à quatre ans de prison, jeudi, après la mort d’un Marocain à Bobigny en 2010, a fait l’objet de récupérations, sur fond d’un «deux poids deux mesures» entre juifs et Arabes alimenté par Dieudonné . »

Le Bnai Brith : la puissante loge maçonnique juive, présidée par Serge Dahan.
Serge Dahan, patron de la loge maçonnique juive du Bnai Brith à la mosquée de Drancy de ChalghoumiLa maçonnerie israélite est très présente, en quantité et en qualité, dans les évènements que Chalghoumi organise à la mosquée ou à la ville de Drancy, surtout Jacques Jacubert, son Président d’honneur. De l'autre côté du miroir, Chalghoumi est un invité de marque du Salon annuel des écrivains du Bnai Brith organisé dans la mairie du 16ème arrondissement de Paris. Sa première participation dans ce salon date du 14 novembre 2010, sa table était à côté de celle des néofascistes islamophobes Christine Tasin et Pierre Cassen de Riposte Laïque. Tout un symbole. Puis, le Bnai Brith lui organise le 28 Mars 2011 au théâtre Le Village à Neuilly sur Seine une conférence-débat « L’imam et le rabbin dans la cité » avec Serfati, Hannache et Bencheikh. Puis, le 4 mars 2013, au Centre Communautaire Juif Jérôme Cahen de Neuilly-sur-Seine, « une conférence organisée par le B’nai B’rith France, sur le thème du témoignage de son voyage en Israël entouré de 17 Imams de France. » Leur site publie : « B’nai B’rith France Invité par l’Imam Hassen CHALGHOUMI A la rupture du Jeune ». Et entre les rencontres officielles, il y a l’autre partie de l’Iceberg qui représente toute loge maçonnique qui se respecte.

Chalghoumi et Serge Dahan, président de la franc-maçonnerie juive le Bnai Brith Dédicace du livre de Chalghoumi chez le Bnai Brith à Neuilly sur seineConférence de Chalghoumi chez le Bnai Brith à Neuilly sur seine

La LICRA, la Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme, le R du mot racisme n’est que la Répétition ou le Replay du mot qui le suit. C’est une combinaison sophistiquée du lit et du drap : Faire le lit d’un certain communautarisme en se couvrant des draps République, Laïcité et Antisémitisme. Comme pour le Bnai Brith, il y a la participation de Chalghoumi dans le Salon du livre de l'antiracisme de la LICRA organisé dans la mairie du 6ème arrondissement et la participation des responsables de la LICRA dans les évènements organisés par Chalghoumi à la mosquée ou à la ville de Drancy. Il y a les conférences comme celle donnée par Chalghoumi au lycée juif O.R.T de Colomiers organisée le 2 décembre 2014, organisée par la LICRA et le CRIF. Alors, il refait la Une de La Dépêche avec ce titre : Hassen Chalghoumi : «On n'a pas tiré les leçons de l'affaire Merah». Seul un épisode d’horreur a pollué le feuilleton des honneurs rendus par la LICRA à Chalghoumi. La LICRA a publiquement attaqué Chalghoumi lorsqu’il a accepté la participation de Riposte Laïque comme co-organisatrice de la Marche du 29 avril 2012 contre l’islam radical.

Mais la LICRA reste un soutien et un levier de puissance pour Chalghoumi. C’est elle qui lui a fourni gratuitement son premier avocat, Me Emmanuel Trink, également avocat de l’ancien patron de la LICRA Patrick Gaubert, ami personnel de Sarkozy, vaincu par Nicole Guedj pour présider la Fondation France Israël en 2009. Maitre Trink a accompagné Chalghoumi dans l’émission du Grand Journal de Canal Plus le 18 Février 2010. Mais dans les loges, il a critiqué sévèrement sa médiocrité et coupé immédiatement tout contact avec lui. La LICRA va le remplacer par le célèbre bâtonnier Christian Charrière-Bournazel, qui est toujours son avocat, mais pas bénévolement. L’argent de la mosquée, par chèque officiel, sert à payer, au moins en partie, les honoraires de l’avocat de Chalghoumi.

Pour la petite blague, à l’occasion d’un nouvel événement politico-religieux organisé par la LICRA à Nîmes le 6 juin 2015, sous le titre hypocrite de  « La République et ses principes à l'épreuve des intégrismes », le quotidien régional Midi Libre consacre une interview pour le trans-imam avec ce titre « Nîmes : l'imam Hassen Chalghoumi veut "en finir avec un islam politique" ». Le chapitre 2 a démontré l’escroquerie politicienne de Chalghoumi qui ne fait que de la politique pour ses « maitres politiques », de Lagarde à Sarkozy, de la Tunisie à Israël.  Alors, pour la LICRA & Cie, on peut organiser un colloque « La République et ses principes à l'épreuve des lobbys ou du sionisme ». Pour Chalghoumi et les autres trans-imams, que peut-on organiser pour en finir avec leur « islam politique » ? 

L’ADL, la LICRA américaine, Anti-Defamation League, un lobby sioniste américain ultra-puissant. Printemps 2011, au siège du CRIF, au 39 Rue Broca à Paris, son président Prasquier a organisé une longue rencontre privée entre Chalghoumi, accompagné de son ex-conseiller Hannache, et une délégation de l’ADL dirigée par Abraham Foxman, son président survivant de la Shoah, Robert Sugarman, son secrétaire général et Michael Salberg, son directeur des affaires internationales. Les trois seront reçus discrètement à la mosquée de Drancy après une visite du Mémorial de la Shiah de Drancy. Mais malgré leur pouvoir pharaonique aux USA, ils n’ont pas pu obtenir un visa à Chalghoumi pour participer avec Prasquier à la commémoration du vingtième anniversaire du Musée de l’Holocauste et au centième anniversaire de l’ADL. Le râteau américain sur son passeport lui a fait rater le somptueux diner du 30 avril 2013 avec 3500 personnes invitées et réparties sur 300 tables.

La FFEU, Foundation For Ethnic Understanding (Fondation pour la compréhension entre les ethnies), présidée par le célèbre rabbin de New York Marc Schneider qui a rencontré le trans-imam de Drancy à l'occasion du premier gala de l’AJMF organisé par le rabbin Serfati le 8 décembre 2009 dans les salons de la mairie du 16ème arrondissement de Paris. L’année suivante, première semaine de décembre 2010, Chalghoumi et son conseiller Hannache sont invités par le FFEU à Bruxelles pour participer à un machin judéo-musulman, Gathering of European Muslims and Jewish leaders. La délégation déjeune au Parlement européen avant d'être reçue par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy. En 2011, le FFEU invite Chalghoumi et son complice à un séminaire organisé à l’hôtel Hilton Champs Elysées à Paris. Puis à une autre rencontre dans une autre capitale européenne. Puis, plus rien. Le FFEU et le rabbin Schneider coupent brutalement leur relation avec le trans-imam de Drancy pour suivre les conseils de Samia Hathroubi, représentante de cette fondation pour l’Europe, antithèse du trans-imam de Drancy avec qui elle ne partage que les origines tunisiennes. « La France est schizophrène », c'est le titre de son interview par le site Alohanews le 2 octobre 2014. Ce même site a publié le 21 mars 2013 l'article: Hassen Chalghoumi, l’imam faussaire.

L’AJC et Valérie Hoffenberg, directrice du bureau français de l’American Jewish Committee, Comité des Juifs Américains. Ancienne connaissance de Chalghoumi qui lui a organisé une standing-ovation le 5 février 2009 à l’Assemblée Nationale, lors du colloque « Mieux se comprendre pour mieux vivre ensemble », un moulin de blablabla qu’elle a organisé au nom de son association Collectif Urgence Dialogue et au nom de l’association  Génération France.fr que présidait Jean-François Copé, en présence de ce dernier et de plusieurs Chalghoumi laïques, le patron de BeurFm Nacer Kettane en tête. Elle a été nommée par le président Sarkozy en août 2009, « représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient ». Un long chapeau à plume. Deux ans plus tard, elle est limogée par le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé. Violemment attaquée par plusieurs lobbys sionistes, elle perd les législatives de 2012 dans la huitième circonscription des Français établis hors de France, qui comprend surtout Israël, au détriment de Meyer Habib. Pour paraphraser Jean Glavany qui déclare à Meyer Habib sur La Chaine Parlementaire : « Parfois je me demande si vous êtes du Parlement français ou du Parlement israélien », chacun de nous peut dire à Chalghoumi : « Parfois je me demande si vous êtes français ou israélien, musulman ou je ne sais quoi… ». Mais pour le savoir, on va voir les véritables soutiens de Chalghoumi, BNVCA, UPJF et CRIF.

Le CJE, Congrès juif européen. Surtout son secrétaire général Serge Cwajgenbaum. Chalghoumi au parlement européen à Bruxelles au rythme du lobbying sioniste avec le Congrès Juif Européen présidé par Moshé KantorChalghoumi et Farid Hannache avec Moshé Kantor, président Congrès juif européen, à BruxellesC’est Prasquier, en sa qualité du président du CRIF, qui va offrir à Chalghoumi l’ascenseur politique le plus rapide. Il le fait inviter au symposium intitulé « Construire ensemble l’avenir de l’Europe », organisé par Congrès juif européen le 30 mars 2009 au parlement européen à Bruxelles sous le patronage de la présidence tchèque de l’Union européenne et du président du parlement européen Hans-Gert Poettering. On peut l’admirer à la septième minute de cette vidéo. C’est dans cette rencontre qu’il va faire la connaissance de Mohamed Sifaoui qui va lui présenter plus tard son éditeur Le Cherche Midi pour lui faire publier un livre et gagner une protection SPHP. Mais cette puissante organisation de lobbying sioniste présidée par Moshé Kantor n'a plus donné la parole à Chalghoumi. Question de standing.

Lobby sioniste Michèle Alliot-Marie, Chalghoumi et ses imamsLobby sioniste Michèle Alliot-Marie, Chalghoumi et ses imamsElle s'est contentée de l'inviter quelques fois, d'inviter plutôt sa smala de pseudos imams pour meubler, par l’apparence vestimentaire islamique, les rencontres organisées par les lobbys sionistes. Comme la conférence annuelle du Congrès Juif Européen, le 13 décembre 2010 à Paris, qui a reçu comme invitée d’honneur Michèle Alliot-Marie, moins d’un mois après sa nomination comme ministre des Affaires étrangères. Puisqu'on parle de MAM, qui s'écrit MIAM dans le langage de la géopolitique gastrique, contrairement aux accusations complotistes ou antisémites, cette femme politique française qui a dirigé 3 ministères régaliens, l'Intérieur, la Défense et les les Affaires étrangères, n'est pas à la solde des sionistes, mais un Machiavel de belle facture qui marchande avec toutes les dictatures, y compris ou surtout arabes. On peut se rappeler de l'édito de Pierre Haski : « L'indécence au pouvoir : MAM offre l'aide sécuritaire à la Tunisie ». De l'enquête sur les galipettes dans le ciel « La Tunisie grondait, et MAM volait aux frais du clan Ben Ali ». Et on peut tomber des nues avec l'article de L'Express : « Les petites manœuvres de MAM au profit de l'Arabie Saoudite et du Koweït ».

Pour illustrer cette fonction de Chalghoumi et sa smala de pseudos imams pour meubler les rencontres organisées par les lobbys sionistes, pour beugler ce qu’on leur demande de dire, même s’ils parlent très mal, voici 3 photos du Diner gala du Projet Aladin à l’Assemblée nationale le 5 novembre 2012.

Chalghoumi & sa smala de religieux en gandouras ou de trans-imams pour décorer les rencontres juivesChalghoumi & sa smala de religieux en gandouras ou de trans-imams pour décorer les rencontres juivesDiner gala Projet Aladin : Chalghoumi & ses imams qui ne savent pas parler: pour meubler et beugler  au service du sionisme

Le BNVCA & Sammy Ghozlan.
Sammy Ghozlan et Hassen Chalghoumi le 26 septembre 2008, affaire RudySammy Ghozlan et Hassen Chalghoumi avec le Mémorial de la Shoah comme arrière-planLe Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, créé en avril 2002 quand la lutte contre l’antisémitisme a été adoptée comme arme pour terrifier les manifestations pro-palestiniennes et sanctifier les abominations israéliennes. Cette association est dirigée par Sammy Ghozlan, commissaire de police honoraire et président du CCJ 93, Conseil des Communautés Juives de la Seine-Saint-Denis, habile lobbyiste sûr de lui et dominateur dans le 93 et habitant Le Blanc-Mesnil, à côté de Drancy. Tous ces éléments ont parachuté Ghozlan comme le parrain de Chalghoumi. Ce qui explique la véhémence des attaques de Koch contre Ghozlan sur les réseaux sociaux, car il lui a volé son bébé ou son entreprise, réalisant le hold-up parfait. Il le présente en 2008 à ses amis Patrons Juifs de l’UPJF qui le couvent et le couvrent en considérations. C’est lui qui a contacté l’AFP le 25 janvier 2010 pour inventer la célèbre agression de l’imam dans la mosquée alors que l’intéressé était à la mairie du 16ème.

UPJF Chalghoumi Claude Bartolone, Sammy Ghozlan, Prasquier, CRIF, Assemblée Nationale, le Parlement au rythme du sionismeUPJF Chalghoumi Claude Bartolone, Sammy Ghozlan, Prasquier, CRIF, Assemblée Nationale, le Parlement au rythme du sionisme

Pour faire plaisir à son parrain ultra-sioniste, Chalghoumi a « ramené sa fraise » et sa smala, une suite de prétendus imams, au colloque organisé par le BNVCA le 18 février 2013 à la Chambre basse du Parlement. Le colloque, qui réunissait aussi des membres de la LDJ, groupuscule fasci-sioniste interdit aux USA et en Israël, était honoré par le Président de l’Assemblée nationale Claude Bartolon. Les nazis considéraient la France comme une chambre à coucher ; certains fascistes israéliens aussi. Et certains pétainistes français aussi ! Mais les dorures de la République ne peuvent pas camoufler éternellement la bassesse politique. Et l’intitulé de ce colloque « Les sources contemporaines de l’antisémitisme » ne peut pas voiler l’islamophobie qui y est développée… et qui a même choqué Chalghoumi la qualifiant d’ « Extrême-droite ». Il se fait huer ! Alors il parle de son voyage en Israël et de la smala qui l’accompagne : « des muftis derrière vous, ils sont partis en Israël, ils sont menacés de mort ». Alors, il se fait magistralement et immédiatement ovationner ! Alors oui, l’UJFP, Union Juive Française pour la Paix, a raison de dénoncer « un colloque indécent à l’Assemblée Nationale ».

Chalghoumi, Sammy Ghozlan, BNVCA, mairie de Paris 16, la démocratie locale au rythme du sionismeBelkacem Adda Vs Chalghoumi: La dignité et la liberté Vs l’escroquerie et la fourberie.À la tribune de ce colloque organisé, malheureusement, au cœur institutionnel de la République, Chalghoumi déclare aux Juifs, dans un charabia haché par des clichés confus « votre sécurité c’est la nôtre, votre bonheur, c’est la nôtre. Et on ne peut pas savoir qui va aller au paradis en ou enfer, on n’a pas la dernière liste qui vont aller à Marseillais ou à Nantes (…) il y a des fidèles qui viennent me voir et me disent je préfère travailler chez un peintre juif qu’un arabe… ». Une diarrhée verbale déversée après avoir accusé l’association Europalestine d’avoir mis le feu à la voiture de Sammy Ghozlan. Alors cette association, créée le lendemain de la seconde intifada en 2002 et présidée par Olivia Zemor, poursuit Chalghoumi en justice pour diffamation. Il comparait le 12 juin 2014 devant la 17ème chambre correctionnelle de Paris avec le soutien de Ghozlan comme témoin à la barre évidement. A la barre, Chalghoumi se ridiculise. Le juge n’est pas tendre, il le pousse dans les cordes et raille son disque rayé d’imam de paix et autre charabia dansant sur des cordes vocales chevrotantes. Mais la procureure de la République ne va pas laisser tondre le mouton noir de l’Islam de France, celui qu’on surnomme l’imam imberbe de la République. Celle qui représente le Ministère de la justice que dirige la Garde des Sceaux Taubira, que Chalghoumi venait d’inviter, 64 jours plutôt, à son diner du 09 avril 2014, plaide la relaxe pour l’accusé Chalghoumi. Dixit du prétexte : « la phrase n’est pas claire. Cela est aussi dû au fait que le prévenu s’exprime mal en français ». Heureusement qu’il y avait un véritable journaliste français pour médiatiser cette affaire, un homme avec une véritable carte de presse, puisque l’ex commissaire Ghozlan a demandé aux gendarmes du tribunal de la vérifier. Excepté Dendoune Nadir, la centaine de journalistes qui ont écrit sur Chalghoumi peuvent respecter le journalisme prescris par BHL : la mise en quarantaine des informations négatives pour Chalghoumi. Sinon, il y a lemondejuif.info qui fait chanter les trompettes de Jéricho avec le souffle de Goebbels « Justice : l’imam Chalghoumi dénonce la haine d’EuroPalestine ».

L’UPJF, et ses dirigeants Amiach, Barouch, Abbou...

Claude Barouch Hassen Chalghoumi UPJF imam DrancyHassen Chalghoumi UPJF Edouard Amiach William Abou mosquée de DrancyC'est le deuxième soutien par ordre chronologique, mais le plus important. L’Union des Patrons et des Professionnels des Juifs de France est créée en 1997, classée extrême-droite avec une ligne politique qui flirte avec le délire : il suffit de lire son plus célèbre contributeur éditorial, Menahem Macina. C’est Ghozlan qui a présenté en 2007 Chalghoumi au Président de l’UPJF, Claude Barouch, expert-comptable florissant et d’origine tunisienne comme lui. Ben Ali et Israël va souder une véritable amitié entre les deux personnes qui s’offriront ensemble de belles escapades dans les palaces de Ghammart à Tunis. A Drancy, les dirigeants de l’UPJF ont leurs sièges ou couverts entre la table d’honneur et le premier rang des diners-machins organisés par Chalghoumi. Ce dernier a gagné, dès 2008, son sésame pour le Diner mensuel de l’UPJF. C’est un buffet savoureux pour une cinquante de personnes, contre une participation de 50 € chacun, autour d’une personnalité politique de premier plan, organisé dans un superbe duplex de presque 200 m² à côté du parc Monceau, domicile de William Abbou, patron, entre autre, des célèbres magasins prêt-à-porter Côte-à-Côte. 

Chalghoumi chez l'UPJF avec EdouardAmiach Harlem Désir et Willliam AbbouDans son livre « Carnages. Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique », Pierre Péan démontre la dangerosité de l’UPJF et la liste des ministres et politiques qu’elle reçoit dans ses diners mensuels, à côté desquels Chalghoumi était soigneusement installé. Ce qui explique l’accélération de la mutation-fascination du trans-imam. Péan cite surtout un des leaders juifs qui dénonce ce lobby juif : « nous avons affaire ici à un mélange nocif d'argent étranger, de lobbying politique et de points de vue bellicistes, déclare Patrick Klugman, ancien responsable de l'Union des étudiants juifs de France et membre du comité du CRIF. Cela finira par se retourner contre les intérêts de la communauté juive. » Dans cette bourse de la désinformation-manipulation, Chalghoumi est bien noté, bien coté. Il tournera comme un billet magique entre les mains des faux-monnayeurs du sionisme mercantile. Ce qui lui fait encore tourner la tête. Lors du Diner-débat organisé le 14 mai 2009 autour d’Harlem Désir, « l’Imam de Drancy, M. H. Chalghoumi a évoqué la situation dans les banlieues. Il demande que les hommes politiques apportent leur soutien à tous ceux qui prônent le dialogue dans le respect des cultures. Il regrette que ceux-ci, par me connaissance ou par refus de la réalité, soutiennent encore les extrémistes de l’UOIF, représentants du Hamas en France. Cette posture présente de nombreux dangers pour la paix sociale et pour notre Démocratie. ». Alors, imaginez Chalghoumi et imaginez le nombre de diners fréquentés depuis 2008, le nombre de personnalités rencontrées, le nombre d’âneries déclarées, le nombre d’ovations chaleureuses sonnantes et trébuchantes, le nombre des degrés fahrenheit pour accélérer le processus de sa métamorphose asséchante, côté Islam, de sa mutation aguichante, côté Israël.

Chalghoumi au Colloque annuel de l'UPJF avec l'ambassadeur d'Israel Yossi Gal et Edouard AmiachMais son rôle n’est pas limité à des discussions d’alcôve, fut-elle un somptueux duplex. Il est aussi invité à s’exprimer une fois par an dans une superbe tribune devant une foule nombreuse. C’est le Colloque annuel de l’UPJF, organisé un dimanche d'hivers, à l’espace Pierre Cardin, sur les Champs Élysées du côté Concorde. Le 23 novembre 2008, Chalghoumi est initié dans ce temple comme conférencier à la table ronde « le rôle des religieux face à l’antisémitisme ». Le colloque de cette année qui s’intitulait « Les démocraties face à l’antisémitisme », avait convié des personnalités trans-républicaines, considérées par des médias islamophobes comme de véritables islamophobes, de Philippe De Villiers à Menahem MACINA. En 2010, le 12 décembre, Chalghoumi a partagé l’affiche et les ovations du colloque annuel baptisé « Quel avenir pour les Juifs en France ? » avec Ferhat Mehenni, résident entre Paris, Tel Aviv et New York et Président du Gouvernement provisoire kabyle. Avec la même chaleur incendiaire, le site de l’UPJF écrit : « Rencontre avec Ferhat Mehenni, le président kabyle, à Jérusalem », les dirigeants de l’UPJF accueillent celui qui veut diviser et attiser l’Algérie en grandes pompes. Il est applaudi chaleureusement par le public sioniste et par Chalghoumi, comme on voit dans cette vidéo.

Chalghoumi au colloque de l'UPJF applaudit le Prix de la honte accordé à HortefeuComme s’il y avait une continuité ou une consanguinité entre les vampires capitalistes qui pompent les richesses du monde musulman, les vautours militaristes qui lui vomissent dessus des bombes et les veuves-noires lobbyistes qui tissent la toile de la victimisation sélective et des condoléances empoisonnées. Comme si la kabbale conspirationniste-sioniste voulait attiser la Kabylie pour diviser, briser ou pulvériser l’Algérie et le Maghreb dans la guerre et ses ténèbres. Comme si la nébuleuse Mossad-UPJF-Tsahal-CRIF… voulait s’ingérer dans l’islam et dans les pays musulmans pour y gérer la liberté et la paix. Comme si les pyromanes pouvaient gérer des casernes de pompiers. Comme si les assassins pouvaient gérer des agences de pompes funèbres. Comme si les marchands des guerres civiles et les comploteurs en série ne pouvaient pas se contentaient de l’Iraq et de la Syrie. Il faut garder à l’esprit ces images rhétoriques quand on verra les images euphoriques de Chalghoumi recevant en grandes pompes l’ambassadeur d’Israël et ses mercenaires à la mosquée, ou celles du président israélien déroulant le tapis rouge à Chalghoumi et à ses sbires.

Chalghoumi et Ghaleb Bencheikh au colloque de l'UPJF de 2014Dans le colloque annuel du 26 janvier 2014, c’est Ghaleb Bencheikh qui a volé la vedette à Chalghoumi... sur l’affiche officielle. Chalghoumi, qui s’est envolé une semaine plus tôt, comme on va voir, pour un nouveau pèlerinage sioniste, était présent, comme toujours, mais secrètement, comme le font les taupes. Mais Youtube est un ennemi des ténèbres complotistes. Bencheikh devait partager l’affiche de la table ronde  Penseurs et religieux : Apaisement ou exacerbation? L'éthique juive avec Alain Finkielkraut et Olivier Kaufman, alors candidat au poste du Grand Rabbin de France. Meyer Habib, Yvan Rioufol et autres ont partagé l’affiche des autres tables rondes. Le couple Chalghoumi-Bencheikh a été chaleureusement ovationné. Mais Bencheikh, même parlant le Chalghoumi avec la belle langue de BHL, doit payer plus de sa personne s’il veut être propulsé et bien récompensé, pour son combat anti-islamiste, par les lobbys sionistes. Pour l’instant, c’est Chalghoumi la star des sionistes, le tsar des pétainistes musulmans, le César de l'islamophobie protégé par une garde prétorienne de SPHP. Mais, il lui manquait un César, un Prix. Alors, le voilà :

Le 5 février 2012, le lendemain de son diner-meeting électoraliste-communautariste à Saint-Avold avec les 2 conseillers de Sarkozy, Biancarelli et Karam, il rentre à Paris pour être récompensé de son ascension à plat-ventre, tête en bas, du Mont Sinaï parisien, des Médias des Mille Collines commandés par les 10 Commandements du BHL. A l’issue du colloque Israéliens et Palestiniens: Qui veut la paix ?, Chalghoumi reçoit le Prix UPJF  du rapprochement des communautés. Ce prix lui a été remis par Edward Amiach, vice-président du CRIF, Pied noir né à Mascara, Directeur général des supermarchés G 20, candidat malheureux aux législatives de 2012 pour la 8ème circonscription des ressortissants français à l’étranger qui comprend surtout Israël. Mais ce n’est que deux ans plus tard que cet "évènement" est devenu public. Ce n’est que fin janvier 2014 que le Prix UPJF reçu par Chalghoumi est microscopiquement médiatisé quand le cardinal Barbarin reçoit le Prix du rapprochement des communautés. La raison de ce secret entretenu autour du Prix clandestin du trans-imam est la peur d’un nouveau scandale médiatique comme celui du Prix pour Hortefeux. Le 13 décembre 2009, le ministre de l’Intérieur, boutefeu de l’islamophobie, reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et contre l'antisémitisme en clôture du Colloque annuel de l’UPJF.

Avec Amiach, Chalghoumi Prix UPJF Union des Patrons et des Professionnels des Juifs de France Hortefeux reçoit le Prix UPJF Union des Patrons et des Professionnels des Juifs de FranceChalghoumi reçoit le Prix UPJF Union des Patrons et des Professionnels des Juifs de France

Le 5 février 2012, c’était Chalghoumi. Le 13 décembre 2009, c’était Hortefeux… Le couple de la honte Chalghoumi-Hortefeux. Pile et face d’une même coupe nauséabonde ! « Quand il y a un ça va... C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes !» Malheureusement, il y a plusieurs Chalghoumi et plusieurs Hortefeux ! Horreur décriée dans plusieurs médias, surtout Marianne. « La bonne blague: Hortefeux primé pour son combat contre le racisme ». Article très intéressent à lire pour comprendre la propagande raciste qui sévit dans l’UPJF, ce temple islamophobe, ce lieu de culte politique pour l’inculte Chalghoumi. Exemples de titres d’articles publiés par l’UPJF : Des mosquées à n’en plus finir en France et en Europe ; L’Europe est complice du Califat qui vient ; La France et le renouveau de l’Islam ; Un cheval de Troie moderne : la doctrine islamique de l’immigration. Extrait du dernier article : « … un projet insidieux vieux de 1 400 ans, de conquête et de domination… pour dominer les sociétés non musulmanes et paver la voie à leur totale islamisation … véritable stratégie … tromper la vigilance des occidentaux…». Comme commente Guillaume Weill Raynal : « Un véritable complot mondial, en quelque sorte. Remplacez dans ce texte le mot « musulmans » par le mot « juifs » et vous avez une copie conforme des Protocoles des Sages de Sion… ».

L’UPJF Amiach et Abbou à l’honneur chez Chalghoumi à la mosquée de Drancy, avec Gad Shalaby. Diner Ramadan du 29 aout 2011.L’islamophobie de l’UPJF, Union des patrons juifs de France, la nounou Chalghoumi. Manifestation sur la planète Mars : « Musulmans, restez chez vous »Comme il faut lire l’article « Polémique : l’Union des patrons juifs de France remet le couvert ». L’UPJF publie un article islamophobe avec une photo goebbelsienne d’une manifestation « marsienne ». L’article s’intitule « Sur Mars comme sur la terre : photos exceptionnelles de la planète ! ». « Une succession de clichés de la planète rouge. La dernière image vaut le détour : on y voit un groupe de Martiens manifester sou une banderole « Musulmans, restez chez vous », une pancarte à leurs pieds : « Mars for Martians » ! » Mais peu importe cette haine islamophobe affichée, il y a des musulmans qui se précipitent chez l’UPJF, de Bencheikh à Oubrou. Surtout aux réceptions et colloques organisées par l’UPJF à la mairie du 16ème arrondissement de Paris. Ainsi, lors de leur colloque du 9 juin 2013 « Réflexions sur l'islam radical, en France et dans le monde », le représentant musulman de service était celui qui s’auto-appelle Le Grand Imam de Bordeaux, le Tareq Oubrou, l’antéchrist de l’islam de France. Il a partagé son après-midi dominical avec Ivan Rioufol, Alexandre Del Valle et Guy Millière. Sans commentaire.

Même si Oubrou est 1000 fois plus dangereux que Chalghoumi, il n’est pas promu ou aidé comme l’est Chalghoumi, parce qu’il est mieux présentable, parce qu’il parle mieux. Et les marionnettistes islamophobes se méfient des traîtres intelligents, ils préfèrent les pantins indigents. Ainsi, Chalghoumi est l’élu des sionistes comme porte-parole musulman. C’est le cas dans le colloque du 25 janvier 2011 organisé par ce même lobby dans cette même mairie, avec ce titre : « Attaques contre les chrétiens d'Orient : la réponse des démocraties face à l'intolérance islamiste ? » On a vu que le slogan de « l’imam menacé » et le slogan des « chrétiens menacés » sont utilisés par les BHL comme marqueurs islamophobes et comme couvertures au néocolonialisme sanglant.

Le Dimanche 8 Février 2015, l’UPJF a organisé son colloque annuel à la Maison de la Chimie. Le titre est une fessée : « La responsabilité des médias dans le développement de L’antisémitisme en France ». Le programme est ventilé en « trois conférences interactives dirigées par Michel Zerbib, directeur de l’information à Radio J ».  « 1 : La désinformation sur la situation en Israël et dans les territoires et ses répercussions sur les juifs de France. 2 : Le traitement comparé des Médias Français et des Médias Etrangers en matière d’information sur Israël. 3 : Le double discours des politiques. » Trois thématiques qui démontrent le terrorisme sioniste qui brandit l’antisémitisme pour assujettir les médias. Trois sujets qui montrent l’identité du cheval de Troie qui s’agite pour le compte d’un Etat étranger.

Mohamed Lansari: l'autre ChalghoumiMohamed Lansari et Chalghoumi : des roses pour le sionisme et pour Charlie, des épines pour l’islam et pour la TunisieMohamed Lansari et Chalghoumi : des roses pour le sionisme et pour Charlie, des épines pour l’islam et pour la TunisieLe colloque annuel de 2015 a eu lieu le 8 mars en présence de plusieurs picadors de l'islamophobie comme Mme Bat Ye’or qui a enflammé la salle et reçu le Prix du Courage politique, comme le nouveau Chalghoumi de la Palestine, Walid Al-Husseini, auteur du livre « Blasphémateur ! Les prisons d’Allah ». Mais le véritable et inégalable Chalghoumi n'était pas présent. En voyage à l'étranger, le trans-imam leur a gentiement transvasé ou envoyé une délégation qui comprend, selon l'article publié par le site de l'UPJF « Politique étrangère de la France » : un colloque passionnant qui a mobilisé le public, « des Imams M. Lansari, M. Nouredine, M. El Hecmi, M. Rachid Boubach ». L'imam Noureddine de Drancy et le faux imam Rachid Birbach d’Auxerre ne sont plus à présenter. Mais un nouvel arrivé mérite une petite attention. Il s'appelle Mohamed Lansari. Il se seprésente sur son facebook comme homme d'affaires et non comme imam comme le présente le lobby sioniste UPJF. C'est un... Mais à quoi bon. Il y en a pleins !

Ainsi, l’association, l’institution ou l’entreprise qui a fabriqué Chalghoumi c’est l’UPJF et non le CRIF. Ce dernier a tardé à soutenir Chalghoumi, puis l’a soutenu discrètement pour des raisons de guerres internes à la communauté juive : le CRIF considère l’UPJF comme extrémiste et l’UPJF considère le CRIF comme traitre. Mais aussi parce Dalil Boubakeur, l’allié stratégique du CRIF, refusait que Chalghoumi soit reconnu comme représentant musulman pour des raisons de jalousie ou de vanité.

Grace à Chalghoumi, le CRIF sert la main de la représentation diplomatique de la Palestine, Prasquier et Safwat Ibraghith à la mosquée de Drancy pendant le diner du ramadan du 9 septembre 2009Le CRIF, Conseil Représentait des Institutions juives de France, a mis ses pieds dans la mosquée de Drancy le jeudi 4 septembre 2008. Chalghoumi y a organisé un repas pour fêter la rupture du jeûne et fêter la présence de Richard Pasquier. Le président du Crif souhaite un « bon ramadan » à la mosquée: titre Le Parisien. Depuis cette date, le CRIF, représenté par son Président accompagné par sa protection policière et autres dirigeants du CRIF, est invité à la mosquée de Drancy pour fêter le f'tour, c'est-à-dire un diner du rupture du jeûne pendant le Ramadan. En contrepartie, depuis le 3 février 2010, Chalghoumi est invité au Diner annuel du CRIF. A force de rencontres, d'apprivoisement pétainiste et d'approvisionnement clientéliste, Chalghoumi va se rendre compte qu'il n'est pas un musulman comme les autres. A force de « fréquentations fréquentes » avec la représentation politique du peuple élu en France, de lamentations réciproques et d'incantations islamophobes, Chalghoumi dépassera son statut « le poulain du CRIF », comme l'a titré oumma.com le 12 juin 2009, pour devenir à lui seul un poulailler du cocorico sioniste qui gave la France en propagande goebbelsienne. Même avec un français digne d'un poussin poussé à devenir perroquet anthropophage, il lui suffit de glousser autour de la menace islamiste ou islamique, dans les banlieues ou dans les mosquées, dans les pays arabes ou à Gaza, pour donner un écho ventriloque à la haine contre ceux qui lui ressemblent, arabes ou musulmans, pour la justifier, la répandre ou la rendre à la mode telle une vomissure haute-couture ; pour la fertiliser avec les bouses du cheval de Troie et donner un arôme du terroir au terrorisme intellectuel institutionnalisé par le CRIF, comme celui rapporté par TF1 : « Pour Cukierman, président du Crif, des "pogroms se répandent en région parisienne" ».

Diner en honneur du président du CRIF à la mosquée de Drancy : Chalghoumi décerne un prix à Prasquier en présence du député maire Lagarde et de Safwat Ibraghith représentant diplomatique de la PalestineLe trans-imam de Drancy et le président du CRIF,  Chalghoumi et Prasquier au Parlement européen de BruxellesLe trans-imam de Drancy et le président du CRIF, Chalghoumi sert la soupe politicienne à Prasquier en présence du Préfet Nacer Meddah

Le trans-imam de Drancy et le président du CRIF,  Chalghoumi et Prasquier , la tante du ramadanGrâce à Chalghoumi, Prasquier le président du CRIF pénètre dans la mosquée de Drancy et présente ses vœux de l’Aïd aux musulmans. Le trans-imam de Drancy au diner annuel du CRIF de 2013 avec Ariel Ammar

Chalghoumi et la smala des Arabes de service ou trans-imams au siège du CRIF avec son nouveau Roger Cukierman Rencontre du CRIF avec les Imams de France. « À l’initiative de la Commission Relations avec les Musulmans du CRIF, une rencontre entre une délégation du CRIF et des représentants de la Conférence des Imams, que préside Hassen Chalghoumi, Imam de Drancy, s’est tenue, lundi 7 octobre 2013 à l’Espace Rachi. L’Imam Chalghoumi était entouré d’une vingtaine de responsables religieux musulmans de Paris, de banlieue et de différentes villes françaises. Pour sa part, le Président du CRIF, Roger Cukierman, était accompagné des membres de son bureau exécutif. » Avec des usurpateurs religieux et des faux imams comme l’imam d’Auxerre Rachid Birbach, « Les échanges entre les deux délégations ont été très animés et chaleureux. Ont été notamment abordées les questions des relations entre les Musulmans et les Juifs de France, les récentes visites, très réussies, des Imams français en Israël, la rencontre d’Imams avec le Pape François, le problème récurrent de la formation des Imams, la lutte contre l’antisémitisme et le racisme. Une rencontre très fructueuse que nous souhaitons renouveler régulièrement. »

Guilad Shalit, soldat israélien défendu par Chalghoumi et autres trans-imams ou funs d’IsraëlLe 14 Septembre 2011, quand le CRIF publie « Des imams français appellent à la libération de Gilad Shalit, en captivité à Gaza », il censure le nom de Chalghoumi pour ne pas le compromettre trop avec « sa » communauté. Mais d’autres imams et responsables musulmans sont cités. Evidemment, ces imams ne parlent pas et n’ont pas demandé à Israël de libérer le franco-palestinien Salah Hamouri. Ou au moins les centaines d’enfants emprisonnés dont plusieurs sont torturés.

Le 21 Juillet 2014, le quotidien Le Parisien fait sa Une avec le couple Chalghoumi-Cukierman, avec cette manchette : « Musulmans et Juifs : l’appel au calme ». Dans ce numéro, Chalghoumi déclare : « C'est vrai que le Hamas prend en otage la population palestinienne, mais il faut aussi que l'armée israélienne adopte une stratégie moins meurtrière à l'égard des civils. » C’est-à-dire une stratégie pour tuer moins, tuer 30 ou 50 enfants au lieu de 100,  sinon ne tuer pas une famille entière, ou ne raser pas un quartier en entier, ou baisser le nombre des mois meurtriers ? Evidemment, ce numéro de cinéma médiatique fait partie du feuilleton goebbelsien de la criminalisation des manifestations pro-palestiniennes. On y reviendra.

L’importation de la guerre israélienne au non de la Paix et la non-importation du conflit, Chalghoumi et Roger Cukierman, le président du CRIF L’importation de la guerre israélienne au non de la Paix et la non-importation du conflit, Chalghoumi et Roger Cukierman, le président du CRIF Chalghoumi et Roger Cukierman, le président du CRIF Mais on n’en revient pas que la communauté juive mette à sa tête une personne qui ne cesse de cumuler des déclarations islamophobes depuis presque 15 ans. Libération titre le 23 avril 2002 « Le président du Crif dérape sur le vote FN » Pour Cukierman, le score de Le Pen « servirait à réduire l'antisémitisme musulman et le comportement anti-israélien, parce que son score est un message aux musulmans leur indiquant de se tenir tranquilles ». Depuis, son esprit n’a plus quitté le lit de l’islamophobie ou du racisme anti-banlieues. Depuis, enlacé entre les bras et les bottes du fascisme sioniste, il a enfanté plusieurs déclarations haineuses : « tous les terroristes sont musulmans » ; « les jeunes des banlieues sont violents »…  Jusqu’à sa célèbre déclaration « Toutes les violences aujourd'hui sont commises par des jeunes musulmans ».

Chalghoumi au Diner annuel du CRIF de 2015 : la tentation des médias, la trahison de soiChalghoumi au Diner annuel du CRIF de 2015 : la tentation des médias, la trahison de soiHollande, Cukierman, Boubakeur et le terroriste Louanoughi à l’Élysée : CFCM, mosquée de Paris, CRIF, misérabilisme et Terrorisme

Cette déclaration infâme est vomie par le président du CRIF, ès qualité, dans le micro matinal d’Europe 1 le 23 février 2015, à quelques heures du trentième Dîner annuel du CRIF. L’ambassadeur politique d’Israël  salue l'utilisation par le Premier ministre français, Manuel Valls, du terme islamo-fascisme, salue sournoisement Marine Le Pen et déclare : « Le FN est un parti pour lequel je ne voterai jamais. Mais c'est un parti qui aujourd'hui ne commet pas de violences. Il faut dire les choses: toutes les violences sont commises par des jeunes musulmans. » Le Monde titre plus tard : « Le président du CRIF, Roger Cukierman, embarrassé après ses propos sur les jeunes musulmans ». Le Figaro titre : « Pour le président du Crif, Marine le Pen est «irréprochable», pas ses partisans », puis, le lendemain : « Musulmans, Le Pen : le président du Crif déclenche une vive polémique ». C’est cet ordre qu’il faut mettre en évidence pour comprendre la réaction de Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris et président du CFCM, Conseil Français du Culte Musulman, indigne et illégitime représentant des musulmans. Car l'Islam de France n’est qu’un bal d'hypocrites et Boubakeur n’est qu’un fidèle fanatisé de Sarkozy, traumatisé par la gauche qui veut le marginaliser peut créer un nouveau CFCM. Le recteur est immédiatement contacté par les services de Sarkozy, par son cercle rapproché qui craint que les fleurs jetées à Marine Le Pen par le puissant représentant des Juifs de France ne fassent fleurir les chrysanthèmes qui prévoient la mort politique de Sarkozy dès le premier tour des présidentielles de 2017.  Alors, Boubakeur, balance dans le micro de France Info : « nous en avons ras le bol de ces insultes, sommes-nous les chiens de la République ? Ça suffit, j'ai décidé de rester chez moi ! » Le Nouvel Obs titre : « Le CFCM boycotte le Crif : "Sommes-nous les chiens de la République ?" ». Évidemment, Boubakeur déverse cette rage parce que le ministère de l’Intérieur socialiste veut le déplacer au chenil des chiens usés ou à la fourrière des chiens infidèles ou indomptables. Le lendemain, les deux représentants des juifs et des musulmans sont reçus au palais de l’Élysée. Le Parisien titre : « Hollande réconcilie Cukierman et Boubakeur ». Tout est cinéma!

Si certains sont harassés ou lassés par les querelles judéo-musulmanes, le Journal Métro propose un autre sujet concernant ce CRIF et notre argent, celui des Français : « Dîner du Crif : un couvert à 900 euros... et une belle déduction fiscale ». Mais ne vous inquiétez pas pour Chalghoumi et le gouvernement français qui ne se font pas casqués par le lobby sioniste, non pas parce qu’il est généreux, mais parce qu'il attend des contre-parties... ou parce qu’il récompense des services rendus. D'ailleurs, les plus belles factures sont réglées en nature.

Chalghoumi et Sarkozy au diner du CRIF de 2016 Chalghoumi et Sarkozy au diner du CRIF de 2016 P.S. Pour le diner annuel du CRIF 2016, il a été boycotté une nouvelle fois par Dalil Boubakeur, l’indécrottable recteur de la Grande mosquée de Paris, « en raison de "propos réitérés" à son encontre de la part du président du Crif » qui a déclaré que « Anouar Kbibech, est "beaucoup plus dynamique, ouvert" que son prédécesseur ». Comme dans les harems du sultan, la jalousie entre les maitresses est terrible ! Alors imaginez leur mauvaise foi quand le président du CRIF devient un des sultans de l’islam de France. Ou quand l’islam de France devient, grâce aux Anouar Kbibech, Taoufiq Sebti & Cie, l’islam du baisemain digne de la monarchie du maghzen.

 Roger Cukierman et Ariel Godman, président et vice-président du CRIF, avec les responsable du CFCM et de l'islam du maghzen (Vs islam de France) Anouar Kbibech, Taoufiq Sebti et Moulay El Hassan El Alaoui Talibi, aumônier national musulman des prisons

Contrairement à ce que peut inspirer la photo entre Chalghoumi et Sarkozy, la servilité luxuriante n’est pas toujours synonyme de déclivité souriante. Les maitres ont besoin de valets qui savent se tenir droit comme le poignard. Qui savent discourir. Qui savent endormir. Qui savent trahir. Dans l’autre photo, il y l’autre monde : Roger Cukierman et Ariel Godman, président et vice-président du CRIF, avec les responsable du CFCM et de l’islam du maghzen (Vs islam de France) Anouar Kbibech, Taoufiq Sebti et Moulay El Hassan El Alaoui Talibi, aumônier national musulman des prisons.

 

3-3

Chalghoumi : Le VRP représentant propagandiste d’Israël,
Le VIP chez les Marchands du Temple.

Du 5 au 7 juin 2012 : Forum Démocratie et Religion de Tel Aviv.

Chalghoumi et Fourest au Forum Tel-Aviv C’est Caroline Fourest qui lui arrange ce coup, cette invitation prestigieuse et cette participation vertigineuse dans un cénacle ultra-intello. Ce colloque est organisé et financé par l’Ambassade de France en Israël.  Sa fiche de présentation officielle par l’ambassade est « Président de l’association culturelle des musulmans de Drancy en Seine-Saint-Denis. Favorable à l’interdiction de la burqa, il dénonce l’influence des Frères musulmans dans le monde musulman ». Il est intervenant dans la table ronde Laïcité en France, en Israël et dans le monde arabe. Il est aussi conférencier dans celle intitulée Minorités, diversités, tolérances. L’ambassade de France a "ramené" Fourest & Cie : Alain Finkielkraut, Élisabeth Lévy, Pascal Bruckner, Richard Malka, Frédéric Encel, Nadia El Fani… Et Fiammetta Venner, la compagne et la camarade de Fourest. Et Chalghoumi a ramené avec lui son "Conseiller juif de l’imam" Bernard Koch. A Tel Aviv, il est mis en avant comme un trophée ramassé lors d’une campagne militaire dans laquelle les chars sont des médias et les officiers sont des militants de la désinformation.

Chalghoumi & Olivier Rubinstein au Forum Tel-Aviv La liste des personnalités invitées est conforme aux critères cabalistiques des néocons français, les bushistes de la Rive gauche ou les propagandistes du BHL. D'ailleurs, la force invitante de ce colloque est représentée par Olivier Rubinstein. Cet ancien éditeur chez Denoël de 2004 à 2010, est le cofondateur de la revue néoconservatrice, pro-américaine et pro-israélienne, Le Meilleur des Mondes, où il a abondamment exprimé son bellicisme incendiaire et son interventionnisme pro-Bush. Ce personnage est devenu diplomate français pour représenter la France, peu importe laquelle. Depuis fin 2011, il est Conseiller culturel à l'ambassade de France en Israël et directeur de l'Institut français de Tel-Aviv. Depuis, il a le poste et les moyens pour exercer, différemment et amplement, ses allégeances idéologiques transnationales, qui n'ont rien à voir avec l’humanisme international des idées de Rousseau, Hugo et Voltaire... Mais, maintenant, il faut se taire ! Sinon l’Establishment BHL va traduire ce qui vient d'être écrit en dénonciation imaginaire du cosmopolitisme et du complotisme... et nous traduire devant le peloton d'exécution extrajudiciaire de l'antisémitisme.

Ici, à Tel Aviv, Chalghoumi est aux anges. Surtout lorsqu’il diabolise les Frères Musulmans. Devenu rapidement le musulman modèle des islamophobes, Finkielkraut passe la pommade à ce trans-imam de Drancy. Répondant à la question « Qui vous a le plus inspiré lors de ce Forum », l’auteur des Identités malheureuses répond : « La découverte pour moi, car j’ai eu l’occasion de discuter hier soir avec lui, c’est celle de l’imam de Drancy, Monsieur Chalghoumi. Car je suis frappé par son courage. Il faut un courage énorme pour un musulman représentatif d’aller en Israël. Et je suis frappé par sa lucidité, il sait très bien ce qui se passe en France et il ne se paie pas de mots ». Quand un grand trader de la philosophie finisse son éloge à un tortionnaire de la langue française par le verbe « payer » et le mot « mot », c’est que les mercenaires du sionisme et de la désinformation sont les maux de la France. Quand Chalghoumi devient la muse de Finkielkraut, c’est qu’Israël s’amuse d’une France qui rend honneur à ses malheurs dont elle est heureuse.

Forum Tel-Aviv Chalghoumi FinkielkrautForum Tel-Aviv Chalghoumi Forum Tel-Aviv Chalghoumi Encel

 

 

 


Dans cette capitale mondiale de la débauche BCBG, des escrocs financiers XXL et des SS ou criminels de guerre casher, Chalghoumi a été parachuté intellectuel et propulsé chef spirituel. Netanyahou devrait créer un Prix Nobel de la bougnoulerie casher ou du pétainisme sioniste. La chaine Youtube de l’Ambassade de France en Israël immortalise les déclarations-bêtises de Chalghoumi concernant la raison de sa venue en Israël « Prolongement de mon travail, de rapprochement entre juifs et musulmans, et aussi de mon travail de séparer la religion et la politique… » Lui qui a fait de la mosquée de Drancy une plaque-tournante, ou une tournante, pour des meetings électoralistes pour plusieurs partis politiques, une porcherie pour servir la soupe à plusieurs personnalités françaises ou étrangères. Puis, il massacre de nouveau le français et conclue par le fameux chant à la gloire de sa Fourest. Pour les patients les plus courageux, voici la vidéo de sa conférence de presse lors du 4 juin 2012 au Sheraton de Tel Aviv. Un chef d’œuvre psychédélique de 42 minutes 42 secondes. Mais quelqu’un doit disséquer cette vidéo comme on étudie une charogne pour diagnostiquer le poison transporté et véhiculé par ce phénomène.

L’ambassadeur d’Israël Yossi Gal reçoit chez-lui ses musulmans : Hassen Chalghoumi, Abdoul Karim Mbechezi, Ali Mohamed Kassim, Amar Hocine, Cherif Karim Boubidi, Boudjema Hammache, Brahim Rachidi, Kemadou Gassama, Lahsen Amezgouan, Salah Attia Farhoud, M’hammed Henniche, Mohamed Abdourahman, Mohamed Fihakhir, Djaffar Ait Aoudia, Nizam Toorabally, Nourdine Said Mohamed Mlanao, Oualid Adjabi, Sam SambaLe site de la PUB sioniste rend hommage à Chalghoumi et à ses musulmans pro-Israël

Du 11 au 16 novembre 2012 :Premier pèlerinage sioniste de musulmans de France en Israël. à Yad Vashem... et au Golem. « Inédit ! Le premier pèlerinage de musulmans de France à Jérusalem ». C’est le titre de l’article publié par le site coolisrael.fr. Après avoir sabré le champagne dans un autre article : « Quinze imams de France s’envolent pour Israël ». Les articles ne révèlent ni les cadeaux encaissés ni les pourboires empochés, mais révèlent le réel des âmes vendues. En lisant ces articles, les admirateurs du pétainisme et du sionisme vont boire du petit lait. Par contre, les gaullistes et les humanistes vont avoir envie de vomir. Alors, on leur propose de boire le calice jusqu'à la lie en lisant le communiqué officiel de l’ambassade de France en Israël. Ainsi, la Voix officielle de la France à Jérusalem, la ville sainte colonisée et martyrisée, la famille des 3 monothéismes volée et violée, l’âme de l’Humanité purifiée et crucifiée… déclare que « Ce voyage a reçu le soutien du Ministère des Affaires Etrangères à Paris, de l’Ambassadeur de France en Israël, S.E Christophe Bigot, et du Conseiller culturel et Directeur de l’Institut français d’Israël, M. Olivier Rubinstein. »

Chalghoumi en bonne compagnie : entre le président d’Israël Shimon-Peres et l’ambassadeur de France en Israël, Christophe BigotChalghoumi et l’ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot : un bouquet de fleur pour Israël, des épine pour la PalestineChalghoumi, sa smala des musulmans pro-Israël et son ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot : la Shoah comme outil de propagande et d’embrigadement politicien

Israël Yossi reçoit ses musulmans : Hassen Chalghoumi, Abdoul Karim Mbechezi, Ali Mohamed Kassim, Amar Hocine, Cherif Karim Boubidi, Boudjema Hammache, Brahim Rachidi, Kemadou Gassama, Lahsen Amezgouan, Salah Attia Farhoud, M’hammed Henniche, Mohamed Abdourahman, Mohamed Fihakhir, Djaffar Ait Aoudia, Nizam Toorabally, Nourdine Said Mohamed Mlanao, Oualid Adjabi, Sam Samba« M. Hassen CHALGHOUMI sera accompagné de Abdoul Karim Mohamed MBECHEZI, Ali MOHAMED KASSIM, Grand Imam de Marseille et Grand Moufty de la communauté comorienne en France, Amar HOCINE, Cherif Karim BOUBIDI, Boudjema HAMMACHE, président de l’association des musulmans de Melun, Brahim RACHIDI, Kemadou GASSAMA, Lahsen AMEZGOUAN, Salah ATTIA, Président de la communauté Egyptienne de France, M’hammed HENNICHE, Mohamed ABDOURAHMAN, Mohamed FIHAKHIR, Djaffar AIT AOUDIA, Nizam TOORABALLY, Nourdine Said Mohamed MLANAO, Oualid ADJABI et Sam SAMBA. L’objectif de ce voyage s’inscrit dans la démarche pacifique et humaniste que mène depuis plusieurs années la Conférence des Imams de France sous la Haute autorité de Hassen Chalghoumi. » Vous pouvez poursuivre de lire le communiquer tout seul si vous voulez rejeter des choses que vous n’arrivez pas à digérer. Vous pouvez poursuive judiciairement et électoralement ceux qui veulent intoxiquer médiatiquement et empoissonner politiquement la France et ses musulmans avec des rejetons de la dégénérescence humaine.

Jérusalem comme serviette pour essuyer la trahison de la cause palestinienne : Chalghoumi, Henniche et la smala des musulmans pro-IsraëlChalghoumi Halter et leur smala des musulmans pro-Israël et leur ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot : la Shoah comme outil de propagande et d’embrigadement politicienChalghoumi Halter et leur smala des musulmans pro-Israël et leur ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot : la Shoah comme outil de propagande et d’embrigadement politicien

La chaine Youtube de l’Ambassade de France en Israël re-immortalise les déclarations-bêtises de Chalghoumi : « C’est une délégation d’espoir, voilà c’est une « STAIRE » saint, une terre de paix, c’est aussi une délégation d’espoir de dire voilà on est arrivé pour rajouter et travailler cette amitié, continuer notre travail au même temps, c’est une rêve que nous prions de rapprochement de peuples… ». Puis, c’est Le Grand Journal de Canal plus qui fait monter une nouvelle fois Chalghoumi dans l’échelle du français massacré. Le 4 décembre 2012, l’émission Le Grand Journal de Canal+ reçoit trois prétendus imams pour faire la propagande d’Israël, après leur voyage dans ce pays sanguinaire. Un pèlerinage politique étrangement financé par le ministère des Affaires étrangères de la France. Une expédition sioniste financée par l’argent des Français. Ainsi, Michel Denisot reçoit soigneusement Hassen Chalghoumi, Kemadou Gassama, présenté comme cheikh et imam du 20ème arrondissement de Paris et Ali Mohamed Kassim, présenté comme « mufti » de Marseille. Mais pendant la présence de Chalghoumi et ses pseudo-imams ou représentant musulmans en Israël, de nouveaux et de nombreux, Palestiniens ont été massacrés par Israël.

Fin du pèlerinage israélien de Chalghoumi & Cie : retour pour poursuivre leur voyage sioniste à travers les mosquées de FranceCet Etat fasci-sioniste a lancé une nouvelle guerre, éphémère et sanguinaire, contre Gaza. Le 14 novembre 2012, l’armée criminelle de Tsahal lance l’opération Pilier de Défense. C’est le nom choisi pour la communication extérieure, car à l’intérieur d’Israël, cette guerre éclaire était baptisée Colonne de Nuée. Un nom biblique qui démontre qu’Israël mène une guerre religieuse contre la Palestine. Le Point titre : « Gaza : une guerre au nom de la religion ». Mais le trans-imam de Drancy va transporter en France, au nom de son titre religieux, la propagande de guerre de l’Etat d’Israël. Malheureusement, pour ceux qui le poussent médiatiquement, cette brouette rouée ne transporte que le brouhaha de la poussière. A la question de Denisot : « Mais quand vous y étiez et il y avait les bombardements, comment vous avez vécu ça ? » « Vous aviez eu peur pour vous » ajoute inquiète Daphné Bürki. Chalghoumi répond hilare : « la nature humaine, oui. On ne va pas dire qu’on est des supermans, mais en même temps, il y avait un moment très dur. Surtout, on a passé une soirée avec son excellence à la résidence de l’ambassadeur. Ça commençait les sirènes. Nous on sait pas, on croyait que c’est fêtes joyeuses, l’accueil. Hahaha… » Pour l’histoire qui n’intéresse pas Chalghoumi, les bombardements dont parle Denisot ont tué plus de 200 Palestiniens et construit des torrents de poussières. Et pour la petite histoire qui n’intéresse que ceux que Chalghoumi fait marrer, c’est dans cette occasion, que l’imam inculte a prononcé une des ses formules cultes: "le Mur de Merlin".

Pèlerinage politique pro-israélien des Chalghoumi laïques ; autour de Shimon Perez, la future sous-préfète Malika Benlarbi, la future ministre Jeannette Bougrab, le future député européen Karim Zeribi, le patron de Beur Fm Nacer Kettan, le futur diplomate Fraçois Aïssa Touazi…Il faut comparer les voyages israéliens de Chalghoumi et ses trans-imams ou pseudo responsables religieux avec les voyages de même type organisés pour épater ou racoler des membres de la Beurgoisie, des Arabes ou Berbères de service, des représentants d’associations laïques, des prétendants aux élections ou à des postes politiques. On ne peut que constater qu’Israël mise dorénavant lourdement sur les imams, les responsables de mosquées ou les représentants religieux. Israël a organisé entre le 14 et le 19 décembre 2008, via son agence l’AJC, Comité des Juifs Américains, que dirigeait son agent Valerie Hoffenberg, un voyage de lavage de cerveaux pour laver l’image d’Israël et faire baver le carriérisme de certains « leaders musulmans de la société civile ». Il y avait la juriste Jeannette Bougrab, le conseiller municipal Karim Zéribi, le commandant de police Mohamed Douhane, le PDG de Beur FM Nacer Kettane qui qualifia alors le Hamas d’organisation terroriste. Accessoirement, les sionistes leur ont fait rencontrer le chef pétainiste palestinien, Mahmoud Abbas. Il faut toujours offrir un alibi à la traîtrise, une feuille de vigne pour dissimuler l’obscène devant les proches. 8 jours après avoir pris la pause avec Shimon Perez, le président d'Israël, cet État, sans état d'âme ou sans âme, lance ses avions pour bombarder Gaza et massacrer, de nouveau, des familles entières.

Du 10 au 12 mars 2013 : Célébration du couple Peres-Chalghoumi Vs Merah. 

Chalghoumi et Shimon-PerezL’ambassade israélienne des trans-imams et les embrassades avec le président israélien Shimon Perez : les Chalghoumi, Nader Alami, Nizam Toorabally, Kemadou Gassama, Sam Samba, Ali Mohamed Kassim, Mohamed Noureddinele président israélien Shimon Perez et les autres Chalghoumi, Nader Alami, Salih Farhoud. Oualid Adjabi Saïd Mohamed Nourdine Mlanao, Nizam Toorabally, Kemadou Gassama, Sam Samba, Ali Mohamed Kassim, Mohamed Noureddine

Paris : capitale de l’amour et du pétainisme ! Trans-imam Chalghoumi et le président israélien Shimon Perez Paris : capitale de l’amour et du pétainisme ! Trans-imam Chalghoumi et le président israélien Shimon Perez le président israélien Shimon Perez et les autres Chalghoumi, Nader Alami, Salih Farhoud. Oualid Adjabi Saïd Mohamed Nourdine Mlanao, Nizam Toorabally, Kemadou Gassama, Sam Samba, Ali Mohamed Kassim, Mohamed Noureddine

On n’a pas le cœur pour parler de cette rencontre infâme. Il y a tout sur internet. Il y a l’article du site Cool Israël : « Shimon Peres rencontre les imams de France ». Il y a l’article de France 24 « Un an après l'affaire Merah, Shimon Peres rencontre des imams de France ». Il y a la vidéo de l’AFP « Le président d'Israël Shimon Peres rencontre des imams à Paris ».  il y a la vidéo « Hitler à Paris ». Chaque histoire a ses fascismes et ses pétainismes. Chaque communauté a et ses drames et ses traîtres.

Du 3 au 10 avril 2013 : Tournée d’une délégation d’imams israéliens escortés par Chalghoumi & Cie.

Chalghoumi, Birbach, Prasquier le président du CRIF avec les imams israéliens en mission de propagande goebbelsiennePrière musulmane de propagande à l’ambassade d’Israël en France : c’est qui déjà le Dieu de Chalghoumi ?

Marseille : Tournée de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par ChalghoumiMarseille : communauté comorienne et la Camorra goebbelsienne: Tournée de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par ChalghoumiQuai d’Orsay, Ministère des Affaire étrangères: étrange tournée israélo-française ou islamo-israélite de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par Chalghoumi

Marseille : Tournée israélo-française ou islamo-israélite de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par ChalghoumiToulouse Merah et Goebbels: Tournée de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par Chalghoumi

Toulouse : Tournée israélo-française ou islamo-israélite de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par ChalghoumiToulouse : Tournée israélo-française ou islamo-israélite de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par Chalghoumi

D’abord, il y a la vidéo publiée le 4 avril 2013 par le compte Youtube «Israël en France : « INÉDIT ! Prière musulmane dans la résidence de l'Ambassadeur d'Israël en France ». Une vidéo de propagande goebbelsienne qui unit Chalghoumi et ces imams d’Israël dans le culte de cet État qui se prend pour dieu. Puis, Israël leur offre un safari à Paris, à la Seine-Saint-Denis, à Toulouse et enfin à Marseille. Les imams israéliens sont officiellement salariés par Israël. Dans la propagande pétainiste, embauchés et débauchés sont synonymes. Ces faux imams de la paix israélienne ressemblent aux faux PDG de l’économie israélienne dénoncés par l’article de Challenges : « Attention, les faux PDG venus d’Israël vont sévir pour les fêtes ». Au moins, ils partagent la même foi : l’escroquerie. Le CRIF a honoré cette délégation et cette opération qu’il a célébrées dans son article : « Imams israéliens en France : retour sur une visite historique ». Dans cette tournée sioniste à travers quelques mosquées de France, Chalghoumi joue le rôle du traducteur des imams israéliens face aux médias français. La mosquée de Drancy organise un dîner en honneur à la délégation israélienne en présence de Henniche, sous le contrôle du Jafar et de l'officier des RG qui contôle Chalghoumi à la table d'honneur. Et il y a la vidéo du prêche de l'Imam israélien Omar Kayal à la mosquée de Drancy.

Le Journal Toulousain détaille cette opération dans son article : « 11 Imams Israéliens à Toulouse : Entre Foi et Espoir de Paix… ». Il y a la vidéo Des imams israéliens en visite historique à Toulouse, avec l'imam Said Medahha de la mosquée du Château de Tabar. Il y a la vidéo Des imams israéliens accueillis par les musulmans de Marseille. Chalghoumi critique les imams marseillais qui ont refusé d’acceuillir les imams israéliens : « je n’arrive pas à comprendre, on ne peut pas comprendre qu’ils puissent dire non aux imams qui vient, des imams, imams quand-même, ce ne sont pas on va dire des rabbins, ce sont des imams, je n’arrive pas à avaler. Pour moi, c’est triste, c’est un échec, ce n’est pas un message de paix, de tolérance, pas du tout, c’est le contraire. » Cette soirée israélo-française ou islamo-israélite, organisée pour mouiller la communauté comorienne par la Camorra goebbelsienne, est résumée et encensée par le site Le Meilleur de Marseille dans son article Beau moment de fraternisation entre juifs et musulmans. Belle opération sioniste !

28-30 mai 2013 : GFCA 2013, Global Forum for Combating Antisemitism.

Chalghoumi à Tel-Aviv contre l'antisémitisme. GFCA 2013, Global Forum for Combating AntisemitismChalghoumi à Tel-Aviv contre l'antisémitisme. GFCA 2013, Global Forum for Combating AntisemitismChalghoumi est l'invité spécial du Ministère des Affaires étrangères israéliens pour participer à la 4ème conférence mondiale pour combattre l’antisémitisme. Officiellement, il est appelé « Imam Hassan Shalguomy » et hébergé au Ramada Jerusalem Hotel. C’est-à-dire sur des Terres volées aux Palestiniens victimes toujours de nettoyages ethniques à Jérusalem même.  Les 11 minutes du discours pitoyable de Chalghoumi doivent être écoutées. C’est le discours qui légitime la haine et le mépris contre Chalghoumi. C’est malheureusement le discours qui alimente l’antisémitisme et de ce qu’on appelle maintenant le djihadisme. Chalghoumi declare dans un français indigne : « Les extrémistes trouvent les moyens de créer des sites internet, des moyens de haine, tu trouves par exemple Oumma.com, saphirnews, Alkanz, Collectif Cheikh Yassin… » Alors, il demande qu’on « ferme ces sites internet » et qu’on l’aide. Puis il attaque les Frères Musulmans, l’UOIF, le CBSB… Puis il attaque les « partis politiques qui utilisent le conflit israélo-palestinien pour avoir les voix des islamistes » et les « médias où la couverture médiatique est plus concentrée sur le conflit palestinien, quand ils profitent des malheurs des Palestiniens, quand un Palestinien il est blessé, il est affiché sur tous les médias… ». Le comble de la servilité clownesque, il demande à Israël qu’il l’aide à construire l’Islam de France pour arrêter les ingérences étrangères. » Cette vidéo de Chalghoumi et la vidéo officielle du Ministère israélien des Affaires étrangères dévoile la raison des honneurs reçus par le trans-imam. Il n’y a plus de mystère : Chalghoumi, c’est le magistère de la serpillère agitée comme un chiffon rouge.

Chalghoumi Prix Copernic 2013, synagogue de Paris, sionisme d'imamChalghoumi Prix Copernic 2013, synagogue de Paris, sionisme d'imamChalghoumi Prix Copernic 2013, synagogue de Paris, sionisme d'imamChalghoumi Prix Copernic 2013, synagogue de Paris, sionisme d'imam

14 juin 2013 : Prix Copernic. Dans la continuité du déshonneur et des honneurs, moins de 2 semaines après son retour de Jérusalem, la troisième ville sacrée de l’islam, il est honoré par et dans la synagogue parisienne située 24 rue Copernic, dans le 16ème arrondissement de Paris. Au-delà du montant du Prix, 3000 €, c’est le titre qui compte pour Chalghoumi, pour arrondir ses « faims de moi ». Ce prix créé en 2012, intitulé le Prix Copernic 2013 pour le Dialogue, la Paix et la fraternité, accordé par l’Union Libérale Israélite de France à Chalghoumi pour récompenser « son engagement dans la constitution d’un islam de France républicain ». Pour paraphraser la phrase horrible de l’ancien Premier Ministre Raymond Barre suite à l’attentat ignoble commis sur le trottoir de la synagogue de Copernic le 3 octobre 1980, le peuple français doit-il rester la victime innocente de l’ingérence sioniste dans l’islam de France ou de la manipulation des Services français d’imams ou de personnages qui font le trottoir pour le compte de puissances étrangères.

Le Coran entre les mains de l’Ambassadeur d’Israël, Yossi Gal, cote-à-cote avec Chalghoumi comme des amantsChalghoumi  et l’ambassadeur d’Israël, des bisous et des câlinsChalghoumi  diner du ramadan d’honneur pour l’ambassadeur d’Israël, Halter, ibn Ziaten, Halter

15 Juillet 2013 : L’ambassadeur d'Israël est honoré par la mosquée de Drancy, le coran entre ses mains.
Yossi Gal, cet ambassadeur d’un Etat criminel qui ne cesse d’assassiner les civils palestiniens, qui ne cesse de massacrer des musulmans et de bombarder des mosquées, le voilà honoré dans une mosquée de France, le voilà invité à partager le repas du Ramadan, le voilà en train de tenir un coran entre ses mains, le voilà en train de lire la première sourate de la Fatiha, le voilà debout comme un missile riant comme le fracas d’une bombe entre l’imam et le trans-imam de Drancy.  La vidéo publiée par le site coolisrael.fr immortalisa immédiatement cette scène obscène autant que les hypocrisies musulmanes, personnages ou mécanismes. Mais que se passa-t-il ? Rien ! Le couple paralysie musulmane et tradition pétainiste ne peut enfanter que le déshonneur muet. Sinon, l’agitation sur Facebook muée en résistance.

Les ambassadeurs politico-médiatiques ne cessent de remuer ciel et terre contre « l’importation du conflit », c’est-à-dire la solidarité avec les palestiniens quand ils sont massacrés, mais applaudissent des deux mains quand une mosquée en France ose sacrer comme invité d’honneur l’ambassadeur d’un État qui produit et attise les conflits, un État confit dans le sang des guerres qu’il génère et qu’il gère. Mais pour les BHL et les Pétain qui colonisent les médias et l’Etat, la communauté musulmane doit oublier les Palestiniens et glorifier les Israéliens. Elle doit sacrifier les cris de détresses d’un peuple victime d’un génocide à petit feu et sanctifier la fumée du chandelier. Elle doit incriminer le keffieh et s’incliner devant la kippa. Comme le fait Chalghoumi dans sa mosquée. Pour eux, elle doit remuer sa queue comme un chien quand il voit son maître. Sauf que contrairement à eux, la communauté musulmane, même alitée ou tétraplégique, ne considère pas les sionistes ne sont pas des maîtres. Les traitres n’ont pas vocation à la représenter. Elle préfère couper cette queue, que les Services lui ont greffée, pour qu’elle puisse remuer sa joie loin des mosquées.

Chalghoumi Israel Prix JN1: la récompense du sionisme musulman et du pétainisme françaisChalghoumi Israel Prix JN1: la récompense du sionisme musulman et du pétainisme français

Le 17 décembre 2013, il remue encore sa joie quand Israël lui remet le Prix de l’activisme de la chaîne israélienne JN1 (Jewish News One). En réalité, comme on peut lire sur le site, ce prix s’appelle le Prix de l'activiste juif du mois. « La première chaîne d'informations Juive dans le monde lance une nouvelle récompense mensuelle, en rétribution aux efforts des travailleurs qui font leur possible pour assurer un avenir meilleur aux communautés juives à travers le monde. »  On peut poursuive avec l’interview hallucinant de Chalghoumi ou le regarder sur cette vidéo. Il déclare à la journaliste israélienne qui lui a remis le Prix : « Moi, ils m'ont menacé plusieurs fois, je n'ai pas quitté Drancy. Vous aussi, il ne faut pas quitter sinon eux ils gagnent, sinon dans ce cas-là, les Nazis ils ont gagné, Hitler il a gagné. » Même le CRIF n’ose pas comparer les résistants palestiniens aux nazis. Ainsi, Chalghoumi préfère cracher sur les siens dans l’espoir de s’emparer de n’importe quel os ou n’importe quelle croquette offerte par les Enfants d’Israël. Ainsi, l’année 2013 va se terminer par un nouveau Prix israélien pour Chalghoumi.

Jeudi 16 au dimanche 19 janvier 2014 : deuxième pèlerinage sioniste.
Ainsi, la nouvelle année va commencer par un nouveau voyage de propagande pétainiste en Israël. Mais l’opération n’a pas embarqué seulement Chalghoumi, mais « une cinquantaine de musulmans de France, composés officiellement d’imams, souvent en couple ou en famille ». Cette opération est montée par un voyagiste ultra-sioniste, Select Israël, un tour-opérateur fondé en 2009 par Gaël et Gilles Sitruk. Le 12 janvier 2014, le site de l'agence de voyages Select Israël publie une longue interview du trans-imam intitulée : « L’Imam Hassen CHALGHOUMI : « Un voyage à Al Qods Jérusalem efface les préjugés des Français Musulmans à l’égard d’Israël ». Quant à l'ambassade de France en Israël, elle déclare comme si elle était une agence de Com au service d’Israël : « L’objectif de cette visite, qui se déroule pour la deuxième année consécutive en Israël, s’inscrit dans la démarche pacifique et humaniste que mène depuis plusieurs années la Conférence des Imams de France sous la Haute autorité de Hassan Chalghoumi ».

Le ministre israélien du Tourisme, Uzi Landau, raciste-fasciste, remet des attestations baptisées « certificats de visite à Jérusalem » à Chalghoumi et à sa famille politique : l’infamie islamiqueAinsi, le samedi, l’ambassadeur de France en Israël, Patrick Maisonnave, organise une pompeuse et honteuse cérémonie dans laquelle le ministre israélien du Tourisme, Uzi Landau, remet des attestations baptisées « certificats de visite à Jérusalem » à Chalghoumi et aux personnes trainées dans ce safari sioniste. Uzi Landau est l’un des importants leaders du parti raciste Yisrael Beitenu, classé officiellement parti d'extrême droite, dirigé par le néo-fasciste Avigdor Lieberman. Uzi est un fervent défenseur et prometteur de la colonisation, surtout depuis son passage au ministère des Infrastructures nationales. Il est pour la déchéance de la nationalité israélienne aux Israéliens Arabes et pour leur déportation dans la Cisjordanie contre l’abandon de certaines colonies... Ainsi, c'est un ministre raciste qui délivre à des musulmans une attestation de pèlerinage à Jérusalem. C'est un ministre « judéo-fasciste » qui délivre à des musulmans munichois une attestation prouvant leur visite d'une ville sous occupation sioniste. Une occupation dénoncée par l'ONU, par la France, du moins officiellement, mais encouragée, au moins indirectement, par ces musulmans de France...

Chalghoumi avec le ministre raciste-fasciste israélien du Tourisme, Uzi Landau.Chalghoumi avec le ministre raciste-fasciste israélien du Tourisme, Uzi Landau.Chalghoumi et Mohamed Noureddine, imam de la mosquée de Drancy, avec le ministre raciste-fasciste israélien du Tourisme, Uzi Landau.

Chalghoumi et Cukierman, Président du CRIF, au Rassemblement du Trocadero

19 mars 2014 : Esplanade du Trocadéro. Rassemblement baptisé : « La haine des Juifs, ça suffit ! Contre l'antisémitisme et pour la fraternité républicaine ». Avec la participation du Ministre de l'Intérieur Manuel Valls, de Meyer Habib, le représentant du Likoud de Netanyahou en France et d’une partie de la Nation française au parlement français, de BHL, le représentant de l’Establishment du Veau d’or des marchands du temple médiatique... et du Chalghoumi qui a parlé 90 secondes, pour dire « Merah, il est mort physiquement, mais la réalité, l’idée, la haine de Merah elle circule librement aujourd’hui sur les sites internet, sur les bouches de certains jeunes(…) il y a certains sites internet, on est incapable de les fermer… ».

Le trans-imam à côté du criminel fascisioniste Netanyahu. Cérémonie à la Grande Synagogue de la Victoire de paris: 3 stars par ordre d’applaudimètre : Netanyahu, Valls et Chalghoumi. Chalghoumi et Israël : utiliser le terrorisme pour alimenter l’islamophobie et défendre le sionisme !Depuis début janvier 2015

Comme vu dans le chapitre 2, les larmes de crocodile opportuniste de Chalghoumi sont bénies et applaudies au même titre que les criminels cris de guerre du charognard fasciste Netayahou.

Le tandem Chalghoumi & Netanyahou ; la trinité lutte contre l’antisémitisme, promotion du sionisme, sanctification ou sanctuarisation d’un certain fascismeLe tandem Netanyahou  & Chalghoumi ; la trinité lutte contre l’antisémitisme, promotion du sionisme, sanctification ou sanctuarisation d’un certain fascisme

Le Trans-imam Chalghoumi retourne à « Jérusalem, la capitale outragée, brisée, martyrisée et pas encore libérée ». Comme en 2013, il participe au 5ème Forum mondial pour la lutte contre l’antisémitisme. Cette rencontre biannuelle, qui s’est déroulée du 12 au 14 mai 2015 au Centre de Congrès international à Jérusalem, a été inaugurée par le Premier ministre fascisioniste Netanyahou. Chalghoumi va plus tard lui succéder et parler de la même tribune de ce criminel contre l’Humanité qui ne cesse de bombarder et de massacrer les familles palestiniennes. Voici la vidéo de son discours prononcé en arabe, vidéo publiée par le site officiel du ministère des Affaires étrangères d’Israël. A la minute 3’45 : « je dois parler premièrement de l’Éducation, car quand le gouvernement français a demandé une minute de silence après les attentats de Charlie, des milliers d’enfants ont refusé de respecter cette minute, de respecter les âmes… » Et fait immédiatement une relation entre l’endoctrinement dans les écoles et la préparation des terroristes comme Merah, Coulibaly, Kouachi, c’est lui qui les cite… A la minute 4’50 « 2, le discours religieux dans les mosquées, il y a des prédicateurs de l’incitation ou de l’excitation pour l’antisémitisme, la haine et la violence… les mosquées en France et en Europe sont envahies par la pensée empoisonnée des Frères Musulmans, la fatwa de Karadawi, les médias qataris comme Aljazeera… » A la minute 4’50 « 3, Internet … le fascisme nazi…le massacre des minorités chrétiens au Moyen-Orient… l’embrigadement terroriste des jeunes européens… la minorité intégriste est devenue la majorité… je répète la célèbre accusation historique, [maintenant il parle en français] j’accuse, j’accuse, j’accuse Google, Tweeter, Youtube… [Puis reprend en arabe] j’accuse toutes les sociétés d’internet et les autres. Mon sang, mon sang, mon sang et le sang des innocents est sur leurs mains. » Fin du spectacle.

Rachel Corrie, écrasé sous les chenilles d'un bulldozer de Tsahal, l’armée israélienne criminelleRachel Corrie, martyr de la résistance contre la barbarie israélienne, colonialiste et raciste, contre la banalité du fascisme sioniste, moderne ou moderniste…Rachel Corrie, martyr de la résistance contre la barbarie israélienne, colonialiste et raciste, contre la banalité du fascisme sioniste, moderne ou moderniste…Depuis 2012, Israël a ouvert son cœur à Chalghoumi
au point de croire qu’il est sorti de son ventre !

 

Le Monde titre « Qui était Rachel Corrie, morte sous les chenilles d'un bulldozer israélien ? »
Mais le Monde Libre, puisque c'est ainsi que l'Occident s'autoproclame, se tait devant le massacre des civils innocents par les néo-nazis de Tel-Aviv.
Tel-Aviv déroule le tapis rouge à Chalghoumi et écrase les Palestiniens sous un tapis volant de bombes, sous l’apartheid, la colonisation et les expulsions.
Tel-Aviv refoule et horrifie des milliers de pacifistes pro-palestiniens, de toutes les nationalités et de toutes les religions… et étreint et glorifie Chalghoumi et sa suite.
Tel-Aviv écrase et enterre l’humaniste pacifiste américaine Rachel Corrie sous un bulldozer… et fête et installe Chalghoumi sur un piédestal.

P.S. ... 1

Chalghoumi : l’intronisation de l’imam des Juifs;
l’alimentation de l’antisémitisme.

Chlaghoumi entre la France et Israël : entre le pétainisme et le fascisme, entre les massacres et les mascarades

Voici une question qui mérite non pas d’être seulement posée, mais étudiée d’une façon empirique : le développement d’une partie de l’antisémitisme est la contrepartie de la création et de l’amplification de l’escroquerie Chalghoumi par les lobbys du sionisme. L’accouplement du sionisme avec les banlieues ou avec les mosquées pour accoucher des Chalghoumi  & Cie est contrebalancé par le décuplement de l'antisémitisme. L’amour criminel qu’ont certains pour Merah est excité par l’orgie islamophobe qui réunit Chalghoumi avec le CRIF, UPJF, LDJ, BNVCA et autres partenaires de l’impérialisme sioniste ou de l’ingérence israélienne.

Chalghoumi est incontestablement touché par la grâce. Son image naturelle, celle d’un débris de l’intégrisme débridé par l’affairisme, a été retouchée par la main israélite ou israélienne. Le lobby sioniste, avec ses divers bras tentaculaires et avec ses diverses jugulaires qui maintiennent la France sous le chapeau israélien, est le bâton de Moïse qui a permis à Chalghoumi de traverser le marécage des âmes usées pour gagner la terre promise à tous les menteurs cupides : la gloire rapide... Le lobby sioniste a transformé la vie du trans-imam de Drancy comme une bague de Salomon pour slalomer, tout en grimpant vers le haut, à contre-nature ou à contre-courant, entre le Palais de l’Elysée et les palaces de Tel-Aviv, entre les plateaux de télé et la platitude jouissive. La platitude qui écarte ses jambes pour devenir une carte chanceuse entre les mains des marionnettistes des scènes politiques et des carrières, des vedettes médiatiques et des galères. Pour Chalghoumi, le judaïsme n’est pas une religion, mais un portefeuille ; le sionisme n’est pas une idéologie, mais un porte-avion qui peut propulser une épave en Rafale. Vous voyez, en essayant de diagnostiquer la montée de Chalghoumi, on risque de tomber dans les travers de l’antisémitisme. Surtout que le trans-imam a transformé la mémoire de la shoah en show politicien ou en écran de fumée pour se racheter une virginité et une activité cachetées casher.  

Chalghoumi saluant l’évêque Pascal Delannoy après la cérémonie de son installation à la Basilique de Saint-Denis le 10 mai 2009Chalghoumi avec le dirigeant du CRIF Ariel Amar, le 6 janvier 2014, à la messe du Noël orthodoxe organisé à l'église copte de Châtenay-Malabry.Contrairement à sa sanctification par le judaïsme français, israélien, belge ou autre, Chalghoumi n’est pas en odeur de sainteté chez le christianisme, de la France au Vatican. Malgré les efforts considérables déployés par le CRIF, le Consistoire et autres institutions ou lobbys israélites, le trans-imam est désavoué et boycotté par les instances représentatives du christianisme, surtout de l’Église catholique. Le 10 mai 2009, Chalghoumi a réussi à s’infiltrer sournoisement à la Basilique de Saint-Denis pour saluer ostensiblement l’évêque Pascal Delannoy après la cérémonie de son installation. Mais depuis, il est mis en quarantaine par l’Église catholique qui a provoqué sa non-réception ostentatoire par le Pape. Face à ce boycott, il a mis ses œufs d’activisme œcuménique dans le panier des chrétiens d’Orient, surtout des Coptes et des Arméniens. Surtout en multipliant des débilités haineuses contre les Frères musulmans arabes ou turcs. Le voici, avec le dirigeant du CRIF Ariel Amar, le 6 janvier 2014, à la messe du Noël orthodoxe organisé à l'église copte de Châtenay-Malabry.

Govciyan & Chalghoumi, au Diner annuel du CCAF (Conseil de coordinations des organisations arméniennes de France) pour célébrer le génocide des ArméniensChalghoumi, au Diner annuel du CCAF (Conseil de coordinations des organisations arméniennes de France) pour célébrer le génocide des ArméniensBHL et Taubira au Diner annuel du CCAF (Conseil de coordinations des organisations arméniennes de France) pour célébrer le génocide des ArméniensLe 29 janvier 2015, date anniversaire de la loi française reconnaissant le génocide des Arméniens en 2001, Chalghoumi a accompagné BHL au Diner annuel du CCAF (Conseil de coordinations des organisations arméniennes de France). La Règle du Jeu, le média de BHL, le résume dans l’article : « 2015 : cent ans du génocide des Arméniens ».

Contre la démocratie en Egypte : Chalghoumi et Richard Prasquier du CRIF, conférence organisée par l’OFEDH le 29 juin 2013, Contre le président Morsi en exercice  Contre la démocratie en Egypte en instrumentalisant la christianophobie: Chalghoumi et l’UPJF, Patrons Juifs de France, En réalité, derrière chaque présence de Chalghoumi dans une cérémonie, soirée, conférence ou manifestation chrétiennes, il y a un piston ou un levier juif ou sioniste. Il y a surtout l’utilisation du trans-imam pour transformer chaque drame géopolitique en outil de propagande goebbelsienne contre les Arabes ou contre l’Islam. Il y a l’instrumentalisation de la christianophobie pour nourrir l’islamophobe ou soutenir certains pharaons. Ici, on voit Chalghoumi à côté de Richard Prasquier, ancien président du CRIF, lors d’une conférence intitulée Libertés, Révolution, Rébellion, organisée à Paris le 29 juin 2013 par l’OFEDH, Organisation Franco Egyptienne pour les Droits de l’Homme, présidée par Jean Maher et créée le 03 avril 2012, après la chute du pharaon Moubarak pour parasiter la révolution et la démocratie, pour stigmatiser les islamistes et soutenir le retour des fascistes de l’armée corrompue. Quand le représentant officiel des Juifs de France, CRIF, participe à une propagande ou un complot pour renverser un président arabe démocratiquement élu, pour ramener un nouveau pharaon en massacrant des dizaines de milliers de civils musulmans, alors ce représentant des Juifs provoque l’antisémitisme et convoque le complotisme. On peut reproduire la même analyse quand le CRIF organise une grande conférence, le 5 novembre 2014, dans les salons de l'hôtel Intercontinental Le Grand à Paris, avec ce thème : « Des printemps arabes aux hivers islamistes ? ». Une conférence-prêche donnée par Antoine Sfeir, un ancien extrémiste phalangiste transformé en spécialiste de l’islam et du monde musulman, en présence des trans-imams Chalghoumi et Rachid Birbach. On peut reproduire la même analyse quand l’UPJF, Union des patrons Juifs de France, organise, le 25 janvier 2011 à la mairie du XVIe arrondissement de Paris, une conférence autour des « Attaques contre les chrétiens d’Orient : la réponse des démocraties face à l’intolérance islamiste ? », dans laquelle Chalghoumi est encensé par le maître de cette cérémonie, à l’extrême-droite de cette photo et de la communauté juive, Michel Zerbib, directeur de l’information de Radio J.

Ces trois photos montrent les Tournées Obsessionnelles de Chalghoumi, les TOC du trans-imam qui se déplacent en suivant ou en accompagnant ses amis et ses parrains israélites dans n’importe drame impliquant, à tort ou à raison, des terroristes se réclamant de l’islam. Le Crif titre : « La Conférence des Imams de France et la LBCA se recueillent et prient ensemble à la mémoire des victimes du Musée juif de Belgique. » Le 9 juin 2014, deux semaines après l'attentat terroriste qui a ciblé le Musée juif de Belgique, les deux trans-imams de Drancy et d’Auxerre ont été transportés et déposés par des responsables d’institutions juives franco-belges à Bruxelles pour exposer des fleurs et des larmes contre l’antisémitisme, puis pour composer des jérémiades et des crachats contre l’islamisme. Le 20 février 2015, en compagnie d’Eric Gozlan, responsable des relations publiques du Consistoire de Paris, il se rend à l'ambassade du Danemark à Paris où il est reçu par l’ambassadrice suite aux attentats terroristes qui ont frappé à Copenhague une synagogue et un centre culturel qui organisait un débat sur l’islamisme avec la guide islamophobe des Femen et l’ambassadeur de France dans ce pays. Enfin le voilà, le 5 mai 2015 avec Salma Ahmed, ambassadrice du Kenya en France, en mémoire des attaques terroristes du campus de Garissa, du centre commercial Westgate de Nairobi. Déjà en 2014, il a rendu visite à cette ambassadrice avec le journaliste et l'équipe qui préparaient le film intitulé : « Hassen Chalghoumi : Imam de la République ? », diffusé sur LCP et disséqué dans le chapitre 5.

Chalghoumi et Birbach à Bruxelles après l'attentat terroriste qui a ciblé le Musée juif de BelgiqueChalghoumi et Eric Gozlan, responsable des relations publiques du Consistoire de Paris, à l'ambassade du Danemark à Paris, le 20 février 2015Chalghoumi chez Salma Ahmed, ambassadrice du Kenya, terrorisme & islam radical…

Chalghoumi Chez le CRIF de Marseille : les honneurs et le déshonneur Quand religion et République parlent d'une même voix. C’est le titre pompeux d’un article publié par La Dépêche du Midi, illustré par l’icône de Chalghoumi visitant le lycée juif O.R.T. de Colomiers, qui commence comme suit : « Dans le cadre de la venue à Toulouse de l'Imam Hassen Chalghoumi à l'initiative de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) en partenariat avec le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), une conférence-débat a eu lieu à l'Institut catholique en présence de nombreuses personnalités sur le thème « Quatre ans après son printemps où en est le monde Arabe », un dialogue a été instauré avec le public nombreux et multiconfessionnel. » Deux jours plus tôt, le journal lui a consacré un autre article qui commence ainsi : « Il prône le dialogue interreligieux et dénonce les fanatismes : l'imam de la mosquée de Drancy, Hassen Chalghoumi, est intervenu hier devant les élèves du lycée juif O.R.T. de Colomiers. » Le titre de cette articele est : « Hassen Chalghoumi : «On n'a pas tiré les leçons de l'affaire Merah» ». Pour une fois il a raison. Mais, si les leçons de l’affaire Merah sont tirées, Chalghoumi n’aura plus le droit de tirer un coup avec sa langue. Son aura se dégonflera dans une retentissante et scabreuse affaire politico-judiciaire.

Le ministre de l’Intérieur Cazeneuve, Chalghoumi & Oualid Adjabi chez le CRIF de Marseille : les honneurs et le déshonneur Chalghoumi & Oualid Adjabi chez le CRIF de Marseille : les honneurs et le déshonneur Le ministre de l’Intérieur Cazeneuve, Chalghoumi & Oualid Adjabi chez le CRIF de Marseille : les honneurs et le déshonneur

La communauté juive est innocente des bassesses de Chalghoumi.
C’est seulement pour des motifs d’enrichissement crapuleux que Chalghoumi a fricoté avec la communauté juive et mijoté, avec certains Services et certains lobbys sionistes, un islam casher. C’est seulement Chalghoumi qui doit être passé au karcher. Chalghoumi ne doit subir aucune violence. Contrairement à ce qu’il répète, les musulmans de France ne sont dangereux ni pour sa sécurité ni pour celle de la République. Il doit d’abord apprendre à parler avant de donner des leçons à plus de 10 millions de musulmans en France ou à plus de 1300 millions de musulmans dans le monde. Et puis, vu ce que les Juifs ont subi pendant la Shoah ou pendant l’occupation nazie de la France, n’ont-ils pas le droit d’utiliser des serpillères musulmanes comme étendards pour étendre leur pouvoir et bâillonner ou bander les yeux de la France ? N’ont-ils pas le droit d’utiliser des torchons de mosquées et des serviettes de médias comme des chiffons rouges agités pour intimider l’opinion publique française et détourner son regard des rivières de sang déversées par Israël ? Ils ont le droit de mentir comme nous nous avons le devoir de crier la vérité. Ils ont le droit de manipuler comme nous nous avons le devoir de résister. Le NOUS ce sont les Français de toutes les religions et les musulmans de toutes les origines.

C’est Jacques Attali qui a prêché le financement d’imams modérés par la bourgeoisie juive. Il déclare à partir de la quatrième minute de cette vidéo : « En Angleterre par exemple, la bourgeoisie juive finance des imams pour éviter que des imams trop radicaux viennent d’ailleurs. En Europe, dans l’Europe continentale, d’autres pays sont dans la même direction. Je pense que la communauté juive, sous réserve de ce que les autres en voudront aussi, (puisse) devrait en faire autant ». Mais c’est un trans-imam qui a raflé la mise ! C’est le Chalghoumi qui a raflé le jackpot. D’ailleurs, contrairement au souhait d’Attali, c’est un ex-imam radical venu du Pakistan, c’est-à-dire du pire de cet ailleurs que dénonce Attali. Puis, il faut arrêter avec la chasse aux sorcières qui déresponsabilise et infantilise les musulmans, qu’utilise cette vidéo pour prêcher le complotisme résumé dans le titre même de cette vidéo : « Jacques Attali pour un Islam corrompu, complot islamophobe.» Il est plus judicieux pour nous musulmans d’étudier le début de cette vidéo : comment les Juifs du Maghreb sont arrivés en France pauvres, faibles et bannis, comment la bourgeoisie juive les a aidés, comment ils sont devenus forts. Il faut analyser ses trois paramètres et les utiliser, non pas comme baromètre pour mesurer la puissance juive, mais comme outils de contraste pour l’évaluation sociologique de l’évolution politique de la communauté musulmane. Pour permettre une comparaison objective entre les juifs et les musulmans dans le cadre d’un benchmarking volontariste et non dans une chikaya passéiste. Dans le cadre d’une comparaison qui anime la raison et non pas celle qui envenime la passion, la concurrence victimaire ou la surenchère du « Deux poids deux mesures ». Cette formule juste est pertinente dans le volet politico-médiatique et non psychosociologique. D’ailleurs, comme on verra dans le sixième chapitre, le Coran nous dicte que nous sommes nous les responsables de nos malheurs. Ce qui est compatible avec le devoir de combattre l’ennemi extérieur.

Alors, même si ce sont les lobbys sionistes ou islamophobes qui ont propulsé ou imposé Chalghoumi, ce sont nous musulmans qui l’avions nourri et construit. Nous l’avons laissé vampiriser l’argent des musulmans jusqu’à ce qu’il se métamorphose en Dracula agent sioniste. C’est surtout parce que la corbeille de ses gagne-pains s’est réduite comme une peau de chagrin, que l’ex-imam intégriste s’est transformé en imam sioniste. Au même titre qu’il utilise l’argent de la mosquée et l’argent des contribuables français de la mairie de Drancy au Ministère de l’Intérieur, il utilise l’argent des Juifs pour nourrir ses folies de grandeur ; au même titre qu’il utilise le titre d’imam et le titre de menacé pour couvrir ses magouilles et ses bassesses. C’est la folie des grandeurs qui emmène Chalghoumi aux Diners du CRIF, au même titre qu’elle l’emmenait, début 2010, à la mosquée dans une Porsche beige. En 10 ans de carrière d’imam organisateur de pèlerinage, il a dupé ou enfumé des dizaines de milliers de musulmans. Les juifs n’ont-ils pas le droit d’être aussi des victimes de l’escroquerie de Chalghoumi ? Ou sont-ils plus responsables que les musulmans car censés être plus intelligents ? Le complotisme ne sent-il pas le complexe d’infériorité ?

« Dégage ! » : c’est le mot d’ordre que Chalghoumi doit entendre comme l’a fait son ancien maitre Ben Ali. La communauté juive ne doit subir aucune offense. L’antisémitisme doit être combattu. Surtout à Drancy, antichambre de la Shoah. Les juifs doivent être respectés et doivent comprendre les musulmans pour qui Chalghoumi est leur filou-félon travesti en Neturei-Karta, un Drumont déguisé en rabbin, en tribun aiguisé par un français massacré à la tronçonneuse.
« Respect » : c’est le mot d’ordre qui doit prévaloir dans les relations entre les juifs et les musulmans.

P.S. ... 2

Chalghoumi : l’importation de la guerre israélienne
au nom de la « non-importation du conflit ».

Le couple Chalghoumi-Ratson démontre le double-discours de ceux qui servent la guerre en chantant la paix, qui pratiquent le viol en chantant l'amour, qui excitent la transe des crimes israéliens en pratiquant plusieurs formes de chantage contre la France. Comme celui de l'antisémitisme ou celui du terrorisme. Elad Ratson, diplomate et directeur de l'information et de communication de l’ambassade d’Israël à Paris, ami BCBG et vendeur VRP de Chalghoumi, expose ses idées de la guerre trans-médiatique et explose des sites musulmans sur Tweeter. Site veut dire ici blog médiatique et non base militaire.

Le terrorisme sioniste islamophobe d’Elad Ratson, diplomate et directeur de l'information et de communication de l’ambassade d’Israël à Paris, ami & conseiller de Chalghoumi

Ingérence étrangère.
Trance de la guerre.

Chalghoumi, Elad Ratson et le Consul d’Israël Uri David au Diner en honneur de Taubira à Drancy

Chalghoumi, Elad Ratson et l’ambassadeur d’Israël Yossi Gal à la mosquée de Drancy

 

 

 

 


Ingérence sioniste dans la France et dans l’islam : « l’Islam et la question d’Israël » Chalghoumi et Elad Ratson, le tandem représentant d’IsraëlChalghoumi, Elad Ratson et Arnaud Robinet à Reims : Ingérence sioniste dans la France et dans l’islamLe site Cool Israel, « Reims : L’Imam Chalghoumi appelle pour un Islam de France... » dévoile une conférence sur le thème de “L’Islam et la question d’Israël”, organisée par l’Association France-Israël le 24 juin 2014 « sous le patronage du Maire de Reims, M. Arnaud Robinet». Et avec sa participation. Chalghoumi y a déclaré: « Quand je rencontre des jeunes qui ont envie de partir se faire tuer pour des criminels, je leur dis mais battez-vous donc pour améliorer votre vie en France ! Quelle idée de ramener ici les conflits du Moyen-Orient qui n’ont rien à voir avec vous ! Devenez docteur, avocat, professeur, soyez heureux et vivez le vrai Islam qui n’a rien à voir avec cette haine ».... Le Dimanche 23 Novembre 2014, l’Association France Israël Dijon a annulé une conférence sur le Thème « l’Islam et la question d’Israël », avec les mêmes Chalghoumi et Elad Ratson, c'est-à-dire le tandem représentant d’Israël, l'un médiatique et l'autre diplomatique. Voici la raison officielle de l’annulation : « Des fondamentalistes musulmans présents dans la salle ont amené, face au danger encouru par les intervenants et par l’assistance, a annulée pour des raisons de sécurité cette réunion. Cette conférence se voulait-être le reflet de tolérance, et de paix avec son invité de marque l’Imam Hassen CHALGOUMI, cet imam « des lumières » connu pour être hostile au voile intégral, et pour son dialogue de paix entre les religions. Les ennemis du dialogue et de la tolérance n’ont pas permis que se tienne cette conférence qui réunissait une centaine de personnes, alors que le meilleur moyen de lutter pour la paix, c’est bien de promouvoir la connaissance et le dialogue... »
OULALA !!!

Daniel Shek ex-ambassadeur d’Israël en FranceChalghoumi  & Daniel Shek ex-ambassadeur d’Israël au -Forum-Tel-AvivChalghoumi  & Daniel Shek ex-ambassadeur d’Israël au -Forum-Tel-Aviv

 

 

 

 

 

« Israël, l'ami retrouvé », ce n'est pas seulement le titre d'un dossier publié par le revue communautaire Tribune Juive, mais le titre des retrouvailles chaleureuses, début été 2012, entre l'ancien ambassadeur d’Israël en France, Daniel Shek et le cheikh Chalghoumi qui mériterait le titre de « Son Excellence ambassadeur itinérant pour redorer le blason sanglant d’Israël», sinon celui du « Survivant du show goebbelsien qui se met en scène pour adorer les SS ». C'est un média israélien, Times Of Israël, qui site un ancien ministre israélien de la Défense, Ephraim Sneh, pour titrer son article : « Un ancien ministre critique la « propagande goebbelsienne » d’Israël». Ainsi, on a le droit de dénoncer les Joseph Goebbels d’Israël sans être accusé d'antisémite. Pour ne pas être les nouveaux fidèles du pétainisme, on a le devoir de dénoncer les Goebbels d'Israël en France, qu'ils s’appellent Mohamed ou Cohen, Marie ou Lévy. Pour ne pas être les traîtres de la France si on a la chance d'être français. Pour ne pas être des traîtres de l'islam si on a la chance d'être musulman. Ainsi, être Français et musulman impose une double responsabilité pour lutter contre les escrocs des propagandes qui cachent ou légitiment la colonisation des États, leurs territoires ou leurs pouvoirs, qui détournent les regards sur la liquidation des ressources humaines (les vies à Gaza) et des ressources financières (le Fisc en France)... Une responsabilité qui décuple quand les Goebbels sont des musulmans et les victimes sont les musulmans ou leur religion, comme dans le cas de Chalghoumi qui représente à la fois une double trahison : de la France et de l'islam. Goebbels « gominé » d'une calotte blanche, le trans-imam est utilisé depuis l'énième massacre israélien de Gaza en 2009 comme un gaz intestinal pour nourrir l'usine à gaz de la propagande sioniste : « il ne faut pas importer le conflit en France. »

Ce Chapitre 3 a démontré que Chalghoumi n'est pas seulement un cheval de Troie. C'est une serviette de service pour les massacres israéliens. Une andouillette de la mascarade de l’islam de France. Un paillasson de l’ingérence israélite dans l’Islam. Un pavillon de l’ingérence israélienne dans la France. Le premier parrain de Chalghoumi, l'ultra-sioniste Samy Ghozlan, qui a embarqué début 2015 dans l'Alya pour rejoindre une partie de sa famille qui colonise Hébron, où les amis de Chalghoumi martyrisent les familles palestiniennes, décrit son poulain dans Le Figaro du 27 mars 2009 : « C’est un homme sincère et indépendant. Lui n’est pas influencé par des autorités étrangères ». Peut-être que les lobbys sionistes sont sincères s'ils considèrent Israël non pas comme une autorité étrangère, mais comme une entité supra-nationale, une puissance à l’intérieur de la France... et au-dessus de la France. Ainsi, quand Chalghoumi ramène les israéliens, venus spécialement d’Israël ou de leur ambassade à Paris, dans la mosquée de Drancy, sous occupation armée grâce à sa protection prétorienne, il ne pratiquerait pas l'importation du conflit ; même lorsqu'il déroule le tapis rouge de « sa » mosquée à l'ambassadeur d’Israël et à sa protection policière qui sont de véritables militaires qui ont, parole d’Évangile, du sang palestinien sur les mains. On appelle ceci militer pour la paix. Mais protester contre le génocide à petit feu de Gaza, afficher sa compassion et des photos d'enfants palestiniens massacrés, des civils déchiquetés ou démembrés, des quartiers rasés... ceci s'appelle ramener le conflit ; exciter la haine ; attiser l'antisémitisme.

Estrosi entre le Fascisme & le sionisme ;  entre l’islamophobie & le carriérismeChalghoumi et Christian Estrosi : la cinquième colonne d’Israël ou le septième ciel de la médiocrité ?Estrosi & Mussolini : Fascisme & sionisme ; islamophobie & xénophobie

L'importation du conflit, c'est la solidarité avec les victimes civiles de Tsahal et non pas l'organisation de galas de solidarité avec les soldats d'un État en guerre, d'un État colonialiste et fasciste condamné jusqu'à la nausée par l'ONU. D'ailleurs, pour joindre l'utile à l'agréable, les lobbys sionistes offrent des coupons de déduction fiscale en finançant l'armée des nouveaux SS : vider le trésor public français de quelques centaines de milliers d'euros et vider la Palestine d'une partie de ses habitants. Et puisque l'innommable ne s'arrête pas à l’infâme, il y a des trans-journalistes ou des trans-politiciens qui veulent poursuivre la guerre israélienne, criminelle et inhumaine, en France. On va se contenter, sans les commenter, de citer les titres de 2 articles publiés par Le Figaro : « Estrosi : les propalestiniens «sont les mêmes» que ceux qui alimentent le djihad en Syrie »... ... « Estrosi lie les frappes en Irak et les bombardements israéliens de Gaza ». Ainsi, Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national contre l'islamophobie, a raison de déclarer « Christian Estrosi, « un recruteur de jihadistes » ». Alors, on va citer le titre d'un article qui malaxe magistralement dans son mollard goebbelsien la xénophobie et l’islamophobie, le nihilisme et le bellicisme, le vomis de la France et le lèche-botte d'Israël, un article saignant comme la peste et signé par le funeste Ivan Rioufol dans sa première chronique hebdomadaire dans Le Figaro après l’attentat terroriste contre Charlie : « Israël, un exemple à suivre pour la France renaissante ? » En réalité, Estrosi est un membre imminent de cette Légion étrangère d’Israël qui sert ce pays par tous les moyens, surtout en menant la guerre aux ennemis du sionisme belliciste et carnassier. C’est pour cette raison qu’il a déclaré : « La troisième guerre mondiale est déclarée », pour reprendre le titre affiché par plusieurs médias comme le Point. Puisqu’il prétend déclarer la guerre contre ce qu’il appelle « les cinquièmes colonnes » de « l'islamo-fascisme », nous avons le droit, le devoir pour les patriotes qui ne roulent pas pour des pays étrangers, de mener la guerre politique et pacifique contre « les cinquièmes colonnes » du « nihilo-fascisme » ou du « fasci-sionisme ». Ainsi, on peut comprendre le sens des photos qui dévoilent, ici et dans le chapitre 2, la chaleur fusionnelle entre Chalghoumi et Estrosi : ils sont liés par l’enfumage goebbelsien qui a engorgé leurs cerveaux et leurs cœurs desséchés au point de les ancrer dans les laves du sionisme qui traversent les mers et les siècles. Ou peut-être ce sont juste leurs cœurs qui ont été reforgés dans le volcan d’Israël. En tout cas, on doit éteindre leur nuisance et les empêcher d’enflammer encore plus la France.

Mais il n'y a que l'ami intime de Netanyahou pour caracoler en tête de la surenchère mortifère qui diabolise les victimes innocentes de la terreur israélienne et qui culpabilise la France de garder une distance, tant soit peu, avec la collaboration absolue avec le Reich sioniste. Ainsi, comme l'écrit si bien Le Figaro « Le député UDI des Français de l'étranger (Europe du sud et Israël) Meyer Habib a établi un lien entre l'attentat meurtrier commis mercredi contre Charlie Hebdo et le vote par le Parlement en décembre d'une résolution appelant à la reconnaissance de la Palestine.» le représentant du sionisme fasciste en France rend coupable les représentants de la Nation française du terrorisme qui frappe la France. Meyer Habib déclare comme le relève le lab europe1.fr : « 'On a tué Charlie Hebdo', ont proclamé les islamistes armés après avoir pris 12 vies ce matin. Demain, si l'importation du conflit israélo-palestinien continue d'être favorisée en France par des textes comme celui de la résolution de reconnaissance unilatérale de la Palestine, et si les mesures législatives contre les terroristes ne sont pas plus téméraires, ils crieront "On a tué la France". La responsabilité des membres de l'Assemblée nationale sera alors pleinement engagée. »

Ainsi, ce politicien représentant soi-disant de la Nation française, représentant influent du colonialisme israélien, utilise l'assassinat barbare des journalistes de Charlie pour terroriser la diplomatie française. On doit lui rappeler le nombre des dizaines de journalistes tués délibérément par son Israël. Mais les associations pseudo-musulmanes de solidarité pro-palestinienne ne peuvent pas nous donner un chiffre précis car elles sont occupées à ramasser l'argent qui financent leurs salaires et la reconstruction de maisons à Gaza avant leur nouvel bombardement. Alors, on peut écouter le cri du journaliste Jacques-Marie Bourget dans Le Nouvel Observateur : « Gaza/Israël, des journalistes tués : chers confrères de Gaza, restez toujours vigilants ». Sinon, ou peut lire le rapport de RSF, Reporter Sans Frontières, publié le 22 juillet 2014, « A Gaza, les journalistes couvrent le conflit au péril de leur vie », un rapport qui dénonce et liste les assassinats ou les agressions des journalistes par l’armée israélienne. On y apprend que « en totale violation du droit international, dès leur entrée sur le sol israélien, les journalistes - contraints de s’enregistrer auprès du Government Press Office - doivent signer un document dans lequel ils déclarent être pleinement conscients des dangers auxquels ils s’exposent et s’engagent à ne nullement tenir pour responsable l’armée israélienne en cas de dommages ou blessures résultant des opérations militaires à Gaza, excluant d’emblée toute poursuite judiciaire à l’encontre de Tsahal. » Sinon, on peut rappeler Naji al-Ali, un des plus grands caricaturistes, assassiné à Londres le 29 août 1987 par le Mossad. Le crayon de ce réfugié palestinien résistait contre l’occupation israélienne et contre les dictatures arabes. Il a été récompensé par La Plume d'or de la liberté à titre posthume.

Israël en France : ingérence et importation du conflit et du fascisme sionisteMais au-delà de l’importation du conflit israélo-palestinien en France, le plus important pour les français, c’est l’implantation cannibale d’Israël en France comme cette plante appelée la lathrée clandestine qui parasite les arabes, comme le chêne qui représentait autrefois la France, quand ce pays était debout. Cette plante est constituée d’un bouquet de petites fleurs mesurant 5 cm, belles comme les chemises blanches de BHL ; mais l’autre partie est constituée de tiges tentaculaires blanches et charnues, pesant plusieurs kilos, puissantes comme les lobbys sionistes ou comme les chemises noires du fascisme de Mussolini. Car en France, le fascisme n’est ni militaire ni étatique, il est intellectuel et kabbalistique, il est l’Establishment, il s’accapare le soft-power de la République : les organes de l’expression et les poumons des finances. Pour ne pas être accusé d’antisémitisme, on va paraphraser Roger Cukierman, le président du CRIF, Conseil Représentatif des Institutions Juives de France.  « Jusqu’où va-t-on laisser l’influence du Qatar se développer ? » C’est le titre d’une tribune publiée sur le site du CRIF par l’actuel président de cette dernière. Le début :« On voit apparaître en France depuis quelques années un émirat musulman particulièrement dynamique : le Qatar. Il envahit notre économie. C’est une invasion par le haut ». La fin : « Mais jusqu’où va-t-on laisser l’argent qatari pénétrer notre économie, et influencer nos dirigeants comme nos concitoyens ? » Ainsi, on a le droit, voire le devoir, de s’alarmer : « Jusqu’où va-t-on laisser l’influence [d’Israël] se développer ? ». « « On voit apparaître en France depuis quelques [décennies] un [Establishment juif] particulièrement dynamique : [Israël]. Il envahit notre économie. C’est une invasion par le haut ». « Mais jusqu’où va-t-on laisser l’argent [israélien] pénétrer notre économie, et influencer nos dirigeants comme nos concitoyens ? » Sinon, on peut paraphrase sa déclaration qui attaque le « Qatar, ce pays qui envahit la France, et qui est susceptible d'y faire passer les thèses des Frères musulmans », faite fin 2013 dans une conférence de presse résumée par la journaliste du Monde Stéphanie Le Bars. « [Israël], ce pays qui envahit la France, et qui est susceptible d'y faire passer les thèses des des [Frères sionistes] ».

Chalghoumi en attendant Shimon Perez… en attendant le Jour du Jugement !!!Chalghoumi Shimon Perez et Prasquier : imam Israël CRIF Le président du CRIF a changé. Le président d’Israël a changé. Chalghoumi va être échangé contre un imam ou un intellectuel se ridiculisant moins, parlant mieux le français ou connaissant plus de versets. Qui sera le prochain poulain du CRIF élu parmi le troupeau des chevaux de Troie ? Qui sera le prochain porte-drapeau d’Israël ? Quelques pistes dans le chapitre suivant. Sinon, il faut attendre le chapitre 6.

OPA sur les Juifs de France : enquête sur un Exode programmé. Cécilia Gabizon et Johan Weisz. L’antisémitisme comme instrument du sionismeSarcelles : Chalghoumi, le député maire François Pupponi: L’antisémitisme comme instrument du sionisme Sarcelles : Chalghoumi, le grand rabbin Haim Korsia, le président du consistoire Joël Mergui, l’éveque Lalanne : L’antisémitisme comme instrument du sionisme

L’antisémitisme comme instrument du sionisme :
gaver ou aggraver l'alya.

Heureusement que ce sont deux journalistes juifs engagés activement dans la défense d'Israël qui démontrent cette politique machiavélique, les croyants diront diabolique. Une politique israélienne qui embrase la fournaise avec la foutaise, une politique incendiaire qui vacille entre l'illumination et l’inflammation, comme une flamme désaxée des 7 bougies de la menorah. Une politique d’État qui oscille entre le génie mégalomane et la conspiration pyromane. « OPA sur les Juifs de France : enquête sur un Exode programmé ». C'est le titre d'un livre publié le 6 avril 2006 par deux journalistes sionistes : Cécilia Gabizon et Johan Weisz. Ces deux auteurs ont été violemment attaqués par les médias et les lobbys juifs. Ils sont traités de « juifs antisémites » par l’islamophobe Guy Millière qui sera condamné pour diffamation. Pour saisir la force de ce livre, il faut savoir que son coauteur Johan Weisz est un acteur important de la propagande BHL, il était journaliste dans le site goebbelsien d’Élisabeth Schemla proche-orient.info ; il a été condamné en 2003 par le tribunal correctionnel de Paris pour diffamation de la CAPJPO Europalestine ; il a lancé en 2009 le site Street press pour infuser la propagande israélienne ou BHLéenne dans la nouvelle vague de la culture jeune anti-système.

Le livre de de Gabizon et Weisz dénoncent une manipulation sioniste : une politique qui a instrumentalisé les émeutes de banlieue en 2005 pour provoquer le départ de plus de 30 000 Juifs français (la majorité de Sarcelles) vers Israël. Ce complot a un nom officiel : l’opération « Sarcelles d'abord ». Cette opération est organisée conjointement par l'Agence Juive et par le gouvernement israélien dès 2004, avec une large campagne de porte-à-porte qui ne réussit pas. Mais l’année suivant, cette opération tire les marrons du feu de paille des émeutes urbaines. Les lobbys sionistes attisent médiatiquement la menace des beurs et des musulmans, médiatisent l’usine à gaz de l’antisémitisme des banlieues pour réussir l’alya, dont une partie peut se révéler une déportation sioniste volontariste ou une colonisation raciste et belliciste. Il faudrait mettre en relation ce livre avec 3 éléments. 1 : le livre de Guillaume Weill-Raynal, « Une haine imaginaire ? Contre-enquête sur le nouvel antisémitisme », publié par Armand Colin en 2005. 2 : l'article publié dans Le Figaro par la sénatrice Esther Benbassa, à l'époque Directrice d'études à l'École pratique des hautes études, « La France, un vivier pour Israël ? ». Vu les éléments développés dans les chapitres 2 et 3, on peut se poser la question « La France, un brasier pour Israël ? » 3 : la nouvelle imposture de Chalghoumi à Sarcelles pour un nouvel épisode de l'imposture de l'antisémitisme des musulmans. Une imposture qui instrumentalise cette fois-ci non pas les émeutes urbaines, mais les manifestations pro-palestiniennes tout en pratiquant la même invention ou exagération des agressions antisémites pour alimenter l'alya comme en 2005. Pire ! Cette fois-ci, ce processus s'est accompagné de la criminalisation de la solidarité pro-palestinienne et de la diabolisation des manifestations contre les massacres commis par Israël à Gaza. Alors, il faut garder à l'esprit le livre OPA sur les Juifs de France : enquête sur un Exode programmé et le complot Sarcelles d'abord quand ont lit l'article du Point « Sarcelles : une prière multiconfessionnelle pour la paix », quand on regarde la vidéo de France 2 : « Juifs, musulmans et chrétiens rassemblés pour la paix à la synagogue de Sarcelles ».

Sarcelles : Chalghoumi & Birbach: L’antisémitisme comme instrument du sionismeSarcelles : Chalghoumi & Birbach: L’antisémitisme comme instrument du sionisme

Amar Lasfar : la victoire anti-palestinienne de Chalghoumi ?

Amar Lasfar, UOIF, Frères Musulmans FranceUOIF et Palestine : CBSB, Comité de Bienfaisance et de Secours aux PalestiniensAmar Lasfar, UOIF, Frères Musulmans FrancePalestine sous l’occupation du sionisme : le nazisme c’est naze, Israël ça gaze !

En vertu des éléments et de l'activisme humaniste, gauchiste ou gaulliste, que personne ne peut étouffer en France, on pourrait imaginer l'échec du diktat sioniste de la « non-importation du conflit », cette propagande vicieuse que psalmodie cette caricature de la médiocrité qu'est Chalghoumi. Mais non ! Lasfar et l’UOIF donnent raison, même en apparence selon la couverture des doubles-discours, à Chalghoumi. Ce titre provocateur souhaite provoquer un sursaut d’honneur  au sein de l’UOIF autant qu’il souhaite questionner ses dirigeants sur leur responsabilité dans la déchéance ou les tartuferies d'une partie de l’UOIF. D’abord, en comparaison avec toutes les organisations islamiques en France, dont beaucoup ont été dénoncées par Doulfikar comme outils de l’ingérence étrangère ou nids de la corruption morale ou financière, l’UOIF est la plus intègre et la plus active, positive et constructive. D’ailleurs, depuis plusieurs décennies, l’UOIF est l’ennemi musulman numéro 1 de l’Establishment, des lobbys sionistes ou des propagandistes islamophobes, du CRIF à Valls, du BHL à Fourest. Et parmi ses dirigeants, Amar Lasfar réunit intégrité, intrépidité, intelligence et lucidité. Alors, qu’est-ce qui se passe ? Dans le chapitre 2, face à la répression fasciste contre les Frères Musulmans en Egypte, qui sont les frères organique et les pères idéologiques de l’UOIF, nous avons fait une petite comparaison entre Chalghoumi et l’UOIF. Le trans-imam est une chauve-souris qui rugit en une taupe qui détruit de l’intérieur. L’UOIF est devenu un aigle qui caquette ou un mammouth qui ralentit le troupeau, qui risque de briser le bateau car il occupe le pont supérieur. D’abord, pour relativiser nos critiques, un groupe ou une communauté qui se comporte en moutons doit-il réclamer que ses dirigeants se comportent en lions ? Puis, de tous les défauts ou les échecs des organisations ou mouvements islamiques, ceux de l'UOIF sont les plus déplorables, car les Frères avaient plus de leviers et de cadres pour réussir, ceux de l'UOIF sont les plus honorables, car la sincérité et l'honnêteté des Frères étaient incontestables. Mais il faut se renseigner et étudier objectivement les causes de la transformation négative de l'UOIF pour les guérir ou pour s’en prévenir. Les « se » de ces deux verbes pronominaux renvoient à la communauté dans son ensemble. Ces éléments seront développés dans une large étude qui examinera l’UOIF à travers le télescope de l’histoire et à travers le microscope de la sociologie politique. Pour l’instant, voici un aperçu de quelques défauts relatifs qui ne valent pas un discrédit définitif :

1/ La brisure Vs le mur de plâtre : L’héritage de la répression politico-policière explique le cloisonnement organisationnel dans lequel se barricade l’UOIF. Mais attention à ne pas tomber dans l’enferment sectaire puis sombrer dans l’autisme suicidaire.
2/ L’usure Vs l’oreiller plumé : le travail avec la communauté musulmane épuise et essouffle ; on repose la tête sur les épaules de la prédication qui souvent n’aide plus à réveiller les consciences, on se drape dans la fréquentation groupusculaire pour échapper à l’agitation ou à la trahison communautaires. Mais la conscience de l’UOIF est un coussin dégarni ou rempli de remords.
3/ Le nuage spirituel Vs la serrure bureaucratique : Se réfugier dans la relation avec le Ciel, déconnexion avec le réel, verrouillage apparatchik et non renouvellement des élites, essoufflement interne : étouffer la relève, brasser le même air depuis 30 ans, vomir des rancunes intestines et le livre de Farid Abdelkrim.
4/ La parure intellectuelle Vs la matière grise grisante
: La suffisance de l’intelligence. Nous, nous savons, vous devez nous écouter et nous suivre. Les cols blancs remplacent les djellabas blanches, la tête monologue avec les étoiles et les pieds se balancent dans le vide, fatwas pour bourgeois et divorce avec les quartiers.
5/ La dorure structurelle Vs le plomb dans l’aile : L’embourgeoisement et l’apesanteur, s’alourdir vers la terre, selon la formule coranique. Puis, le poids démesuré de la machine emporte le conducteur et les militants-passagers qui ne pensent plus qu’à sauver la structure.
6/ La demi-mesure Vs la patte blanche : Face aux accusations d’intégrisme ou de doubles discours, on s’autocensure ou on multiplie les fausse postures. A force de vouloir marcher en respectant le code de la déroute déroulée par certains politiques, l’UOIF titube. Elle boite. A force de se regarder dans le miroir de l’opinion publique que dessinent artificiellement les phares médiatiques, l’UOIF sue. Elle est moite.

UOIF, Union des Organisations Islamiques de FranceNon, pire ! Elle est en train de se laisser noyer par une partie de ses dirigeants et pseudo-savants. D’abord Foaud Alaoui, le baron oligarque qui dirige les finances de l’UOIF à travers la société tentaculaire Gédis, le bâtisseur des fiançailles-funérailles politiciennes qu’a dénoncées Vincent Geisser dans son article « UOIF-Sarkozy, une histoire d’amour qui finit mal », le maghzen trans-islamique qui  impose ces hommes de main dans les directions de l’UOIF et de ses filières, qui imposent les orateurs en croisade contre les femmes voilées, comme Bencheikh et Oubrou, comme conférenciers prestigieux dans les Rassemblements annuels qu’il organise au Bourget et dans plusieurs villes françaises, même s’il a enlevé le mot rassemblement pour le remplacer par Foire ! La deuxième personne qui est en train de noyer l’UOIF dans la trahison théologique, la compromission politique et la désillusion, la désertion et même la rancune de la communauté musulmane, c’est Tareq Oubrou : l’antéchrist de l’islam de France. Pourtant, en 2012, Amar Lasfar et autres dirigeants de l’UOIF ont demandé son exclusion. En 2014 et surtout cette année, le trans-savant Oubrou est devenu le maître à penser et le principal conférencier de l’UOIF. Car entre temps, les Frères Musulmans ont été fragilisés par les massacres et les répressions fascistes dans certains pays arabes. Car entre temps, en écho à cette répression, « Manuel Valls veut "combattre le discours des Frères musulmans" en France », comme le titre France 24, Le Point et plusieurs médias. L’immédiat, comme réflexe humain, c’est sauver sa peau devant les déclarations de guerre de Valls et de son Establishment, des Emirats Arabes Unies et de leur Empire. Alors, l’UOIF déroule le tapis rouge à Oubrou et à Dalil Boubakeur pour s’enrouler dans une carapace de protection. Pour se protéger contre les accusations d’intégrisme ou de terrorisme, il fait propager le discours d’Oubrou et le brandit comme bouclier ou comme patte blanche. C’est pour cette raison que son président Amar Lasfar déclare sur France 2, le soir même du massacre abominable contre les journalistes de Charlie : « Je suis Charlie ». C’est aussi pour cette raison, qu’il déclare sur Europe 1 le 6 avril 2015 : « la charia du musulman c'est la loi de la République ».

Rassemblement des Musulmans de France au Bourget, rebaptisée la Foire musulmane de l’UOIF UOIF : Salon Bourget, Rassemblement des Musulmans de France rebaptisé Foire IslamiqueMais peut-on trouver une excuse à Amar Lasfar, qui déclare au Rassemblement des musulmans, rebaptisé la Foire musulmane du Bourget, le 4 avril 2015, en sa qualité de président de l'UOIF, comme s’il était possédé par l’esprit de Chalghoumi : « Il ne faut pas importer les conflits étrangers en France. La question palestinienne se règlera en Palestine et non en France » ? Non ! Cette déclaration est qualifiée aussitôt par Yamine Makri, un des leaders des Frères Musulmans en marge de l’UOIF, co-fondateur de l'Union des Jeunes musulmans et des éditions Tawhid à Lyon, de « trahison aux idéaux défendus par les résistants de l'école réformiste de l'Islam, de Hassan Al-Banna à Ibn Badis en passant par Abd el-Krim el-Khattabi», comme le rapporte l’article « Palestine, CFCM, islam : le virage historique de l'UOIF ». Cette déclaration a été aussi critiquée ou attaquée par plusieurs personnalités religieuses ou associatives qui appartiennent à l’UOIF ou non, qui veulent sa réussite ou lui régler ses comptes. Difficile d’être juste devant cette confusion manichéenne : une déclaration indigne du président de l’UOIF et certaines attaques indignes contre ce président et son UOIF. Mais la confusion devient schizophrénique quand on écoute la suite de ses déclarations qu’on peut lire sur un site satellite de l’UOIF, dans un article intitulé : « Boubakeur, Amar Lasfar, la Palestine… L’UOIF travaille, les autres critiquent : un air de déjà vu ! ». Par sectarisme, manichéisme et fanatisme dignes du pseudo-salafisme, on attaque orgueilleusement les critiques et on met dans le même chapeau Lasfar et ce Boubakeur qui représente autant l’islam que Sissi représente l’Egypte.

Cet article est de la même nature que certaines fatwas claires et nécessaires comme le jus de boudin, comme cette fatwa-vidéo qui légalise et banalise les bombons ou les aliments avec la gélatine de porc. Mais tout ceci ne doit pas discréditer ou dissimuler l’énorme travail islamique et civique que mène cette association Havre de Savoir. Ainsi, juste après ses propos à la sauce Chalghoumi sur la non-importation des conflits et sur la question palestinienne, Amar Lasfar appelle à agir de manière intelligente pour la Palestine à « l’image d’une autre communauté qui non seulement soutient Israël, mais même Tsahal ». S’il devait se comparer à la communauté juive, l’UOIF aurait pu être un CRIF musulman, une locomotive pour promouvoir la production intellectuelle et le lobbying politique. « Personne ne fera jamais taire l’UOIF quand il s’agira de dénoncer les crimes à Gaza et ailleurs ». L’UOIF le fait-il réellement ? « Les musulmans n’ont pas à recevoir de leçon de citoyenneté de certains, alors que d’autres vont faire leur service militaire dans un autre pays (NDLR c’est-à-dire Israël)». Evidemment ces propos sont courageux et intelligents, mais pourquoi les dire à mi-voix ou à demi-mot ? Pourquoi persister à vouloir enraciner ce cliché de l’UOIF qui cultive le double-discours ? Comme si les déclarations à l’emporte-pièce pouvaient livrer à chacun (RG, CRIF, musulmans…) ce qui l’arrange ou le satisfait. Comme si souffler le chaud et le froid devait protéger l’UOIF du gel des dons des musulmans, des foudres sionistes et des orages politico-policiers. Mais à force de vouloir mettre de l’eau de Vichy dans son thé, la force de l’UOIF s’est diluée, sa cohérence et sa cohésion ont diminué, sa notoriété s’est polluée.

Olivia Zemor et Nicolas Shahshahani, les deux leaders de CAPJPO – Euro-PalestineIl faut pondérer tout ceci avec l’hommage qu’on a rendu à l’UOIF au début de ce sous-chapitre. D’ailleurs, nous considérons toujours la déclaration indigne de Lasfar sur la Palestine comme une fausse posture autant que nous le considérons encore comme une grande pointure dans la communauté musulmane, une personne intègre qui se trompe comme n’importe qui parmi nous, qui a besoin qu’on le conseille et même qu’on le sermonne, mais pas qu’on lui cire les pompes. Mais nous piétinerons par la plume, par la voix et par toute expression de la foi l’UOIF si elle devait être dirigée exclusivement et cyniquement par Fouad Alaoui, Tareq Oubrou ou un de leurs clones qui réduisent la solidarité avec les palestiniens et autres musulmans ou êtres humains massacrés dans le business de l’humanitaire, qui réduisent la fraternité islamique dans le sectarisme religieux, qui détruisent la communauté musulmane au nom de l’islam. La fraternité, c'est une expression de l'humanité, peu importe les confessions. Ainsi, si les Frères Musulmans ne veulent plus soutenir la Palestine qu'à travers des dons que personne ne peut garantir le trajet, il y a d’autres associations et personnes qui se considèrent Musulmans Frères des opprimés, il y a des frères juifs et des sœurs juives pour sauver l’expression de cette fraternité et poursuivre le combat contre l’oppression, comme Olivia Zemor et Nicolas Shahshahani, les deux leaders de CAPJPO – Euro-Palestine. D’ailleurs, c’est chez eux et non pas chez l’UOIF qu’on peut lire : « Orange Telecom, sponsor des escadrons de la mort israéliens ».

Et si la France réussit à interdire ou à criminaliser la liberté de défendre les droits de l’Homme de certaines populations humaines, la liberté d’information non validée par le clergé BHL ou toute expression de fraternité prohibée par l’Establishment, on peut laisser les responsables musulmans faire la manche pour ramasser les dons et puiser l’information dans les médias d'outre-Manche. D’ailleurs, qui en France peut publier des articles comme ceux de  The Guardian ? Comme « Israël a tué plus de Palestiniens en 2014 que dans n’importe quelle autre année depuis 1967 ». Evidemment, il n’est pas question de jouer à De Gaule en voulant libérer la presse de Londres, la majorité des journalistes n’ont pas été contaminés par le pétainisme qui sévit dans certains cercles de pouvoir : ils subissent, comme la majorité des Français, le poids de l’Establishment et le vide de la communauté musulmane qui n’arrive pas à s’exprime d’une façon claire et forte.

Le cœur Salloul d’Oubrou, le gourou de l’UOIF : du Dévoiement au Dévoilement…
la croisade islamique anti-voile d’Oubrou : l’UOIF  entre Dévoiement et Dévoilement…Dans la même journée et dans la même Foire musulmane du Bourget où Lasfar a dévoilé sa formule choc sur la Palestine, Oubrou a poursuivi sa croisade contre le voile musulman. Dans la vidéo qui encense le trans-savant : « Les vêtements dits "Islamiques" : facteurs de division ! Tareq Oubrou RAMF », il déclare  :  « la pudeur fait partie de la foi, c’est-à-dire c’est une expression de la foi, mais les habits, Dieu et le prophète ne sont pas venus pour devenir des couturiers et nous donner des plans d’habillement, le prophète s’habillait comme son peuple, les femmes du prophètes et les musulmanes de l’époque s’habillaient comme les femmes de leur époque. Par contre la pudeur est un principe universel…» Puis du blabla sur les zones honteuses du corps, sur la visibilité de rupture. Mais à la minute 7'30, un lapsus : « l’essentiel dans la vie du croyant est intérieur, l’enjeu est intérieur, « illa mane ata Allah bikabine Salloul, salim », c’est-à-dire « sauf celui qui vient à Allah avec un cœur Saloul, sain ». Au lieu de dire cœur sain (salim), il dit cœur Salloul, du nom des chefs des hypocrites de Médine, Abdallah ibn Salloul, ennemi n°1 du prophète Mohammed PSSL.

 Hayette Hamidi : de l'UOIF à Sarkozy, du dévoilement opportuniste au dévoiement arriviste Hayette Hamidi : de l'UOIF à Sarkozy, du dévoilement opportuniste au dévoiement arriviste Hayette Hamidi : de l'UOIF à Sarkozy, du dévoilement opportuniste au dévoiement arriviste Au-delà de ce lapsus anecdotique ou révélateur, ce soi-disant savant réformateur de l’islam, qui n’a étudié nulle part ni rien publié dans la science islamique, a enclenché un processus de dévoilement : il y a des militantes et des cadres de l’UOIF qui ont retiré leurs voiles conformément aux désirs et aux dévoiements développés par Oubrou comme une nouvelle science islamique, comme une néo-exégèse coranique. Parmi les personnalités reformatées puis dévoilées par le nouveau gourou Oubrou, il y a Hayette Hamidi, ancienne cadre de l’UOIF, native de Drancy et « Born again » avec l’islam politisé et policé. D’abord, elle est propulsée politiquement avec la Manif pour tous qui s’est formée contre le mariage homosexuel et dont l’un des porte-parole était Camel Bechikh, président de Fils de France et excroissance d’Oubrou dans les milieux de la droite nationaliste. D’ailleurs, après Farid Abdelkrim, son frère dans le culte d’Oubrou, le Soral musulman ne tardera pas à poignarder l’UOIF.  Après son article « Camel Bechikh : Ni islam en France, ni islam de France, islam français », il doit dévoiler son visage de Laval pour avoir l’aval BHL pour son intronisation politico-médiatique. Quant à Hayette Hamidi, lentement après son dévoilement, elle devient Adjointe au maire UMP du Blanc-Mesnil déléguée à la police municipale. Ce sujet ne remet pas en cause la compétence et la conscience religieuse de cette femme qui doit avoir plus de piété et d’excellence que ces « males infâmes » qui utilisent l’islam comme gagne-pains ou comme tremplins dans les institutions islamiques ou politiques. Ce sujet remet en cause la sincérité et la cohérence de l’UOIF, surtout sa tactique d’entrisme étatique. Ce processus de dévoilement n’est pas semblable à la cérémonie de dévoilement organisée par la France coloniale le 13 mai 1958 à Alger, car il n’est ni mesurable ni officiel. Mais, il est plus pervers. Car l’UOIF est plus respectable que Ni Putes Ni Soumises. Car Oubrou a plus de poils dans la barbe et plus de poids dans les mosquées que Fadela Amara. Car on attaque le voile non pas au nom de l’impérialisme colonialiste ou islamophobe, mais au nom de l’islam.

La croisade antivoile selon Frantz Fanon dans Les Damnés de la terre et L’an V de la révolution AlgériennePour comprendre le piège et le péril d’Oubrou & Cie, la communauté musulmane a besoin de psychanalystes résistants comme Frantz Fanon. Cet Homme a analysé, dans on chef-d’œuvre « Les Damnés de la terre », le rapport à la femme musulmane et au voile  « enjeu d’une bataille grandiose, à l’occasion de laquelle les forces d’occupation déploieront leurs ressources les plus puissantes et les plus diverses, et où le colonisé déploiera une force étonnante d’inertie […] Voile enlevé puis remis, voile instrumentalisé, transformé en technique de camouflage, en moyen de lutte [...] C’est la situation de la femme qui sera alors prise comme thème d’action. L’administration dominante veut défendre solennellement la femme humiliée, mise à l’écart, cloîtrée…». Maintenant, les musulmans ne sont pas occupés par la France coloniale, mais par les clones d’Ibn Salloul, par la cinquième colonne de l’hypocrisie. Egalement, dans son livre « L’an V de la révolution Algérienne », Fanon a publié tout un chapitre, "La bataille du voile", pour analyser, à partir de la formule des Bureaux arabes « Ayons les femmes, le reste suivra », la politique d’instrumentalisation de la femme musulmane, de son dévoilement à son endoctrinement, comme processus de la stigmatisation, de la déstructuration et de la destruction de la communauté musulmane. Egalement, dans la science de la stigmatisation du voile et des femmes musulmanes, il y a l’inégalable Ghaleb Bencheikh. Depuis plusieurs années, il est devenu un orateur de marque pour les conférences et foires organisées par l’UOIF où il déverse ses vomissures pédantes et ses injures grandiloquentes contre le voile qu'il qualifie de " symptôme moyenâgeux de la décadence musulmane ".

Puisque, certains dirigeants de l’UOIF considèrent leurs militants comme des moutons qui ne comprennent ni l’histoire islamique ni le français encyclopédique, puisque comme disait Toufiq Mohib, un surdoué scientifique sous-loué comme chauffeur de salles par l’UOIF : «  il faut avoir un dictionnaire pour comprendre Bencheikh », ce dernier peut continuer à insulter les femmes voilées et le combat de l’UOIF pour le voile pendant les années 2000. Puisque depuis, l’UOIF a tellement changé, il peut échanger Bencheikh avec Finkielkraut pour que le philosophe israélite anime des conférences au Bourget ou dans d’autres Rassemblements de musulmans, voire même dans des mosquées. Car, comme nous verrons dans le chapitre 6 lors du débat organisé par Marquardt pour réformer l’islam, qu’on peut consulter sur Youtube ici, Bencheikh s’est révélé un Finkielkraut puissance cent… Pour le reste, l’UOIF peut continuer à utiliser l’islamophobie contre les femmes voilées pour lever des fonds, pour ramasser de l’argent pour son association Comité 15 mars et Libertés. Voire retourner dans les pétromonarchies pour récolter du blé au nom de la défense des femmes musulmanes contre ce qu’elle appelait la croisade de l’Etat français contre le voile, comme elle le faisait pendant les années 2000 selon le livre haineux « Pourquoi j'ai cessé d'être islamiste », publié par Farid Abdelkrim, actuel conseiller de Larbi Kechat, ancien voyou puis dirigent de l’UOIF, proche impérissable de Tareq Oubrou, le nouveau croisé islamique contre le voile. Dans l’hypocrisie, la boucle n’est jamais bouclée autant que la cupidité peut encore se recycler !

Malheureusement, certaines pourritures intellectuelles ou spirituelles ne se réforment pas, elles se transforment pour servir de nourriture à l’islamophobie. Dans sa nouvelle transformation psycho-médiatique, Farid Abdelkrim fait la tournée des médias, comme les ivrognes font la tournées des bars, pour comparer Hassan Al Banna à Tony Montana et l’islamisme à Scarface, pour poignarder sa propre famille qui l’a recueilli de la rue. Mais tel le prophète Noé qui n’a pas réussi à éduquer ou sauver un de ses propres enfants, il y a des délinquants désespérants. L’ancien islamiste s’est transformé d’abord en humoriste pour se moquer des salafistes, puis des barbus, puis des musulmans ou des pratiques musulmanes que critique son gourou Oubrou, qu’il a glorifié dans un documentaire lèche-babouche de 52 minutes. Depuis, l’ancien intégriste est devenu intégralement un bouffon voilé en cinéaste ou en artiste. Dans une nouvelle tragicomédie, ce cabot ne joue plus dans Scarface, mais il joue le rôle du Clown dans Spiderman. Mais puisqu’il n’attaque que les autres musulmans, les Frères ne semblent pas choqués.

Farid Abdelkrim, livre:« Na’al bou la France ?! » qui veut dire littéralement : « Maudit soit le père de la France »Farid Abdelkrim, livre: Pourquoi j'ai cessé d'être islamisteLe 24 juin 2014, il ramène des dirigeants de l’UOIF, Dont Ahmed Djabbalah et Anis Guergueh, au Palais de Justice de Paris pour soutenir Larbi Kechat dans un procès qui veut le dévoiler pour libérer "sa" mosquée de la tyrannie et de la corruption. Le 19 février 2015, il publie un livre, intitulé « Pourquoi j'ai cessé d'être islamiste », pour faire le procès de l’UOIF, pour vomir sur ses dirigeants. Entre ce livre qui crache sur les islamistes de l’UOIF qui l’ont sauvé de la délinquance, qui l’ont éduqué, salarié et rendu fréquentable puis célèbre; et entre son premier livre publié en 2002 aux Editions Bayane, avec ce titre qui crache sur la France « Na’al bou la France ?! » qui veut littéralement dire  : « Maudit soit le père de la France », Farid Abdelkrim ressemble à certains terroristes algériens qui n’ont que le crachat dans la bouche et la cupidité dans le cœur. Il ressemble à ces terroristes qui étaient des voyous, qui sont devenus islamistes quand le parti islamiste allait gagnait le pouvoir par les urnes, qui sont devenus terroristes quand ils ont cru que la pouvoir allait être gagné par la violence, qui sont descendus du maquis pour devenir anti-islamistes quand le pouvoir leur a offert le pardon, le logement et un commerce ou une embauche dans l'administration.

L'humanitaire déshumanisant : C’est ce sujet sensible et terrible qui doit conclure ce sous-chapitre sur l’UOIF et la Palestine qui conclut ce long chapitre sur Chalghoumi et Israël. Dans un documentaire goebbelsien produit par Fourest, Chalghoumi déclare : « la cause palestinienne, ça rapporte énorme ! »… Nous répondrons dans le chapitre 5 : " largement moins que la trahison de l’islam et l’islamophobie des médias ". Mais en réalité, le trans-imam a raison en partie, car l’humanitaire, au nom de la Palestine ou d'autres victimes, a été transformé en affaire commerciale, voire en filière de la délinquance intelligente et de l’escroquerie astucieuse par une partie des ONG, associations ou imams qui travaillent ou rôdent dans ce secteur. D’ailleurs, comme les vendeurs de fruits et légumes qui écument les souks, la marchandise des marchands de l’humanitaire change selon les saisons, selon l’actualité des musulmans massacrés ou affamés : Palestine ou Gaza, Syrie ou Iraq, Afrique ou n’importe quelle cause qui peut générer du fric… Ce sont parfois de véritables filières d’escroqueries, formées autour d’une personne ou d’une bande organisée, en forme d’un petit gang, d'une secte ou d’une grande escadrille, souvent avec des bénévoles sincères et intègres, mais manipulés ou instrumentalisés par des brigands qui prétendent ne briguer que le paradis, par des truands qui utilisent l’islam comme un truc pour truquer ou comme un piège truculent, par des comédiens qui peuvent se convertir en pickpockets à La Mecque ou en pillards du Cimetière des Martyrs à Médine, par des voleurs qui volent comme des mouches ou des vautours autour des cadavres musulmans en Palestine, Syrie, Centrafrique, Afrique … ou là où ils peuvent sucer du fric. D’abord ou plutôt encore, répétons qu’il y a des ONG humanitaires intègres et compétentes. Il n y’a pas que des escrocs. Mais réduire la solidarité avec les populations musulmanes massacrées dans les dons et dans les aumônes est une grande escroquerie, souvent stupide, parfois criminelle. C’est comme vouloir aider une famille otage de sa maison en flammes en envoyant un colis d’eau minérale via un apprenti-postier tapageur, ou en envoyant un chèque via un pigeon voyageur. Sauf que les pigeons sont souvent les donateurs et les victimes continuent leur voyage entre les flammes de la guerre et les lames des égorgeurs.

Humanitaire déshumanisant : gala pour bien manger et bien chanter pour ramasser bien d’argent pour… soutenir des peuples massacrés en Syrie, en Palestine…Un autre aspect de cet Humanitaire déshumanisant est la multiplication, comme des jardins de chrysanthèmes aux bords des fleuves de sang, des galas caritatifs et du blabla festif pour lever des fonds, c’est-à-dire pour ramasser de l’argent… pour… soutenir des peuples massacrés en Syrie, en Palestine, ou ailleurs… Comme si les musulmans ne pouvaient devenir charitables qu’en remplissant leurs ventres avec des mets censés faire ruisseler leur salive, qu’en vidant leurs esprits avec des chansons noyés dans le synthétiseur. Comme s’ils ne pouvaient donner qu’après avoir bedonné et fredonné ! Ou seulement sous les regards des autres convives pour que vive la vanité ! Comme si la solidarité islamique devait être dévoilée et dévoyée dans un spectacle tape-à-l’œil, déballée et fourvoyée dans des tables délicieuses, mais fabriquée avec le même bois qui compose les cercueils de la conscience musulmane. Comme si la solidarité entre musulmans était devenue un portefeuille et leur fraternité une assiette : d’un côté, il y a les fourchettes pour exciter la pitié ou les tourments dans des banquets ; de l’autre, il y a les cuillères pour empocher des mouvements de banques. Cet aspect est le moins dramatique et le moins révoltant de cet Humanitaire déshumanisant. C’est pour cette raison que nous avons choisi de l’illustrer avec l’affiche d’une des ONG les plus sincères et les plus actives dans le soutien au peuple syrien : Syria Charity, anciennement appelées Pour une Syrie libre.

Dans plusieurs chapitres de ce livre, ce sujet est traité méthodiquement et d’une façon dispersée, comme les cadavres dispersés des musulmans qui servent à verser des dons, à remplir les caisses et les poches des militants ou des escrocs de l’humanitaire. Depuis quelques années, le nombre des ONG humanitaires et des « opérations de levée de fonds » sur internet ont explosé. N’importe qui peut lancer une association-boutique avec un site ou une page facebook, avec des images de cadavres ou d’enfants en larmes, avec quelques versets ou paroles prophétiques, avec un numéro de compte que personne ne peut vérifier ni l’identité ni l’utilisation. Mais au-delà de ces petits marchands de mouchoirs, l’humanitaire est aussi une grande affaire, un maquis commercial qui attise la concurrence entre les grands groupes, les franchises, les concessions, les indépendants. Laïque ou islamique, nationalise ou islamiste, salafiste ou Frères musulmans, plusieurs ONG ou associations humanitaires utilisent une partie des dons reçus pour financer des emplois fictifs ou des activités sectaires parallèles, pour tisser des réseaux ou ratisser des clientèles, sous prétexte de financer des conférences ou des voyages pour des personnalités médiatiques ou religieuses...

Hamza al Khatib, martyr de la barbarie du régime nazi du Assad, icône de la révolte syriennePuisque nous parlons dans ce sous-chapitre spécifiquement de la respectable de l'UOIF, principal réceptacle des sous des musulmans, nous allons évoquer 3 éléments. Premièrement, un extrait du prêche d’un des plus importants serviteurs de l’islam et constructeurs de la conscience islamique civique, un célèbre prédicateur de l’UOIF que nous taisons le nom, car il est la proie d’attaques souvent exagérées, parfois ordurières. Dans un sermon disponible sur internet et qui déchire les cœurs, il décrit la terreur que subit le peuple syrien : familles entières massacrées, enfants démembrés, femmes éventrées, vieillards égorgés. Spécialiste en histoire, il remet les pendules à l’heure en précisant la raison de la révolte syrienne : une réaction humaine aux enfants enlevés par les chiens nazis du tyran Assad pour avorter ceux qui rêvent d’importer le Printemps arabe en torturant et en mutilant ces enfants puis en les jetant dans les rues, ongles enlevés, pénis coupés, pour terroriser la population. Hamza al Khatib, martyr de cette barbarie, était devenu l’icône de la révolte syrienne. Plusieurs médias français en ont parlé.

L’Express : Hamza al Khatib, icône de la contestation syrienne. Rue 89 : Hamza, 13 ans, torturé et tué : le visage de la révolte syrienne. Le Point : Les enfants rebelles de Deraa. Un crime répandu et confirmé par Human Rights Watch : « Syrie : Crimes contre l’humanité à Deraa », l’année suivante par Libération : Syrie, l’archipel de la torture, par un déluge d’articles et de témoignages, avant que le tyran sanguinaire n’assèche la solidarité avec ses victimes en lançant Daech dans la mare de la manipulation et de la diversion. Mais à la fin du prêche, il lance cette exhortation, cet ordre religieux : « cette année, n'égorgez pas de moutons, pas de moutons le 15 octobre 2013, les 250 € du mouton vous allez les envoyez au Secours islamique qui va égorger vos moutons dans les camps de réfugiés syriens en Jordanie, en Iraq, au Liban. Vous entendez : fatwa. Interdit. » On aurait pu répondre poliment à cet infatigable militant pour la dignité des musulmans : ça fera une belle jambe pour les cadavres et les survivants syriens massacrés. Mais c’est le business indécent qui va répondre au business innocent selon la logique de l’arroseur arrosé. Quelques mois plus tard, l’UOIF commençait à réaliser qu’il perdait progressivement l’allégeance et la manne du Secours Islamique que dirige le businessman Rachid Lahlou et dont le Comité d'éthique est présidé par le trans-savant Tareq Oubrou. Depuis, dans les coulisses qui sentent le pognon et le torchon qui brûlent et non le tapis de prière qui brille, une guerre de tranchées est lancée entre les deux organisations islamiques : l’Union et le Secours. Surtout que le budget annuel de cette dernière dépasse parfois les 25 millions d’euros. Cette guerre entre hommes de foi transformés en hommes d’affaires est traduite par la subite mise en valeur, pendant la Foire musulmane du Bourget qu'a organisé l'UOIF début avril 2015, de ces deux personnages: Abassi & Bouchama.

Wahid Abassi: entre Jean-François Copé le business de l'humanitaire déshumanisantOuahid Abassi avec Oualid Adjabi & Salih Farhoud, les lieutenants de Chalghoumi & une boutique d’or (bijoux u Veau)Abassi Wahid ou Abassi Ouahid : 2 noms pour l’innommable commerce de l’indignité. Avec l’UMP et son Copé, il s’appelle Ouahid. Avec les musulmans et leurs aumônes, il s’appelle Wahid. Il est le président de Dignité International qu’il a fondée le 14 janvier 2014 pour profiter du business humanitaire avec la Centrafrique, avant de diversifier son portefeuille, surtout avec Gaza... Il est surtout un Bachagha de Meaux, c’est-à-dire un Beur de service de Jean-François Copé, au même titre que l’entraîneuse entremetteuse de NPNS, Ni Pute Ni Soumises, Rachida Benahmed. C’est Copé, pygmalion de l’islamophobie du pain au chocolat et mollah de la corruption Bygmalion, qui l’a nommé Conseiller municipal délégué à l’Emploi, à l’Insertion et à l’Apprentissage, comme en témoignage le site officiel de la mairie de Meaux de Jean-François Copé. Pendant presque 10 ans, il a été l’un des principaux dirigeants du Secours islamique, comme Directeur de la communication puis comme Directeur du développement des ressources financières. Et comme les disputes et les divorces sont inéluctables chez les marchands de tapis qui se prennent pour des marchands du temple, il a quitté le Secours islamique après une querelle chez les Prud’hommes, des menaces de dévoiler les dessous-de-table… puis un cartable bourré de dédommagements pour étoffer son parachute et étouffer le scandale. Il est remis en scelle par l’UOIF quand le Secours Islamique arrête en 2014 de lui reverser une partie de ses recettes. Pendant la Foire du Bourget de 2015, la publicité de Dignité est partout, son président est invité partout. Sur la grande scène de la salle des conférences, devant plus de 10 000 personnes, Abassi se présente, présente son ONG en récitant des versets censés exciter les aumones, puis présente son attaché de communication qui déclare : « J'tais dans un restaurant grec, Wahid est venu nous proposer de travailler dans l’humanitaire, comme j'étais au chômage, j'ai accepté… » Sans commentaire…

Khaled Bouchama entre le business du Halal et de l'humanitaire déshumanisant, entre le commercial de l’UOIF et l’imam marchand entre les mosquéesKhaled Bouchama, Halal Services, UOIFMais l’UOIF ne peut faire confiance qu’en ses dirigeants ou agents qui ont fait le sermon d’allégeance. Ainsi, cette organisation, à qui nous avons rendu un hommage très fort, dépêche son Monsieur Halal pour tâter le pouls communautaire face à la création d’une nouvelle organisation humanitaire. Elle réalise que son projet n’est ni viable ni rentable parce qu'elle a perdu beaucoup de son crédit à l’intérieur des mosquées et auprès des autres associations musulmanes. Alors, début février 2015, Bouchama est parachuté Directeur Zone Nord chez le Secours Humanitaire, une filiale de HRF, Human Relief Foundation. Aucun élément ne peut remettre en cause l’intégrité et le professionnalisme de cette ONG. Mais cette nomination confirme l’entrisme et l’affairisme de Bouchama et de sa famille : l’UOIF de Fouad Alaoui. C’est se dernier qui a propulsé Bouchama comme commercial dans sa société Gédis, pour rentabiliser surtout les Rassemblements des musulmans organisés au Bourget et ailleurs. Il deviendra plus tard délégué régional de l’UOIF en Île-de-France, avant de faire son ascension avec Halal Services. Ce label est à la fois une marque déposée auprès de l’INPI et une association fondée par l’UOIF en 2007 pour prendre sa part dans le marché très lucratif du contrôle et de la certification halal. Bouchama devient responsable de la communication de Halal Services, puis son président. Il deviendra aussi Vice-président de la Commission halal et abattage rituel du CFCM. Mais il ne laissera pas un bon souvenir : une nonchalance et une insouciance qui le compromettent dans la violation des règles islamiques, comme le sacrifice du mouton de l’aïd 3 jours avant la grande prière. Mais, pour certains, le halal est une affaire d’affairisme et non de foi. Mais le plus choquant de tous les nominations de Bouchama, c’est sa désignation comme imam. Depuis 2014, il dirige la prière et le prêche du vendredi dans plusieurs mosquées affiliées à l’UOIF.

Bouchama imam & mufti : Conseil théologique de l’UOIFEt comme l’ascenseur de l’affairisme ne peut être stoppé ni par aucun vertige vaniteux, ni par aucun plafond de la bassesse, Bouchama a été propulsé mufti. Le 25 mai 2015, il faisait partie de la quarantaine des « théologiens » ou responsables religieux réunis pour lancer le CTMF : le Conseil Théologique Musulman de France. Parmi les personnes présentes, il y a des personnalités compétentes et des activistes islamistes sincères. Il y a aussi Mohamed Najah, qui veut dire succès en arabe, c’est l’imam qui facture depuis plusieurs années, de la mosquée d’Évry à celle de Vigneux-sur-Seine, chaque prêche de vendre 500 €. Il y a Oubrou, le croisé anti-voile et 4 belles femmes voilées qui devraient lui enseigner la théologie et la dignité. Et dans le bureau exécutif composé de 9 membres, il y a les lumières comme Larbi Bechri et les ténèbres comme Larbi Kechat… Mais ce CTMF, machin pour muftis, va encore isoler l’UOIF qui l’a créé pour devancer les autres projets, comme celui défendu par Mamoun dans L’Express du 7 mai 2015, « Imams: "Il nous faut un conseil théologique musulman en France" ». Le sectarisme et l’affairisme risquent de transpercer le véritable cœur blanc de l’UOIF et d’éclipser ses véritables Lumières.

L’ancien ministre sinistre Aboudjerra Soltani à la mosquée UOIF du Bourget : islamisme, affairisme et despotisme…Comme les 2 Chalghoumi d’Asnières, que nous allons étudier dans le chapitre 6, Bouchama est un apparatchik de l’islam qui s’est lancé en France grâce à son appartenance au Hamas, rebaptisé MSP, parti islamiste algérien fondé par Mahfoud Nahnah et membre de l’International des Frères Musulmans. Mais Bouchama, comme ses frères d’Asnières, est plutôt proche de celui qui a succédé à Nahnah dès son décès : Aboudjerra Soltani. Cette personnalité politique et religieuse est très détestée en Algérie : il est synonyme de la corruption affairiste et de la compromission avec la dictature des Services. Et pire encore ! en 2009, comme le résume l’article L'impunité recule, malgré la fuite d'un suspect algérien, il s’est enfui de Genève pour échapper de justesse à la justice Suisse qui avait délivré un mandat d’arrêt contre cet ancien ministre, suite à une plainte de l’association suisse TRIAL, pour des actes de torture contre le journaliste Nouar Abdelmalek. De dernier a retiré depuis sa plainte pour, dit-il, empêcher la condamnation de l’Algérie pour torture. Ainsi, Soltani est mouillé jusqu’au coup dans la dictature militaire et dans sa corruption sanguinaire. Il a été récompensé comme Secrétaire d’État à la pêche, puis Ministre des PME/PMI, puis Ministre du Travail et de la Protection sociale, puis Ministre d’Etat sans portefeuille. Il a soutenu le troisième mandat, anticonstitutionnel et infâme, du président-momie Bouteflika, ce qui a provoqué sa chute dans son propre parti. C’est à cause des gens comme Soltani que beaucoup de musulmans détestent les islamistes. Depuis plusieurs mois, il fait le tour de la France comme invité de marque de certaines rencontres religieuses organisées par l’UOIF. Entre Soltani & Bouchama, comme chez certains apparatchiks islamistes transformés en caïds affairistes, le credo de l’islam c’est : bizness is bizness. La devise de l’islam : ma foi c’est mafia.

Voici la première partie du chapitre 8 de l’enquête sur Kechat : « La division de la Oumma : de la vision de la lune à la tune aveuglante » : « Le 9 juin, moins d’une semaine après l’annulation de la rencontre islamophobe, l’UOIF canal Alaoui, via son lieutenant Okacha Ben Ahmed, indéboulonnable secrétaire général de l’UOIF, organise dans la même mosquée en zone de non-droit, une pseudo-rencontre pour entériner leur décision de fixer la date du début du ramadan selon le calcul astronomique, en respect des calculs politiciens et d’une certaine mauvaise foi. Okacha est l’impitoyable homme de main d’Alaoui, imposé à tous les dirigeants, y compris au nouveau Président réformateur Amar Lasfar, pour que l’UOIF ne redevienne pas ce qu’elle était il y a 25 ans, pour qu’elle reste une boutique pour quelques apparatchiks, un coffre-fort stérilisateur pour les nombreux hommes qui composent sa propre direction et une partie des mosquées qu’elle dirige. Mais l’UOIF se décompose, comme un corps qui a perdu son âme, dès qu’Alaoui brandit les rémunérations et les subventions. Pendant plus de 20 ans, Alaoui et Kechat étaient des concurrents appartenant à la même filière, mais qui s’évitaient tout en s’observant en chiens de faïences. Maintenant, ils s’unissent et réagissent en meute pour sauver leurs biens et leurs finances. Pour qu’on ne sache pas où sont parties les centaines de millions de pétrodollars offerts à l’islam de France. Pour qu’on ne demande pas des comptes sur les dizaines de millions d’euros de dons annuels des musulmans de France. C’est le corporatisme de l’opacité. C’est la solidarité de l’affairisme. Oui, Kechat va être soutenu par ceux qui ne veulent pas que leurs escroqueries soient mises à nu. Dans la mafia, comme dans les dictatures arabes, comme dans l’islam de France, la transparence est une hérésie : l’omerta est sacrée ! Alors, où sont partis ceux qui font la collecte d’argent dans les mosquées avec frénésie quand des montagnes de musulmans sont massacrés ? Ah, ils les utilisent bassement pour ramasser plus d’argent ! Il y a un lien entre la paralysie de centaines de millions de musulmans quand nos dirigeants tuent des centaines de milliers de musulmans et notre lâcheté que nous avons construite, en s’étant tu face à l’hypocrisie d’une grande partie de nos dirigeants religieux. »

Puisque les vautours de l'humanitaire et les marchands du temple islamique utilisent les photos d'enfants ou de cadavres musulmans pour exciter les aumônes et les dons, nous allons conclure ce chapitre par cette photo puisée dans l'enquête Tareq Oubrou : l’antéchrist de l’islam de France. Mais avant, puisque ce chapitre 3 est consacré à la trilogie Chalghoumi, les israélites et Israël, voici un sujet qui peut être étudié par le nouveau Conseil théologique de l’UOIF ou par les autres savants ou imams. Quand on voit d’anciens premiers ministres israéliens ou de grands rabbins condamnés par la justice israélienne à la prison ferme pour corruption, indépendamment de la barbarie islamophobe de ce pays fasciste qu’on a abondamment dénoncée ; quand on voit comment les représentants juifs, associations ou institutions, investissent dans l’éducation de leurs enfants et dans l’innovation scientifique ; quand on voit des mosquées et associations islamiques dirigés par des escrocs ou des charlatans : les « marchands du temple » que l’islam dénonce et condamne, ne sont-ils pas plus nombreux et plus puissants à l’intérieur du monde musulmans ? Y compris en France ?

Le Coran a cité le mot Israël 43 fois, dont 41 fois dans la formule « les enfants d’Israël ». En prenant en compte le célèbre hadith du Prophète de l’islam PSSL : "l’argent est la fitna de ma Nation (oumma)". Fitna ayant plusieurs significations : tentation, épreuve, malheur, punition, mécréance… En regardant les rivières du sang musulman qui coule partout dans ce marécage de la corruption et du despotisme qu’est devenu le monde arabo-musulman. Quel est le pourcentage des musulmans, surtout leurs responsables politiques ou religieux, qui partagent ou s’accaparent les vices dénoncées par le récit cornique comme caractéristiques « des enfants d’Israël » ?

Humanitaire déshumanisant : filières d’escroqueries qui volent comme des mouches ou des vautours autour des cadavres musulmans en Palestine, Gaza, Syrie, Afrique, Centrafrique… ou là où ils peuvent sucer du fric

 

Chapitre suivant...   0 1 2 3 4 5 6 7

 

 

 

 

"Je ne veux que la réforme, autant que je le puis. Et ma réussite ne dépend que d'Allah. En Lui je place ma confiance, et c'est vers Lui que je reviens repentant."

 

"En vérité, Allah ne change l’état d’un peuple (ou d’une communauté), tant que les [individus qui le composent] ne changent pas ce qui est en eux-mêmes."